EgoNet et Vennmaker : logiciels d’analyse de réseaux personnels

Un billet sur les réseaux personnels ou ego-network pour changer un peu. Qu’on se le dise, l’analyse de réseau n’est pas réservée aux fouilleurs de big data. Elle se prête très bien à une démarche de recherche plus qualitative. Les logiciels EgoNet et VennMaker, respectivement développés par des sociologues et des historiens, en témoignent.

Ces logiciels présentent la particularité d’associer un module permettant de générer un questionnaire ou guide d’entretien à un module de représentation et d’analyse de graphe. Bien que la partie analyse de graphe reste limitée, rien n’empêche l’utilisateur d’exporter le graphe de sortie et d’approfondir l’analyse avec des logiciels plus spécialisés (évoqués dans les autres billets du groupe fmr).

Les deux logiciels ne sont pas équivalents. L’utilisation d’EgoNet exige plus de rigueur que celle de VennMaker. Les deux logiciels permettent de construire un questionnaire dont les étapes sont bien balisées: le générateur de nom (« Citez-moi les personnes de votre entourage qui répondent à tel ou tel critère ») ; la qualification des relations entre un ego et ses alters (« Quelle est la nature de la relation que vous entretenez avec chacune de ces personnes ? ») ; la qualification des relations entre alters (« Quelle est la nature de la relation que ces personnes entretiennent entre elles ? »).

Ci-dessous, une capture d’écran de la partie entretien du logiciel Egonet :

Capture d'écran Egonet

Une fois le questionnaire généré, il est prévu que vous le complétiez, en direct, pendant l’entretien. Avec les réponses enregistrées, les logiciels génèrent le graphe du réseau personnel de la personne interrogée. Vous pouvez alors, le lui montrer, faire quelques traitements (calculs des indices de centralité basiques sur EgoNet) et en discuter avec elle.

Si c’est cette démarche qui vous intéresse, nous vous conseillons d’avoir plutôt recours à EgoNet car c’est l’interface qui s’y prête le mieux. En effet, la particularité de VennMaker est de permettre à son utilisateur d’intervenir directement sur le graphe sans qu’il y ait besoin du questionnaire. Contrairement à EgoNet, VennMaker permet de dessiner, littéralement, le réseau tout en réalisant l’entretien.

La souplesse de VennMaker est intéressante, à notre sens, s’il s’agit moins de réaliser un questionnaire qu’un entretien semi-directif. Les options de dessins sont originales pour, par exemple, rendre compte d’attributs multiples : on peut faire varier la forme et la couleur des nœuds et il est possible de les placer sur un cadran (en toile de fond) ce qui permet, éventuellement, d’indiquer leur localisation géographique.

Ci-dessous, une capture d’écran de l’interface graphique de VennMaker :

Capture d'écran VennMaker

Avec EgoNet, ce sont uniquement les réponses obtenues par le biais du questionnaire qui définissent le graphe. Cela permet d’éviter les erreurs d’interprétation du résultat a posteriori. En effet, le gros défaut de VennMaker est de permettre à l’utilisateur de modifier la configuration du graphe obtenu par le biais de l’entretien, après que celui-ci ait été réalisé. Le risque est alors important de ne plus pouvoir s’y retrouver. Un autre point positif en faveur d’Egonet : il est gratuit et libre ce qui n’est pas le cas de VennMaker (pour autant, une version d’essai gratuite est disponible en ligne). Les deux logiciels évoluent régulièrement pour pallier aux défauts rencontrés par les utilisateurs.

En conclusion, voici deux logiciels originaux pour les tenants d’une approche aux frontières du qualitatif et du quantitatif. Je remercie Ainhoa de Federico d’avoir organisé les deux ateliers méthodologiques qui m’ont permis de découvrir ces logiciels. Ces ateliers ont été organisés dans le cadre du Labex SMS (Structuration des Mondes Sociaux) à l’Université de Toulouse – Le Mirail. Le prochain atelier méthodologique aura lieu le 12 juin 2012 de 16 à 19h à la Maison de la Recherche (UTM).  Cette fois-ci, Juergen Lerner de l’Université de Konstanz viendra présenter le logiciel Visone (logiciel déjà évoqué sur ce blog).

Site du logiciel Egonet : http://sourceforge.net/projects/egonet/
Site du logiciel VennMaker : http://www.vennmaker.com/en/

Un nouvel – et excellent – manuel : Studying Social Networks de M. Hennig et al. (2012)

 couverture du manuel Studying social network, Hennig et al., 2012La sortie d’un manuel généraliste consacré à l’analyse des réseaux sociaux (Social Network Analysis – SNA dans la suite du texte) est une bonne nouvelle, les manuels de référence (Wasserman et Faust, 19941 ; Scott, 20012) commencent en effet à dater. Mais proposer un manuel complet, accessible sans pré-requis et capable d’intégrer les derniers développements méthodologiques est un défi que les auteurs relèvent de façon astucieuse. Plutôt que d’attaquer bille en tête sur le vocabulaire, les définitions et les formules – ce qui est à la fois tentant pour l’auteur et pénible pour les lecteurs et lectrices -, les auteurs s’intéressent aux questions de recherche pour lesquelles la SNA est un recours pertinent. Le vocabulaire est intégré peu à peu dans le texte mais toujours après avoir résumé une recherche existante, qu’elle soit ancienne (les réseaux de Davis3 ou Zachary4 sont évidemment présents) ou plus récente.

Certains chapitres sont particulièrement bienvenus : qu’il s’agisse  de celui sur les données qui questionne longuement les types de données, les questionnements et les traitements possibles sans négliger les différents formats, ou du dernier consacré à la visualisation et qui a lui seul mérite la lecture de l’ouvrage – Brandes notamment s’intéresse à la question depuis sa thèse de 1999 (voir ses publications à l’adresse http://www.inf.uni-konstanz.de/~brandes/publications/). Je recommande notamment le tableau p. 178 intitulé Top 10 Visulization Tips qui commence avec une première règle ainsi libellée : « D’abord la précision, puis la lisibilité, et enfin l’esthétique » (« Accuracy first, readability second, aesthetics third »).

Les développements récents issus des mathématiques ou de la physique ne sont pas totalement ignorés, les réseaux sans échelle et petits-mondes sont définis… mais expédiés de façon plutôt expéditives (2 pages !). Inversement, la modularité est définie en une courte page d’une clarté exemplaire (p.133-134). Reste qu’en parcourant l’index, on ne repère aucun oubli majeur.

Format court oblige, certaines méthodes sont à peine esquissées. Résumer les modèles ERGM (Exponential Random Graph Models) en 3 pages et 2 équations est sans doute un peu rapide : celles et ceux qui les connaissent n’apprendront rien ; celles et ceux qui ne les connaissent pas auront au mieux une vague idée du principe… Même commentaire pour le blockmodeling qui est sans doute résumé de façon trop synthétique. Et la rupture de ton entre les premiers chapitres, très littéraires, et le quatrième (Analysis) où les formules s’enchaînent à un rythme soutenu, peut surprendre.

Nationalité de certains des auteurs oblige, les rares références non anglophones sont allemandes (une référence espagnole tout de même) et les seuls auteurs français cités sont Bertin (traduit en anglais), Fekete (3 lignes seulement sur ses innovations en matière de visualisation) et… Bourdieu (traduit en allemand).

 Malgré ces quelques réserves, cet ouvrage est un très bon manuel d’initiation, et sa lecture est chaleureusement recommandée.

Marina Hennig, Ulrik Brandes, Jürgen Pfeffer et Ines Mergel, 2012, Studying Social Networks. A Guide to Empirical Research, Frankfurt et New York, Campus Verlag, 218 pages (environ 25 €).

Notes

1 Stanley Wasserman et Katherine Faust,1994, Social Network Analysis: Methods and Applications, Cambridge University Press. Malgré l’absence  des développements récents (réseaux petits-mondes et sans échelle etc.), ce manuel reste à mon avis indispensable.

2 John Scott, 2001 (Second edition), Social Network Analysis. A handbook, Sage.

3 Réseau fameux issu de l’ouvrage de Davis et al. (1941, Deep South, University of Chicago Press) et décrivant la participation de 18 femmes à 14 événements sociaux.

4 Réseau de 34 membres d’un club de karaté qui subit une scission lors de l’enquête et tiré de W. W. Zachary, 1977, An information flow model for conflict and fission in small groups, Journal of Anthropological Research 33, 452-473.




 

 

REDES, volume 23, numéro thématique « El análisis de redes inter-organizacionales »

REDES (Revista Hispana para el Análisis de Redes Sociales) est une excellente revue électronique – librement accessible – consacrée à l’analyse des réseaux et le volume 23 qui vient d’être mis en ligne propose un riche numéro thématique consacré à l’analyse des organisations. Si la majorité des articles est disponible en espagnol, deux sont en portugais et l’un en version espagnole et anglaise (voir le sommaire ci-dessous).

Les thèmes abordés sont variés, qu’il s’agisse des réseaux de citations et de co-publications dans trois sciences sociales chiliennes (Zincke), d’une comparaison entre réseaux des grandes entreprises chiliennes et argentines (Salvaj et Lluch) ou des relations entre compagnies de production télévisuelles en Afrique sub-saharienne (Favre et al.) pour ne citer que les trois premiers articles. Le spectre des espaces balayés (de la ville à la région sub-continentale en passant par l’État) est large et montre la flexibilité de l’analyse de réseau. Au niveau méthodologique, peu d’innovations me semble-t-il (mais ma maîtrise de l’espagnol et du portugais n’est pas totale) : la densité des réseaux étudiés et les mesures de centralité des différents acteurs (degré, proximité et intermédiarité notamment) constituent les principaux outils mobilisés, excepté dans Fabre et al. où l’analyse multi-niveaux chère à Lazéga est menée via une ACM (Analyse des correspondances multiples).

ll est tout de même dommage que certains auteurs n’aient pas un peu travaillé leurs graphes afin de rendre leurs résultats plus lisibles et plus attractifs. Les sorties brutes de Pajek ou d’Ucinet sont largement perfectibles non ? Surtout pour une revue en ligne où les contraintes liées à l’utilisation de la couleur ne se posent pas.

Enfin, la conclusion de l’éditorial ne peut que réjouir le géographe que je suis dans la mesure où Álvaro Pina-Stranger souligne l’importance de prendre en compte les localisations et les distances entre acteurs pour l’analyse des réseaux entre organisations (« El estudio de la proximidad geográfica es sin duda uno de los principales ejes de desarrollo del análisis de redes inter-organizacionales. », p. 6). Ce souci est d’ailleurs visible dans la multiplication des sessions thématiques consacrées à la spatialité des réseaux dans les différents colloques signalés sur  ce blog ou dans la parution en début d’année d’un numéro de Social Networks intitulé Capturing context: Integrating spatial and social network analyses (vol. 34, n°1).

J’en profite pour signaler que REDES propose aussi une mailing-list qui peut utilement compléter celle de Réseaux sociaux.

logo de la revue en ligne REDES

Sommaire

Présentation du numéro

Álvaro Pina-Stranger, Introducción: el análisis de redes inter-organizacionales, p.1-6 (espagnol)

Articles

Claudio Ramos Zincke, Estructuras de comunicación en el campo de la ciencia social en Chile: un Análisis de Redes, p. 7-42 (espagnol).

Erica Salvaj et Andrea Lluch, Estudio comparativo del capitalismo argentino y chileno: un análisis desde las redes de directorio a fines del modelo sustitutivo de importaciones, p. 43-79 (espagnol) et p. 80-112 (anglais).

Guillaume Favre, Julien Brailly, Josiane Chatellet et Emmanuel Lazega, De la relación inter-individual a la relación inter-organizacional: Un análisis de redes multinivel de un mercado de programas de televisión en África subsahariana, p. 113-145 (espagnol).

Andrés Matta, Aportes del Análisis de Redes Sociales a la Gestión de Estrategias de Cooperación Empresarial, p. 146-177 (espagnol).

Edgar Reyes Junior, Cláudio dos Reis Gonçalo et Cristiane Nascimento Brandão, Mapeando as Relações Sociais em Aglomerados de Empresas, p. 178-201 (portugais).

Sergio Bulgacov, Sieglin de Kindl Cunha, Yara Bulgacov, João Carlos Cunha et Zandra Balbinot, Internacionalização de Empresas Participantes de Clusters: Condicionantes e práticas relacionais, p. 202-232 (portugais).

Leonardo Garavito G., Las redes informales inter-oganizacionales en la movilización por el agua en la Cuenca de México, 2005-2009, p. 233-260 (espagnol).

Paula Rodríguez-Modroño, Análisis relacional del capital social y el desarrollo de los sistemas productivos regionales, p. 260-290 (espagnol).

Compte-rendu

Ainhoa de Federico, Recensión del libro “La vie en réseau. Dynamique des relations sociales” de Claire Bidart, Alain Degenne y Michel Grossetti, p. 291-296 (espagnol).

 

Connections 32(1), Juin 2012

Le numéro 1, volume 32, de la revue gratuite en ligne Connections est accessible depuis quelques mois sur le site de l’INSNA. Cinq articles au sommaire et une nouvelle rubrique – le Data Exchange Network (DEN), qui présente en détail un jeu de données mis à disposition (taille, type, format, descriptif) – composent le numéro.

Le premier article (voir sommaire détaillé ci-dessous) étudie un réseau valué bimodal relatif à deux congrès internationaux de sociologie en le comparant à des réseaux aléatoires de même type. Les auteurs s’intéressent particulièrement à la nationalité des intervenants dans les différentes sessions et à ce qu’ils nomment l’endogamie (la tendance à se retrouver dans une session entre intervenants de même nationalité). L’article est intéressant même si les conclusions peuvent sembler attendues (oui, on se retrouve plus souvent entre intervenants d’une même nationalité dans une même session) et surtout la supériorité du mode de validation utilisé sur d’autres tests statistiques (test du chi-2 notamment) n’apparait pas évidente.

L’article suivant s’intéresse à la topographie des réseaux terroristes. L’utilisation d’un vocabulaire très métaphorique dans l’introduction peut surprendre (réseau provincial contre cosmopolite ; réseau clair contre réseau sombre). On a droit ensuite à une révision – bien faite – sur les liens faibles et forts de Granovetter et les développements récents de cette approche, avant de passer en revue indices classiques (densité) ou plus récents. Le lien avec les réseaux terroristes ? A peu près nul si ce n’est page 22 une présentation détaillée d’un jeu de données sur un réseau terroriste – jeu de données qui ne semble pas être accessible en ligne.

Le troisième article compare les réseaux personnels de personnes pauvres de São Paulo et de Salvador. La distinction entre réseau personnel (personal network) et ego-network proposée est convaincante : L’ego-network est (classiquement) définie comme un acteur, tous les acteurs auxquels il est directement lié et les liens entre ces différents acteurs. Le réseau personnel est lui défini comme le réseau complet centré sur une personne (lien direct ou non) – ce qui revient de fait à considérer la composante connexe à laquelle appartient l’acteur. Les échantillons d’individus interrogés par questionnaire (questionnaire semi-ouvert et générateur de noms) sont de taille respectables (209 à São Paulo et 153 à Salvador, plus 30 réseaux personnels d’individus de classes moyennes pour établir des comparaisons) et une vague d’entretiens plus restreinte a suivi. Les réseaux personnels collectés ont fait ensuite l’objet d’une classification par k-means basée sur une quinzaine d’indicateurs globaux, classification décrite en détail ensuite. Un article tout à fait recommandable tant au niveau thématique – même si les résultats sont globalement attendus – que méthodologique.

L’article suivant est d’un intérêt essentiellement méthodologique et discute la pertinence du seuil à retenir pour considérer qu’une relation existe en cas de données manquantes dans un réseau.  N’étant pas familier du cognitive consensus structure (CSS), je ne saurai me prononcer sur celui de l’Optimal CSS proposé par l’auteur.

Enfin, l’article de Halgin et Borgatti rappelle les principes généraux de l’analyse de réseau personnel (les deux auteurs utilisant eux ego-network et personal network comme synonymes) et présente E-NET, un logiciel conçu en 2006 par Borgatti et qui ressemble (d’après l’article, je ne l’ai pas encore testé) à un petit frère d’Ucinet, et c’est bien nomal, Borgatti étant aussi l’un des concepteurs d’Ucinet. Je reviendrai prochainement sur ce logiciel ainsi que sur les fonctions R dédiées à l’analyse des ego-networks.

Dernière et nouvelle rubrique, le DEN (Data Exchange Network) qui présente en détail le Camp 92 dataset, petit réseau social collecté lors d’une école d’été en anthropologie. La fiche de synthèse en résume les caractéristiques principales et souligne les usages pédagogiques qui peuvent en être faits. Vivement le prochain! Espérons d’ailleurs que l’objectif des deux numéros annuels affirmé dans l’éditorial par le nouveau rédacteur en chef, Dimitris Christopoulos, sera tenu.

Enfin, si vous ne connaissez pas cette revue, sachez que toutes les éditions précédentes, depuis 1978, sont téléchargeables au format .pdf.

Sommaire du numéro

Christian Stegbauer et Alexander Rausch: How International Are International Congresses?, p.1-11.
Sean F Everton: Network Topography, Key Players and Terrorist Networks, p.12-19.
Renata Mirandola Bichir et Eduardo Marques: Poverty and Sociability in Brazilian Metropolises: Comparing poor people’s personal networks in São Paulo and Salvador, p.20-32.
Jarle Aarstad: Assessing A Novel Approach To Identifying Optimal Threshold Levels For Cognitive Consensus  Structures: Implications and general applications, p.33-36
Dan Halgin et Steve Borgatti: An Introduction to Personal Network Analysis and Tie Churn Statistics using E-NET, p.37-48.
Rich DeJordy et Pacey Foster: Introduction to DEN: the Data Exchange Network, p.49-50.
Stephen P. Borgatti, H. Russell Bernard, Pertti Pelto, Gery Ryan et Rich DeJordy: DEN: The “Camp ‘92” Dataset, p.51-52.

Réseaux et régulations (2012-2013)

Le cycle de conférences 2012-2013 « Réseaux et régulation » de l’Observatoire des Réseaux Intra- et Inter-Organisationnels (Programme ORIO associant CSO-CNRS, Sciences Po et CMH-CNRS, ENS) aura lieu aux dates suivantes au CSO, 19 rue Amélie, 75007 Paris, de 16h à 18h :

Vendredi 3 Décembre 2012, Corey Phelps, HEC, « Origins of Interorganizational Multiplexity: An Examination of the Interdependence of Start-up Tie Formation Across Venture Capital and Alliance Networks »

Lundi 14 Janvier 2013, Marten Düring, Radboud Universiteit Nijmegen, « A network perspective on the emergence of German support networks for Jewish refugees during the Holocaust »

Lundi 11 Février 2013, Juliette Stehlé, Université de la Méditerranée | Centre de Physique Théorique, Marseille, « Homophilie de genre dans une école primaire : une étude comportementale utilisant la détection des interactions face-à-face avec des badges RFID » – voir le billet Une journée d’école vue par SocioPatterns.

 Les dates des conférences ultérieures seront ajoutées par la suite en commentaires.

Première journée d’étude fmr – 27 septembre 2012

Le 27 septembre prochain aura lieu la première journée d’études du groupe fmr (flux, matrices, réseaux) organisée avec le soutien du CIST, de l’IFSTTAR et de l’équipe CRIA (UMR Géographie-cités).

Le titre de la journée est Réseaux sociaux, réseaux spatiaux, réseaux complexes : éléments pour un dialogue.

Programme

9h30 : Accueil

10h : Présentation de la journée (F. Bahoken)

Session 1 animée par C. Ducruet

10h15 : Gabriel DUPUY (Professeur émérite de géographie, Université Paris 1), Retour sur le groupe Réseaux

10h50 : Marc BARTHELEMY (CEA-CAMS), Évolution des réseaux spatiaux – deux études de cas

11h25 : Claire LEMERCIER (Sciences-Po, CSO) , Parler de réseaux en histoire : pourquoi, comment ?

12h00—14h : Pause déjeuner

Session 2 animée par L. Beauguitte

14h : Jean-Daniel FEKETE (INRIA / AVIZ), Nouvelles représentations et interactions pour la visualisation de réseaux

14h35 : Dana DIMINESCU (Telecom ParisTech), Atlas e-diaspora

Table ronde animée par M. Drevelle et M. Maisonobe

16h Clôture (L. Beauguitte)

 

Texte de présentation de la journée

Plusieurs disciplines utilisent aujourd’hui des méthodes issues de la théorie des graphes. Que ce soit en sciences sociales ou en sciences dures, la disponibilité accrue des données, la puissance informatique croissante et le caractère attractif des visualisations produites expliquent en grande partie le foisonnement des travaux. Cependant, et malgré un certain nombre d’outils et d’objets d’étude communs aux disciplines concernées, la recherche sur les réseaux reste cloisonnée tant par le flou terminologique que par la diversité des cultures et raisonnements qui la caractérisent, freinant par là l’émergence d’une véritable « Science des Réseaux ».

L’objectif de cette première journée d’études du groupe fmr est de susciter un dialogue entre praticien-ne-s des réseaux issu-e-s de disciplines et d’horizons divers. La réflexion portera sur les méthodes, problèmes et concepts qui gagneraient à être mis en commun. Les intervenants dresseront un bilan de l’analyse de réseau dans leurs travaux et proposeront un retour d’expérience sur leurs collaborations transdisciplinaires.

Les textes produits par les intervenant-e-s seront édités à l’hiver 2012 dans la collection hal-shs du groupe fmr (http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMR/).

Comité scientifique : Laurent Beauguitte, César Ducruet

Comité d’organisation : Françoise Bahoken, Matthieu Drevelle et Marion Maisonobe

 

L’entrée à la journée est libre.

 

Accès

Université Paris 7, salle des thèses

Dalle « les Olympiades », immeuble Montréal

accès par le 50 rue de Tolbiac, Paris

Métro : ligne 14, station « Olympiades »

Bus : lignes 62, 64 et 83,  arrêt « Olympiades »