Métro, boulot, dodo… et le reste (2) : Périurbains et urbains fréquentent-ils les mêmes lieux?

Dans un billet précédent, j’ai brièvement présenté les « destinations privilégiées » des habitants périurbains selon leurs motifs de déplacement. Une certaine distance fonctionnelle entre la ville, lieu des activités « nécessaires » ou rares et la couronne périurbaine, lieu de sociabilité et des activités domestiques, avait alors été mise en évidence. Le présent billet vise à réaliser une analyse similaire pour les habitants des villes-centres des grandes agglomérations françaises (plus de 100 000 habitants, sauf Paris) et à comparer sommairement les « destinations privilégiées » des urbains et des périurbains.

Motifs de déplacement et destinations « privilégiées » des citadins

La méthodologie utilisée pour réaliser le graphe bipartie liant les motifs de déplacement avec leur destination « privilégiée » est identique à celle du billet sur les périurbains : un lien est tracé entre le motif et le lieu de destination lorsque, pour ce motif, la destination est surreprésentée par rapport à la moyenne de l’ensemble des déplacements. Ce seuil de surreprésentation est fixé à l’attractivité moyenne de l’espace plus 5%. Les liens retenus, orientés du motif vers la destination, représentent alors une destination « privilégiée » pour un motif donné. Attention, ces destinations privilégiées sont des surreprésentations relatives, en effet, en valeur absolue, la destination ville-centre est majoritaire pour l’ensemble des motifs (sauf vacances et résidence secondaire).

Attractivité moyenne des différentes destinations des déplacements des habitants des villes-centres des grandes agglomérations

Attractivité moyenne des différentes destinations des déplacements des habitants des villes-centres des grandes agglomérations

Le graphe alors obtenu compte 28 nœuds (6 nœuds destinations et 22 nœuds motifs) et 32 liens. La taille des nœuds destinations est proportionnelle à leur degré entrant. La couleur des nœuds motifs est fonction des grandes catégories de motifs définies dans l’ENTD. Le graphe a été produit à l’aide du logiciel de visualisation de graphe Gephi et retouché sous Inskape.

Destinations “privilégiées” par motifs des habitants des villes-centres des grandes agglomérations (cliquer sur l’image pour agrandir le graphe)

Destinations “privilégiées” par motifs des habitants des villes-centres des grandes agglomérations (cliquer sur l’image pour agrandir le graphe)

L’observation du graphe met en évidence une distance topologique entre la ville-centre et les autres espaces relativement cohérente avec la distance géographique. On note toutefois que la couronne périurbaine se situe à la même distance topologique de la ville-centre que les petites agglomérations ou l’agglomération parisienne. Si la destination « ville-centre » possède logiquement le plus fort degré entrant, c’est la destination « banlieue » qui est le nœud le plus central du point de vue de la centralité de proximité (le nœud le plus proche de l’ensemble des autres nœuds) et de la centralité d’intermédiarité (nœud charnière entre la ville centre et ses motifs « privilégiés » et les autres destinations et motifs). Les indices de centralités présentés ci-dessous ne sont pas normalisés dans la mesure où les normalisations « classiques » ne sont pas appropriées pour les graphes bipartis (Borgatti, Everett, 1997).

Degré entrant, centralités de proximité et d’intermédiarité des nœuds “destination”

Degré entrant, centralités de proximité et d’intermédiarité des nœuds “destination”

Le graphe permet aussi d’observer une spécialisation fonctionnelle des destinations. Ainsi, la ville-centre apparaît comme un espace du quotidien (travail, études, accompagnement, gardiennage d’enfant, petits achats, soins ou démarches administratives) et des loisirs « d’intérieur » (activité association, spectacles). L’attractivité de la banlieue semble liée aux activités plus gourmandes en espace (sport, conférence, visite de centres commerciaux…). L’espace rural, le périurbain et les petites agglomérations semblent d’avantages liées aux activités sociales, aux vacances et aux loisirs « d’extérieur ».

Des destinations « privilégiées » différentes entre urbains et périurbains ?

 La représentation par des graphes des destinations « privilégiées » communes et spécifiques aux urbains et aux périurbains permet de mieux comprendre dans quelle mesure les habitants privilégient ou non les même lieux pour un motif donné. Ces graphes ont été obtenus en utilisant les outils de filtrage des liens de Gephi, à partir d’un graphe à 28 nœuds et 54 liens représentant les destinations privilégiées par motif  des urbains et des périurbains. La taille des nœuds dans les graphes ci-dessous est proportionnelle à leur degré entrant.

Graphes des destinations « privilégiées » communes et spécifiques aux urbains et aux périurbains (cliquer sur l'image pour agrandir le graphe)

Graphes des destinations « privilégiées » communes et spécifiques aux urbains et aux périurbains (cliquer sur l’image pour agrandir le graphe)

On observe alors que la ville centre est une destination « privilégiée » commune aux urbains et aux périurbains en ce qui concerne le travail, les soins, les spectacles ou l’accès aux gares et aéroports. Cela parait logique dans la mesure où ces motifs requièrent des infrastructures souvent concentrées dans les pôles importants. L’espace rural, et dans une moindre mesure les petites agglomérations et les couronne périurbaines, sont quant à eux des espaces de vacances et de récréation communs aux urbains et aux périurbains.

L’observation des graphes des destinations « privilégiées » spécifiques montre sans surprise l’importance de la proximité géographique pour les activités courantes : études, accompagnement, garde d’enfant ou activités associatives sont réalisés à proximité du lieu de résidence. Elle permet aussi d’identifier un certain nombre de différences dans la perception des espaces entre périurbains et citadins :

  • du point de vue des urbains, la couronnes périurbaine apparait comme un espace propice à l’achat d’une résidence secondaire (la fameuse maison de campagne). On observe par ailleurs, chez les habitants des villes centres, une préférence plus marquée pour les destinations urbaines en ce qui concerne les vacances ou le choix de la résidence secondaire ;
  • les habitants périurbains semblent activement tirer parti des ressources urbaines des villes-centres (restaurants, monuments, centres de formation, foires ou centres de loisirs…). Toutefois, on observe que pour certains motifs (services, soins), l’utilisation des ressources des banlieues est une alternative possible au trajet jusqu’au centre-ville. Enfin, les périurbains semblent entretenir un rapport plus fort avec l’espace rural que les urbains, notamment en ce qui concerne les relations sociales (parents, amis).

En guise de conclusion sommaire à cette rapide analyse, on peut répondre que oui, périurbains est citadins fréquentent les même lieux mais avec une intensité différente et pas forcement pour les mêmes motifs. En effet, si certaines activités sont pratiquées aux mêmes endroits par les périurbains et les citadins, dans la majorité des cas, et a fortiori pour les motifs courants, les citadins et les périurbains privilégieront des espaces différents.

Références

BORGATTI S. P.,  EVERETT M. G. (1997), « Network analysis of 2-mode data », Social Networks, 19(3): 243-269. (consulter)

DREVELLE M. (2012), « Métro, boulot, dodo… et le reste : motifs de mobilité périurbaine et relation à l’agglomération », Carnet de recherche du groupe fmr, http://groupefmr.hypotheses.org/685

Matthieu Drevelle

Doctorant en Géographie-Aménagement à l'Université Paris 1, UMR Géographie-cités, équipe CRIA - Transamo

More Posts