R et statnet – revue de détail

Suite aux cours et aux TD donnés à l’ENSAI, j’ai découvert de nouveaux (et agaçants) problèmes liés à l’analyse de réseau avec R. De plus, la nécessité de commenter les résultats m’est clairement apparue. Ce billet vise donc à détailler au maximum les étapes et les résultats produits par le package statnet – un billet consacré à igraph est en cours de préparation. Le script et les fichiers de données sont téléchargeables ici.

Rappel : statnet (et igraph) permettent d’analyser des graphes non valués et one-mode. Si statnet permet de mener des modèles type ERGM, igraph est plus simple d’utilisation. Pour l’analyse de réseau biparti avec R, oubliez statnet et igraph (qui proposent pourtant des options bipartite=TRUE) et voyez plutôt du côté du package bipartite qui est, à ma connaissance, le seul à donner des résultats corrects pour ce type de réseau (voir la démonstration dans le script).

1. Liens, attributs et isolés : sur le format et l’importation des données

Le graphe fictif qui va servir d’exemple tout au long de ce billet représente les interactions autour d’une machine à café dans une petite entreprise : la population est constituée de 7 individus répartis en 2 équipes et de niveaux d’ancienneté différents. Un lien signale qu’une personne a payé un café à une autre. Le graphe est simple : pas de boucle (on ne prend pas en compte les cafés que s’offre une personne) ; pas de liens de nature différente. Il est orienté (une personne offre à une autre) et valué (combien de cafés ont été offerts par une personne à une autre dans la semaine ?).td1plot

Les sommets sont définis par deux attributs : un attribut quantitatif relatif à l’ancienneté (ANC – taille du sommet), un attribut qualitatif relatif à l’équipe (TEAM – couleur du sommet). Les liens sont définis par une direction et une intensité (INT). La valeur des attributs est donnée dans le tableau ci-dessous.

td11

Un rappel important : statnet (comme igraph) ne prend pas en compte de l’intensité des liens pour les calculs. Elle peut juste être utilisée pour la représentation graphique.

Premier problème : statnet génère un graphe à partir d’une liste de liens. Or, le sommet g est isolé. Une solution est de créer dans son fichier de départ un lien fictif g-g puis de préciser lors de l’importation qu’il n’y a pas de boucle.

L’importation des données se fait en deux temps (liens, attributs des sommets). La transformation en objet network, manipulable par statnet, nécessite de ne prendre en compte que les deux premières colonnes (origine – destination). Taper ensuite le nom du graphe permet d’en connaître les caractéristiques. De façon étrange, alors qu’il n’y a pas de boucle, statnet indique malgré tout 9 liens et non 8. Pourtant, le calcul de la densité (cf infra) donne un résultat correct – seuls les 8 liens réellement présents sont donc pris en compte dans les calculs.

library(statnet)
#import fichier
 liens <- read.table("liens.txt", header=TRUE, sep=";")
 attributs <- read.table("attributs.txt", header=TRUE, sep=";")
g <- as.network(as.matrix(liens[,-3]), loops = FALSE)
g
 Network attributes:
 vertices = 7
 directed = TRUE
 hyper = FALSE
 loops = FALSE
 multiple = FALSE
 bipartite = FALSE
 total edges= 9
 missing edges= 0
 non-missing edges= 9
Vertex attribute names:
 vertex.names
No edge attributes

Pour l’instant, les sommets ont un attribut (leur nom) et les liens n’en ont aucun. Les lignes suivantes permettent de transférer les données des data.frame vers l’objet network.

g %v% "ANC" <- attributs$ANC
g %v% "TEAM" <- as.numeric(attributs$TEAM)
g %e% "INT" <- liens$I

Si l’on tape à nouveau g, on observe que les attributs sont désormais plus nombreux.

 Vertex attribute names:
 ANC TEAM vertex.names
Edge attribute names:
 INT

Il est sans aucun doute possible de filtrer le graphe selon les attributs des liens et des sommets (par exemple, extraire le graphe des relations entre membres de l’équipe A) mais si l’opération est facile avec igraph, elle ne l’est pas avec statnet (i.e. je n’ai pas trouvé comment faire, si ce n’est en filtrant les données en amont, avant la transformation en graphe…).

Pour obtenir la figure ci-dessus, deux options sont possibles : appeler les données des data.frame, appeler les attributs de l’objet network. Le résultat est heureusement le même.

#à partir des fichiers de départ
gplot(g, gmode="digraph", displaylabels=TRUE, vertex.col=nodeColors, 
      vertex.cex= log(attributs$ANC), edge.lwd = liens$I*2)

#à partir des attributs de l'objet network
gplot(g, gmode="digraph", displaylabels=TRUE, vertex.col=nodeColor, 
      vertex.cex= log(g %v% "ANC"), edge.lwd = g %e% "INT")

2. Quelques mesures et quelques précisions

Le calcul de la densité (fonction gden) donne comme résultat 0.1904762, ce qui correspond bien à 8 (nombre de liens présents) divisé par 7*6 (nombre de liens possibles) – pour mémoire, dans un graphe simple orienté de n sommets, le nombre maximum de liens est égal à n*(n-1).

Le nombre de composantes connexes s’obtient avec la fonction components et donne ici comme résultat 5. Pourquoi 5 ? Par défaut, statnet considère que, dans un graphe orienté, la connexité recherchée est la forte : il doit exister un chemin (une suite de liens orientés) entre toute paire de sommets au sein d’une composante connexe. La composition des 5 composantes connexes est obtenue avec la commande component.dist. Si l’on souhaite les composantes faiblement connexes (au nombre de 3), il suffit de modifier l’option.

components(g)  #   5 composantes fortement connexes
cs <- component.dist(g) 
cs$membership #  et leur composition

components(g, connected="weak") #  3 composantes faiblement connexes
cw <- component.dist(g,connected="weak")
cw$membership #composition
cw$csize      #et taille

La liste des plus chemins – retour de la commande geodist – comprend deux matrices : $counts donne le nombre de plus courts chemins entre paires de sommets (il peut très bien y avoir plusieurs plus courts chemins entre deux sommets) ; $gdist donne la longueur en liens des plus courts chemins. La commande dyad.census donne un résultat facilement interprétable (nombre de liens mutuels, asymétriques et nuls). La commande triad.census donne en sortie le code MAN (mutuel, asymétrique, nul) des triades et le nombre de triades respectives. Dans le graphe fictif étudié, il n’y a aucune triade complète, et donc 0 sous le code 300.

Il est déconseillé d’utiliser la commande clique.census : même avec un graphe aussi petit, et sur un ordinateur récent et plutôt puissant, RStudio plante…

En ce qui concerne le degré, la commande degree fournit par défaut la somme des degrés entrants et sortants par sommet. Si l’on choisit de normaliser, la somme des degrés des sommets sera égale à 1 (le mode de normalisation est différent dans igraph). Le graphe étant non connexe, la commande closeness donne un résultat égal à zéro pour tous les sommets (igraph donne lui des résultats aberrants). La centralité d’intermédiarité (betweenness) donne ici 0 pour tous les sommets sauf pour b qui obtient 1 : il y a en effet un seul plus court chemin (dba) passant par b. Si l’on ne prend pas en compte la direction des liens, tous les autres sommets restent à zéro et b descend à 0.5. Pourquoi ? Il y a deux plus courts chemins entre d et a (dba et dca), et 1 sur 2 passe par b. Que c reste à zéro est par contre difficilement explicable… (si vous avez une idée, n’hésitez pas à la soumettre).

Enfin, et je termine ici pour l’examen détaillé de certaines fonctions de statnet, la mesure de la centralisation du graphe est correcte dans statnet – on obtient bien 0 avec un graphe type cercle et 1 avec un graphe étoilé – mais elle donne des résultats erronés dans igraph

Dernier point qui concerne les graphes bipartis : statnet permet (difficilement) de les importer puis de calculer des indicateurs mais ceux-ci sont faux. Dans l’exemple du script, nous avons 7 liens, 3 événements et 4 acteurs. Si les 4 acteurs participent aux 3 événements, le graphe est complet, la densité de 1 et le nombre de liens égal à 12. Or, la commande gden donne comme résultat 0.33, soit 7*2 / 7*6 – dans un graphe simple non orienté de n sommets, la densité est égale à 2n / n(n-1). Et si vous tentez l’expérience avec igraph, le résultat est le même. Le seul – et très relatif – intérêt est de pouvoir passer ensuite à des matrices acteurs-acteurs ou événements-événements. Cette dernière opération est possible sans ces packages en multipliant la matrice m par sa transposée pour obtenir la matrice acteurs-acteurs

m %*% t(m)

ou en faisant l’opération inverse (matrice événements-événements)

t(m) %*% m

L’analyse de réseaux avec R, les premiers pas (deuxième partie)

Un premier billet publié début avril a présenté l’installation de R et de RStudio, le fonctionnement général du logiciel et a montré comment effectuer des mesures basiques sur un graphe à l’aide des packages statnet et igraph. L’objectif de ce billet est d’expliquer le plus simplement possible comment importer et transformer ses propres données et comment les visualiser. L’objectif de l’exercice est le suivant : importer un jeu de données comportant des attributs sur les liens et sur les sommets, puis de représenter le graphe en faisant dépendre la taille et la couleur des sommets de deux attributs et l’épaisseur des liens d’un troisième attribut.

Importer ses données

Les données proposées en exemple représentent un graphe fictif de relations entre enfants. Elles comportent deux fichiers : un fichier de type origine – destination – intensité concernant les liens non orientés existants, un fichier de type individus – variables qui précise les attributs de chacun des sommets (genre et âge). Pour télécharger le jeu de données et le script commenté dans ce billet, cliquer ici (les fichiers sont encodés en utf-8). En  règle générale, avec R, il est préférable pour limiter les risques d’erreurs d’importer des fichiers de format texte (.txt ou .csv).

La démarche à suivre est la même avec les deux packages : mettre en forme ses données, les importer dans R puis les transformer en un objet que statnet et igraph sont capables d’analyser. Détail important : ces deux packages ne permettent pas d’analyser des graphes valués (i.e. l’intensité des liens n’est pas prise en compte pour le calcul des indicateurs) mais, dans la représentation graphique, il est possible de faire varier l’épaisseur des liens en fonction de leur intensité.

Une fois vos fichiers placés dans un dossier, créez dans ce même dossier un fichier script.txt et changez l’extension pour obtenir script.R. Ouvrez-le ensuite avec RStudio.

Le début du script est le suivant :

rm(list=ls())
l <- read.table(« liens.txt », sep= »; », header=TRUE)
s <- read.table(« sommets.txt », sep= »; », header=TRUE, stringsAsFactors=FALSE)

La première ligne supprime tout les objets précédemment créés dans R, les deux lignes suivantes permettent l’importation des fichiers. Il convient de préciser leur nom, le caractère utilisé pour séparer les colonnes (sep= » »), éventuellement le caractère utilisé pour les décimales (dec= » ») et header=TRUE informe R que la première ligne contient les étiquettes de colonnes. L’option stringsAsFactors permet d’éviter que R ne transforme les caractères de la variable qualitative GENRE en facteur. Une fois les fichiers importés, vous pouvez les visualiser en cliquant sur eux dans la fenêtre Workspace. Il est toujours prudent, surtout lorsque l’on débute avec R, mais la règle reste valable ensuite, de vérifier avant toute opération que l’importation s’est bien déroulée.

Avec igraph

La transformation des données est relativement simple  avec igraph : la fonction graph.data.frame prend comme premier argument une liste de liens dont les deux premières colonnes doivent être les origines et les destinations. Les éventuelles colonnes supplémentaires seront considérées comme des attributs des liens. Les arguments suivants concernent la nature du graphe (orienté ou non notamment). Enfin, un argument vertices = permet d’importer les attributs des sommets. La ligne de code suivante permet donc de transformer nos deux fichiers en un objet igraph.

g <- graph.data.frame(l, directed=FALSE, vertices = s)

Pour la représentation, il faut d’abord définir les différents paramètres nécessaires et préciser les couleurs à utiliser, à quelle variable les attribuer, à quoi correspond la taille des sommets, l’épaisseur des liens etc. etc. Le code ci-dessous devrait vous donner la figure suivante – l’orientation des sommets pouvant être différente.

vertexCol <- get.vertex.attribute(g, »GENRE »)
colors = c(« Pink », »Blue »)
vertexCol[vertexCol == « F »] = colors[1]
vertexCol[vertexCol == « M »] = colors[2]

vertexSiz <- get.vertex.attribute(g, « AGE »)

edgeW <- get.edge.attribute(g, « INT »)

plot(g, vertex.color= vertexCol, vertex.size = vertexSiz,
      edge.width = edgeW)

Visualisation avec igraph

Avec statnet

La transformation en objet network analysable par statnet se fait à l’aide des commande as.matrix et as.network. Les noms sont explicites : as.matrix transforme une liste de liens en matrice ; as.network transforme la matrice en objet network. Donc, si vos données de départ sont au format matriciel, vous n’aurez pas besoin d’utiliser as.matrix… Dans la mesure où mes liens ne sont pas orientés, je le précise lors de la transformation avec l’option directed=FALSE. Je ne dois par contre prendre que les deux premières colonnes d’où les crochets et les parenthèses.

library(statnet)
ls <- as.network(as.matrix(l[,c(1:2)], directed=FALSE)
ls
gplot(ls)

La dernière étape consiste à transformer la dernière colonne du fichier l (intensité de la relation) et le fichier s (sommets) en données attributaires pour l’objet network ls créé à l’étape précédente. Cela se fait avec l’assignation %v% pour les sommets (v comme vertex) et %e% pour les liens (e comme edge).

ls %v% « GENRE » <- s$GENRE  
ls %v% « AGE » <- s$AGE
ls %e% « int » <- l$INT

Pour la  représentation graphique, il faut d’abord définir les couleurs à utiliser puis visualiser avec la fonction gplot. Cette fonction propose un très grand nombre d’options, le plus simple est de taper ?gplot puis de tester les différents scripts d’exemple. Bizarrement, il faut faire appel aux tableaux de départ et non à l’objet network pour personnaliser la visualisation. Les options utilisées ici sont les suivantes : gmode = « graph » signale que le graphe est non orienté ( = « digraph » dans le cas contraire) ; displaylabels permet d’afficher ou non les labels des sommets, vertex.col et vertex.cex permettent de choisir couleur et taille des sommets et enfin edge.lwd permet de moduler l’épaisseur des liens.

nodeColors <- ifelse(s$GENRE== »F », »Pink », »Blue »)

gplot(ls, gmode= »graph », displaylabels=TRUE, vertex.col=nodeColors,
      vertex.cex= s$AGE/4, edge.lwd = l$INT)

Le résultat obtenu ressemble – à l’orientation générale de la figure près – à ceci :

 Visualisation avec statnet

En guise de conclusion

Le premier billet vous a – théoriquement – permis d’installer R, RStudio et de tester différente mesures de graphe à l’aide des packages statnet et igraph. Vous savez maintenant importer vos données (liens et attributs) et visualiser vos graphes en fonction des attributs importés, vous êtes donc quasi autonomes. Un dernier conseil pour finir : prenez toujours le temps de bien parcourir les rubriques d’aide des fonctions.

L’analyse de réseaux avec R, les premiers pas

R est un logiciel libre, multiplateforme et qui permet de réaliser à peu près tous les traitements de données possibles dont, bien entendu, l’analyse de réseaux. Seul inconvénient, il fonctionne à l’aide de scripts et nécessite donc l’apprentissage d’un langage particulier. Pourquoi alors l’utiliser ? Parce qu’il s’agit d’un logiciel très puissant, qu’il permet de tout faire, et surtout parce que, une fois le langage maîtrisé, il permet de gagner un temps fou. Une fois le script écrit, obtenir toute une série de mesures sur un graphe prend quelques secondes alors que la même opération avec un logiciel presse boutons nécessite quelques dizaines de clics… Ce billet s’adresse aux personnes tentées par R mais qui n’osent pas encore franchir le pas.

La première partie explique comment installer R, l’interface RStudio (et son utilité), comment charger les modules (packages) d’analyse de réseaux et le fonctionnement de l’aide. La deuxième partie montre quelques manipulations basiques sur les graphes fournis en exemple avec les modules. Un second billet détaillera les procédures d’importation de ses propres données (sommets, liens et attributs) et les possibilités graphiques du logiciel (mise en ligne prévue pour fin avril).

Installer R et RStudio

Première étape : se rendre sur le site http://cran.r-project.org/ et télécharger la version de R compatible avec votre système d’exploitation. Puis se rendre sur le site http://www.rstudio.com/ et télécharger la dernière version de RStudio. RStudio est une interface graphique qui facilite l’utilisation de R en rendant un certain nombre de fonctions (rubriques d’aide, actualisation des modules etc.) beaucoup plus simples à utiliser. Elle n’est pas indispensable mais elle est fortement recommandée quand on débute avec R.

Une fois les deux logiciels téléchargés, installez-les (sous Windows, clic droit et exécuter en temps qu’administrateur). Les choix proposés par défaut sont généralement pertinents, vous pouvez donc les laisser. Lancer ensuite RStudio et vous obtenez une fenêtre de ce type (la capture a été effectuée sous environnement Windows 7, RStudio version 0.97.336). Quatre fenêtres sont ouvertes : celle en haut à gauche accueille les scripts, c’est-à-dire la suite d’instructions que vous allez exécuter ; les résultats apparaîtront dans la fenêtre en bas à gauche appelée la console. La fenêtre en haut à droite liste les jeux de données utilisés et l’historique des manipulations effectuées. Enfin, la fenêtre en bas à droite héberge les rubriques d’aide, les sorties graphiques et la liste des packages installés.

Interface de RStudio

Charger un package

R est un logiciel modulaire. Certains modules sont inclus par défaut lors de l’installation du logiciel, d’autres plus spécifiques doivent être installés. Pour débuter en analyse de réseaux, deux modules sont indispensables : le package statnet (qui est en réalité un ensemble de packages dépendants les uns des autres) et le package igraph. D’autres packages existent et plusieurs billets de ce blog en présentent certains (voir les billets sur le module intergraph, le module bipartite, le module QuACN ou le module qgraph).

statnet et igraph sont des packages inclus dans la version de base de R mais ils ne sont pas actifs au démarrage. Il convient donc de les charger à l’aide des fonctions library(statnet) et library(igraph). Attention, mais j’y reviendrai pas la suite, ces deux packages ne peuvent pas fonctionner ensemble. Pour exécuter une fonction, deux possibilités existent : la taper directement dans la console puis taper Entrée ; la taper dans un script et taper Ctrl + Entrée pour l’exécuter. Le résultat est exactement le même. Mais tout l’intérêt de R est de créer des scripts (des suites de commandes) qui peuvent être sauvegardés (ce sont de simples fichiers texte ayant l’extension .R) et réutilisés ensuite. Une bonne habitude est donc, à l’ouverture de RStudio, de créer un nouveau script à l’aide des menus déroulants File > Create new R script. Le menu File permet de créer les scripts, de les sauvegarder à l’endroit de son choix, de les ouvrir etc.

Créer un script avec RStudio

Au fait, pourquoi deux packages ? statnet est développé par des sociologues férus de modèles statistiques (ERGM) ; igraph est développé par des physiciens et des informaticiens. On trouve dans les deux les mesures les plus communes en analyse de réseaux mais certaines ne sont proposées que dans l’un de ces deux packages. Par ailleurs, la simplicité des commandes et la clarté des résultats varie d’un package à l’autre. A titre personnel, l’importation des données attributaires me semble beaucoup plus simple avec igraph mais je préfère les visualisations proposées par statnet. Mais ceci est affaire de goût… Autre avantage d’utiliser deux packages, ce qu’on ne parvient pas à faire avec l’un,  on réussit généralement à le faire avec l’autre.

Les rubriques d’aide

Dans RStudio, lorsque que vous chargez un package à l’aide de la commande library(nom_du_package), l’aide s’affiche dans un onglet de la fenêtre Help. Si vous avez besoin de savoir comment fonctionne une instruction, il suffit de la taper dans la console, de taper Ctrl + Entrée et la rubrique s’affiche alors dans la fenêtre Help. Quand les créateurs et/ou créatrices du package ont fait du bon boulot, vous trouvez une définition de la fonction, sa structure (éléments indispensables et optionnels), les éléments pris en entrée et ceux fournis en sortie et enfin un exemple d’utilisation. La rédaction de la documentation étant en grande partie normée, ces rubriques sont généralement de bonne qualité (mais en anglais évidemment…).

Aide d'igraph dans RStudio

Les rubriques d’aide sont  – avec les forums et listes de diffusion consacrés à R – sont vos meilleurs alliés pour progresser rapidement. Lorsque que vous utilisez un package pour la première fois, prendre le temps de regarder les différentes fonctions, d’examiner les jeux de données disponibles, de tester les scripts d’exemple proposés vous fera gagner un temps précieux.

Mais il est temps d’entrer dans le vif du sujet… La suite du billet suppose que vous avez installé R et RStudio… et c’est tout.

Pour les deux packages, les manipulations proposées sont les suivantes : chargement d’un jeu de données, calcul de la densité du graphe, du nombre et de la taille des composantes connexes, et enfin calcul de deux mesures de centralités des sommets (degré et intermédiarité, soit en bon anglais degree et betweenness). Comme indiqué plus haut, les aspects liés à la visualisation et à l’importation de ses propres billets seront abordés dans un second billet.

Manipulations basiques avec statnet

Le petit texte qui suit est un script, c’est-à-dire une liste d’instructions. Les étapes sont toujours les mêmes : nettoyer l’espace de travail (rm = remove), charger le package, charger un jeu de données puis effectuer les opérations souhaitées sur ce jeu de données. Quand on débute (et même après), il est vivement conseillé de commenter ses scripts : il suffit de placer un croisillon (AltGr + 3 sur Windows, Maj + @ sur Mac). Et c’est bien un croisillon et non un dièse1…) et ce qui est tapé ensuite n’est pas pris en compte par le logiciel.

Plusieurs jeux de données sont fournis avec statnet et l’exemple proposé ici utilise le jeu de données nommé faux.magnolia.high. Ce graphe simule les liens d’amitiés sur un campus américain (pour obtenir plus d’informations, taper ?faux.magnolia.high dans la console, Entrée et les détails s’affichent dans la fenêtre Help).

rm(list=ls()) #supprimer tous les objets importés ou créés auparavant
library(statnet) #chargement du package  statnet
data(« faux.magnolia.high ») #chargement du jeu de données
g <- faux.magnolia.high #attribution d’un nom court (facilite la saisie)
g  #informations de base sur le graphe

Taper le nom de l’objet g permet d’obtenir les informations suivantes : nombre de sommets (vertices = 1461), caractéristiques du graphe (ici on apprend qu’il est non-orienté, non multiple, ne comprend pas de boucles et qu’il ne s’agit pas d’un hypergraphe : directed = FALSE hyper = FALSE loops = FALSE multiple = FALSE bipartite = FALSE). On apprend enfin qu’il comprend 974 liens et qu’il n’y a pas de données manquantes (total edges= 974 missing edges= 0 non-missing edges= 974). Dernier point, mais qui ne sera pas utilisé dans ce billet, l’existence d’attributs (sur les sommets et/ou les liens) est indiqué : chaque sommet comprend un nom et des indications portant sur le niveau scolaire, le genre et l’ethnie (Vertex attribute names: Grade Race Sex vertex.names).

gden(g) #calcul de la densité
component.dist(g) #nombre et compositions des composantes connexes

Cette dernière fonction crée trois objets différents : un objet membership qui précise pour chaque sommet la composante connexe à laquelle il appartient ; un objet csize (component size) qui donne la taille de chacune des composantes connexes ; un objet cdist qui décrit la distribution des tailles des composantes connexes. Si je souhaite utiliser ces résultats ensuite – et la remarque s’applique aux opérations suivantes – j’ai tout intérêt à créer un objet qui va stocker ces résultats et me permettre de les réutiliser ensuite. La procédure est simple, je fais précéder l’instruction d’un nom (prendre un nom explicite est recommandé) et du petit symbole <-, ce qui donne la ligne de commande suivante. Les résultats ne s’affichent pas dans la console mais sont stockés – et réutilisables – dans l’objet comp.connexe.

comp.connexe <- component.dist(g)
deg <- degree(g) #calcul des degrés
summary(deg) #informations sur les degrés (min, Q1, médiane, moyenne, Q3 et max)
bet <- betweenness(g) #calcul de la centralité d’intermédiarité
summary(bet) #informations sur la centralité d’intermédiarité
tab <- as.data.frame(cbind(g$vertex.names, deg, bet)) #création d’un tableau

Cette dernière ligne appelle un petit commentaire : je crée un tableau de données (as.data.frame) qui consiste à coller côte à côte 3 colonnes (cbind), ces 3 colonnes étant le nom des sommets (g$vertex.names), leur degré (deg) et leur centralité d’intermédiarité (bet). Cette étape n’est pas obligatoire mais on peut préférer stocker tous les résultats concernant les sommets dans un même tableau plutôt que de multiplier les objets à manipuler.

Manipulations basiques avec igraph

Le mini-script qui suit réplique la même suite d’opérations mais avec le package igraph (et avec un jeu de données différent, le fameux Zachary karate club dataset). Comme vous le verrez, les noms des fonctions se ressemblent parfois fortement. Mais, statnet et igraph ne pouvant être utilisés de façon simultanée, il convient tout d’abord de détacher le package statnet puis de charger le package igraph.

rm(list=ls()) #nettoyer l’espace de travail
detach(package:statnet) #détacher le package statnet
library(igraph) #charger le package igraph
library(igraphdata)#charger les jeux de données du package igraph
data(karate) #charger le jeu de données du Zachary karate club
g <- karate #lui donner un nom plus court
g #principales propriétés

Taper g donne le résultat suivant : IGRAPH U-W- 34 78 — Zachary’s karate club network + attr: name (g/c), Citation (g/c), Author (g/c), Faction (v/n), weight (e/n). Ce qui en termes compréhensibles se traduit de la manière suivante : le graphe est non-orienté (U undirected) et valué (W weighted), il comprend 34 sommets et 78 liens, son nom est Zachary’s karate club network et il comprend un certain nombre d’attributs : sur le graphe (g : nom, auteur et citation), sur les sommets (v comme vertex ) et sur les lien (e comme edge).

graph.density(g) #densité du graphe
comp.connexe <- clusters(g) # composantes connexes

La fonction clusters crée trois objets : un objet membership qui indique à quelle composante appartient chaque sommet ; un objet csize indiquant la taille des composantes connexes et enfin un objet no donnant le nombre de composantes connexes. Le graphe étant ici connexe, les résultats de cette commande sont d’un intérêt relatif.

deg <- degree(g) #degré des sommets
bet <- betweenness(g) #centralité d’intermédiarité
tab <- as.data.frame(cbind(deg, bet)) #création d’un tableau
head(tab,10) #examen des 10 premières lignes du tableau

Et c’est tout pour aujourd’hui… Dernier conseil pour finir : avec R, il est important de prendre son temps et d’examiner les problèmes de manière séquentielle. Si vous abordez R pour la première fois, vous ne pouvez pas en deux heures apprendre à importer vos données, à lancer et interpréter un modèle ERGM puis à produire une superbe visualisation. Mais, avec des recours réguliers aux rubriques d’aide, de petits scripts (abondamment commentés) que vous enrichissez au fur et à mesure (j’ai créé un tableau avec 2 indicateurs, il est facile d’en ajouter…), votre progression sera rapide et efficace.

Ressources en ligne

Ayant déjà souvent écrit sur l’analyse de réseaux avec R – et je ne compte pas m’arrêter là -, je me permets de renvoyer à ce billet publié il y a quelques mois.

1 Robin Cura est la personne  qui m’a permis de comprendre l’étendue de mon ignorance sur cet aspect crucial. Et il a évidemment raison : ♯ est un dièse, # est un croisillon….