NodeXL : module convivial ou gadget inutile ?

logo du logiciel NodeXLIl y a des personnes qui ont parfois de drôles d’idées, et l’équipe qui développe NodeXL a eu l’idée saugrenue de développer un plug-in libre et gratuit permettant l’analyse de graphes, plug-in qui ne peut être utilisé qu’avec les versions récentes (2007 et plus) d’Excel. Et rien ne laisse supposer sur la page du projet une extension pour Libre Office ou Open Office, dommage. Ce billet est organisé en deux parties bien distinctes : la première explique comment utiliser l’outil ; la deuxième en souligne l’intérêt, intérêt variable selon vos pratiques logicielles en analyse de réseau.

L’installation est simple : dézipper le fichier, lancer le setup.exe et suivre les instructions. Il s’agit d’un .exe donc les utilisateurs de la suite Microsoft Office pour Mac ne peuvent l’installer. A moins évidemment d’installer aussi le système d’exploitation Windows après partition du disque dur ou l’installation d’un outil tel la Virtual Box.

Lancer le programme ouvre un classeur .xlsx dont les onglets présentent quelques particularités comme le montre la série de captures d’écran ci-dessous. Quatre feuilles sont présentes par défaut et, dans chacune, des colonnes vides attendent vos données.

Feuilles présentes à l'ouverture de NodeXl

menu de NodeXL

En haut de l’écran, l’onglet NodeXL présente les items suivants.

menu de NodeXL

menu de NodeXL

Il est bien entendu possible d’ajouter des feuilles au classeur, ou d’ajouter des colonnes à celles déjà existantes. Par contre, renommer l’une des feuilles ou colonnes présentes à l’ouverture ne permettra pas ensuite d’effectuer les analyses.

Deux options sont possibles pour intégrer ses données : entrer ses liens (feuille Edges) puis ses acteurs (feuille Vertices) ou, plus simplement, rentrer les liens puis générer automatiquement les acteurs : une fois les liens entrés, utiliser le menu Prepare Data > Get Vertices from Edges Worksheet. Cette dernière option suppose qu’il n’existe aucun sommet isolé. Il est possible d’importer des données issues d’Ucinet, de Pajek ou au format GraphML ; l’exportation est possible dans ces mêmes formats.

Les mesures disponibles s’obtiennent à l’aide du menu Graph Metrics. La liste d’indicateurs fournis est tout à fait correcte et cocher Select All permet d’obtenir rapidement tous les résultats qui se rangent automatiquement dans la feuille Overall Metrics. Autre particularité visible sur l’image, il est possible d’un simple clic de changer le caractère orienté ou non du graphe (Type > Directed ou Undirected).

Boite de dialogue Graph Metrics

Paramétrer la visualisation (seuillage des liens, aspects des sommets et des liens, algorithmes de visualisation) est très simple grâce à des menus et des fenêtres d’une grande clarté. En jouant 5 minutes avec, on sait l’utiliser et la facilité rappelle Netdraw. Mais s’il est possible de modifier les paramètres un à un, on gagne du temps en utilisant la fonction Autofill Columns qui ouvre la boîte de dialogue ci-dessous. Que ce soit pour les sommets, les liens ou les groupes (ensemble de sommets définis par un attribut déterminé au départ – genre, nationalité – ou issu de l’analyse – ensemble des sommets de degré 5 par exemple), on choisit le paramètre qui fera varier couleur, épaisseur, forme etc. etc.

boite de dialogue Autofill columns

La flèche Options permet de changer les paramètres par défaut (gamme de couleurs notamment). Une fois les choix effectués, on clique sur Autofill et le résultat apparaît dans la fenêtre graphique située à droite de l’écran. Si l’algorithme ne donne pas de résultat satisfaisant, il suffit d’en changer (choisir l’algorithme voulu dans Layout puis Refreh Graph) ou, si les modifications à apporter sont plus légères, on peut déplacer les sommets à la souris. L’image ci-dessous montre le type d’image rapidement obtenu.

Visualisation avec NodeXL

Module convivial ?…

Si vous n’avez jamais utilisé de logiciel d’analyse de graphe, si vous êtes sous environnement Windows et possédez une version Excel 2007 ou supérieure, ce module vous permettra rapidement d’analyser et de visualiser vos graphes. On trouve assez facilement sur le net des tutoriels permettant de récupérer des flux Twitter et autres pour les importer dans NodeXL (les concepteurs vendent aussi un manuel où ces procédures sont détaillées). Il y a quelques limites : l’analyse des graphes bipartis (représentant les liens entre deux groupes d’acteurs différents) n’est pas possible, les graphes ne peuvent être exportés qu’en format image et non en format vectoriel (cela signifie concrètement qu’il est impossible de modifier quoi que ce soit ensuite) et le choix des algorithmes est limité, certains produisant d’ailleurs des résultats étonnamment laids.

Les rubriques d’aide en local sont plutôt bien faites – exclusivement en anglais évidemment – même si certaines informations me semblent erronées : ainsi, pour en revenir au format des images, le manuel évoque un format vectoriel .xps modifiable avec Acrobat Reader. Or Acrobat Reader ne parvient pas à ouvrir les fichiers produits. Pas plus que la visionneuse Windows proposée d’ailleurs. Si j’insiste sur cet aspect, c’est parce qu’un graphe, comme toute image censée représenter une information (une carte par exemple) doit (devrait) comporter une légende (qui sont ces sommets ? ces liens ? à quoi correspondent  ces couleurs ?), une date, une source etc. Et cela impose donc un travail de mise en page a posteriori et un format d’exportation vectoriel.

Gadget inutile ?…

Si vous vous avez déjà utilisé un autre logiciel d’analyse de réseau, mon avis est beaucoup plus réservé. Les limites sont nombreuses : poids des liens non pris en compte dans les calculs, pas d’export en format vectoriel, algorithmes peu nombreux voire peu efficaces, pas de mesure pour les graphes bipartis, bugs fréquents et j’en oublie sans doute. Enfin, je termine en revenant au point de départ (NodeXL autorise les boucles, et les représente correctement) : concevoir un module libre et gratuit fonctionnant exclusivement sous logiciel privatif est absurde, à moins évidemment d’être financé par le logiciel en question (rien ne permet de l’affirmer sur la page du projet, c’est une simple supposition de ma part). Et comme il existe de multiples alternatives libres, l’intérêt de NodeXL apparaît très relatif…

Version testée : 1.0.1.229, environnement Excel 2010 et Windows 7. Un grand merci à Pascal Cristofoli, Bénédicte Garnier et Arnaud Bringé qui m’ont permis une prise en main rapide de cet outil. Ils et elle ne sont aucunement responsables des réserves exprimées ici.