Le groupe fmr sur le web (hal-shs, facebook & hypotheses)

Un petit billet pour faire le point – et clarifier si besoin – le rôle des différentes pages du groupe fmr disponibles en ligne.

La collection Hal-shs a été créée en décembre 2010 pour héberger les synthèses produites pour les séminaires mensuels. Elle héberge donc des documents obéissant aux normes de la communication scientifique (working papers, textes issus de colloques) ainsi que des tutoriels disponibles sur Cours en ligne (Pajek et R). La page d’accueil est actualisée à chaque nouveau dépôt. Elle compte à ce jour 19 documents différents écrits par 7 personnes du groupe fmr.

La page facebook a été créée en octobre 20111. Elle vise à diffuser des informations brèves et à partager des liens qui nous paraissent relever du champ de l’analyse de réseaux. Son activité a été nulle entre mai 2012 et avril 2013 mais la page est à nouveau régulièrement actualisée. Cette période d’inactivité avait deux raisons principales : le lancement du blog sur hypotheses.org et mes réticences concernant cet outil – réticences qui n’ont pas disparues mais il faut bien apprendre à gérer ses contradictions…

Enfin, le blog scientifique que vous consultez en ce moment même a été créé en mai 2012 – les premiers billets ont été publiés durant l’été 2012. Il nous permet de suivre l’actualité des revues et des ouvrages, de tester des logiciels, de construire peu à peu un glossaire interactif, de proposer des billets à mi-chemin entre la brève et l’article scientifique. Il faut préciser que nous apprenons en écrivant et que la cohérence du blog se construit brique par brique. Mais la fréquentation croissante du blog (nous avons dépassé les 1000 visiteurs différents ce mois-ci), les commentaires fréquents et les retours que nous recevons régulièrement semblent indiquer que nous avons en partie gagné notre pari : proposer un site de référence sur l’analyse de réseaux.

1 Précision importante : le contenu de ma page facebook personnelle n’a aucun lien avec le groupe fmr et ses activités.

Saisir les diasporas numériques : le projet e-Diasporas

logo du projet e-DiasporasA la récente journée d’étude du groupe fmr (voir ici), la coordinatrice du projet, la sociologue Dana Diminescu, est venue présenter les principaux résultats du projet international e-Diasporas. Impliquant 80 chercheurs de différentes disciplines (anthropologues, géographes, sociologues, spécialistes des médias etc.), l’objectif du projet maintenant achevé était d’explorer les relations entre migrants créées via internet. La visite du site http://www.e-diasporas.fr/ s’impose, même si on peut être déçu par le manque d’informations concrètes sur le projet (chronologie ?). Le choix assumé a été de mettre en avant la méthodologie utilisée, les principaux résultats (working papers français ou anglais -, entretiens et visualisations) et, cerise sur le gâteau, de donner un accès libre à toutes les données collectées en format xml [1] .

La consultation en ligne des graphes (un sommet représente un site, un lien une relation entre ces sites – l’orientation étant bien sûr préservée) est particulièrement soignée et il est très facile de naviguer dans les graphes – voir la barre d’outils ci-dessous-  de collecter des informations (type de site, langue utilisée etc.).

barre d'outils e-Diasporas

Le type d’informations proposées varie en fonction des diasporas étudiées mais on retrouve à chaque fois ou presque le type de site (individu, média, institution).

L’algorithme de visualisation utilisé étant le même pour toutes les diasporas et catégories, la comparaison visuelle est facilité; de plus, des indicateurs basiques (ordre, taille, densité) sont systématiquement indiqués.

visualisation de diasporas

 Si la qualité des visualisations (les développeurs de Gephi étaient du projet) est indéniable, les chercheurs ne prennent pourtant pas les traces numériques pour LE reflet de la réalité. Les graphes ont vocation à orienter les questions de recherche (pourquoi tel lien ? pourquoi telle absence ? la connectivité numérique reflète-t-elle des proximités physiques ?) et sont le point de départ de la réflexion. Chaque diaspora étudié est commentée par un-e chercheur-e (une ou deux vidéos) et dans un working paper téléchargeable.

Ce projet est officiellement clos mais les pistes de recherche futures sont nombreuses et un projet e-Diasporas 2 semble d’ores et déjà à l’étude.

[1] Bon, pour repasser que xml au graphe, il faudra fouiller un peu. Enregistrer le fichier avec une extension .graphml permet d’ouvrir le fichier dans Gephi mais tous les attributs disparaissent au passage. Avec l’extension .gexf, c’est un peu mieux mais ce n’est pas encore ça – il est vrai que j’utilise fort peu Gephi. Un petit mot sur le site « How to use these data » serait bienvenu, la rubrique Help semblant être faite avant tout pour les membres du projet.