Le réseau express régional francilien entre 1977 et 2032 : évolution de la structure globale du réseau

Lorsqu’on l’on a à sa disposition des données de réseau évoluant sur plusieurs décennies, il serait dommage de ne pas en profiter*. Ce billet se propose de tester différentes mesures de la théorie des graphes sur le réseau express régional francilien depuis sa création en 1977 jusque 2030 (mise en service théorique de l’intégralité du Grand Paris Express). Notre analyse porte uniquement sur le réseau régional express entendu comme le réseau RER et le futur réseau Grand Paris Express, il exclut donc les autres modes de transport (métro, transilien, tramway, bus…). Dans notre réseau, un nœud représente une gare et un lien représente un tronçon de voie ferroviaire entre deux gares. Le réseau dynamique prend en compte les évolutions suivantes :

  • Création des RER A et B (1977)
  • Création du RER C (1979)
  • Extension des RER A vers Torcy et C vers St Quentin en Yvelines (1980)
  • Extension du RER B vers l’aéroport Charles de Gaulle(1981)
  • Création du RER D (1987)
  • Extension des RER A vers Cergy et C vers Montigny Beauchamp (1988)
  • Extension des RER A vers Poissy (1989)
  • Extension des RER D vers Survilliers Fosse (1990)
  • Extension des RER A vers Val d’Europe et intégration de la branche Juvisy-Versailles dans le RER C (1992)
  • Extension des RER A (Cergy) et B (Roissy) (1994)
  • Extension du RER D au sud de Paris (1995)
  • Création du RER E (1999)
  • Extension du RER C vers Pontoise (2000)
  • Extension du RER E vers Tounan (2003)
  • Extension du RER E à l’ouest (2020)
  • Mise en service progressive de Grand Paris Express et de la ligne orange (2021-2030)

En nous inspirant de la démarche de Wang et al. (2009), nous avons calculé et représenté sur un graphique le nombre de nœuds, liens et cycles, ainsi que les indices alpha, béta et gamma (pour plus d’information sur les indices, se référer à la synthèse fmr « Les mesures globales d’un réseau »). Il est alors possible de discerner 4 périodes dans la constitution du réseau régional francilien :

  1. Une période de création du réseau (1977 – 1982) : cette période correspond à la création des trois premières lignes de RER, avant la « pause » des années  1980. Elle est caractérisée par une croissance du nombre de nœuds et de liens et une absence de cycle.
  2. Une période de croissance radiale du réseau (1987-2002) : cette période correspond à la création de nouvelles lignes radiales et à des extension de lignes existantes. Elle est caractérisée par une croissance importante du nombre de nœuds et de lien et une croissance très faible du nombre de cycles. Les indices évoluent peu mais l’apparition des premiers cycles fait passer béta au dessus de 1. Le réseau reste cependant essentiellement radial.
  3. Une période de stagnation du réseau (2002-2012) : durant cette période le nombre de nœuds et de liens augmentent très peu, les indices alpha, béta et gamma n’évoluent pas.
  4. Une période de croissance maillée du réseau (2017-2032) : cette période correspond à la création du réseau Grand Paris Express. Elle est caractérisée par une croissance importante du nombre de nœuds, de liens et de cycles. Les indices alpha, béta et gamma augmentent, ce qui montre que le réseau offre  d’avantage de chemin alternatifs (indice alpha), a d’avantage de stations en correspondance (hausse du degré moyen, indice béta) et se rapproche très légèrement d’un réseau complet (indice gamma).

RER_Graphique1

Le calcul du diamètre du réseau et du plus court chemin moyen aux différentes périodes permet aussi d’apporter des éléments sur la structure du réseau. Il apparait ainsi que, durant les périodes de création et de croissance radiale, le diamètre et le plus court chemin moyen ont eu tendance à croitre. Jusque dans les années 2000, l’objectif sur réseau n’est donc pas d’améliorer les relations entre les différents nœuds. Toutefois, la période de croissance maillée (caractérisée par une augmentation forte du nombre de cycles), est marquée par une diminution légère du diamètre du réseau et surtout par une forte diminution du plus court chemin moyen. Le réseau Grand Paris Express semble donc favoriser l’efficacité du réseau en termes de relation entre les différents nœuds. Cela est d’ailleurs en adéquation avec le discours politique de favoriser les déplacements de banlieue à banlieue par les transports collectifs.

RER_Graphique2

Bien d’autres mesures globales mais aussi (et surtout ?) locales seraient évidemment très intéressantes à réaliser sur ce réseau : comment évolue la vulnérabilité du réseau ? Comment évoluent les centralités de proximité et d’intermédiarité dans certaines stations clef (Châtelet, La Défense…) ? Le RER est-il small-world ou scale-free ?… Elles feront sans doute l’objet de prochains billets. A suivre donc…

*Le réseau utilisé pour ce billet reprend en partie un réseau réalisé par Béziat A., Goldberg J., Heitz A. et Larose F. dans le cadre de leur mémoire de master 1. Il a été retravaillé et enrichi par l’auteur pour la rédaction de ce billet.

Matthieu Drevelle

Doctorant en Géographie-Aménagement à l’Université Paris 1, UMR Géographie-cités, équipe CRIA – Transamo

More Posts