Métro, boulot, dodo… et le reste (2) : Périurbains et urbains fréquentent-ils les mêmes lieux?

Dans un billet précédent, j’ai brièvement présenté les « destinations privilégiées » des habitants périurbains selon leurs motifs de déplacement. Une certaine distance fonctionnelle entre la ville, lieu des activités « nécessaires » ou rares et la couronne périurbaine, lieu de sociabilité et des activités domestiques, avait alors été mise en évidence. Le présent billet vise à réaliser une analyse similaire pour les habitants des villes-centres des grandes agglomérations françaises (plus de 100 000 habitants, sauf Paris) et à comparer sommairement les « destinations privilégiées » des urbains et des périurbains.

Motifs de déplacement et destinations « privilégiées » des citadins

La méthodologie utilisée pour réaliser le graphe bipartie liant les motifs de déplacement avec leur destination « privilégiée » est identique à celle du billet sur les périurbains : un lien est tracé entre le motif et le lieu de destination lorsque, pour ce motif, la destination est surreprésentée par rapport à la moyenne de l’ensemble des déplacements. Ce seuil de surreprésentation est fixé à l’attractivité moyenne de l’espace plus 5%. Les liens retenus, orientés du motif vers la destination, représentent alors une destination « privilégiée » pour un motif donné. Attention, ces destinations privilégiées sont des surreprésentations relatives, en effet, en valeur absolue, la destination ville-centre est majoritaire pour l’ensemble des motifs (sauf vacances et résidence secondaire).

Attractivité moyenne des différentes destinations des déplacements des habitants des villes-centres des grandes agglomérations

Attractivité moyenne des différentes destinations des déplacements des habitants des villes-centres des grandes agglomérations

Le graphe alors obtenu compte 28 nœuds (6 nœuds destinations et 22 nœuds motifs) et 32 liens. La taille des nœuds destinations est proportionnelle à leur degré entrant. La couleur des nœuds motifs est fonction des grandes catégories de motifs définies dans l’ENTD. Le graphe a été produit à l’aide du logiciel de visualisation de graphe Gephi et retouché sous Inskape.

Destinations “privilégiées” par motifs des habitants des villes-centres des grandes agglomérations (cliquer sur l’image pour agrandir le graphe)

Destinations “privilégiées” par motifs des habitants des villes-centres des grandes agglomérations (cliquer sur l’image pour agrandir le graphe)

L’observation du graphe met en évidence une distance topologique entre la ville-centre et les autres espaces relativement cohérente avec la distance géographique. On note toutefois que la couronne périurbaine se situe à la même distance topologique de la ville-centre que les petites agglomérations ou l’agglomération parisienne. Si la destination « ville-centre » possède logiquement le plus fort degré entrant, c’est la destination « banlieue » qui est le nœud le plus central du point de vue de la centralité de proximité (le nœud le plus proche de l’ensemble des autres nœuds) et de la centralité d’intermédiarité (nœud charnière entre la ville centre et ses motifs « privilégiés » et les autres destinations et motifs). Les indices de centralités présentés ci-dessous ne sont pas normalisés dans la mesure où les normalisations « classiques » ne sont pas appropriées pour les graphes bipartis (Borgatti, Everett, 1997).

Degré entrant, centralités de proximité et d’intermédiarité des nœuds “destination”

Degré entrant, centralités de proximité et d’intermédiarité des nœuds “destination”

Le graphe permet aussi d’observer une spécialisation fonctionnelle des destinations. Ainsi, la ville-centre apparaît comme un espace du quotidien (travail, études, accompagnement, gardiennage d’enfant, petits achats, soins ou démarches administratives) et des loisirs « d’intérieur » (activité association, spectacles). L’attractivité de la banlieue semble liée aux activités plus gourmandes en espace (sport, conférence, visite de centres commerciaux…). L’espace rural, le périurbain et les petites agglomérations semblent d’avantages liées aux activités sociales, aux vacances et aux loisirs « d’extérieur ».

Des destinations « privilégiées » différentes entre urbains et périurbains ?

 La représentation par des graphes des destinations « privilégiées » communes et spécifiques aux urbains et aux périurbains permet de mieux comprendre dans quelle mesure les habitants privilégient ou non les même lieux pour un motif donné. Ces graphes ont été obtenus en utilisant les outils de filtrage des liens de Gephi, à partir d’un graphe à 28 nœuds et 54 liens représentant les destinations privilégiées par motif  des urbains et des périurbains. La taille des nœuds dans les graphes ci-dessous est proportionnelle à leur degré entrant.

Graphes des destinations « privilégiées » communes et spécifiques aux urbains et aux périurbains (cliquer sur l'image pour agrandir le graphe)

Graphes des destinations « privilégiées » communes et spécifiques aux urbains et aux périurbains (cliquer sur l’image pour agrandir le graphe)

On observe alors que la ville centre est une destination « privilégiée » commune aux urbains et aux périurbains en ce qui concerne le travail, les soins, les spectacles ou l’accès aux gares et aéroports. Cela parait logique dans la mesure où ces motifs requièrent des infrastructures souvent concentrées dans les pôles importants. L’espace rural, et dans une moindre mesure les petites agglomérations et les couronne périurbaines, sont quant à eux des espaces de vacances et de récréation communs aux urbains et aux périurbains.

L’observation des graphes des destinations « privilégiées » spécifiques montre sans surprise l’importance de la proximité géographique pour les activités courantes : études, accompagnement, garde d’enfant ou activités associatives sont réalisés à proximité du lieu de résidence. Elle permet aussi d’identifier un certain nombre de différences dans la perception des espaces entre périurbains et citadins :

  • du point de vue des urbains, la couronnes périurbaine apparait comme un espace propice à l’achat d’une résidence secondaire (la fameuse maison de campagne). On observe par ailleurs, chez les habitants des villes centres, une préférence plus marquée pour les destinations urbaines en ce qui concerne les vacances ou le choix de la résidence secondaire ;
  • les habitants périurbains semblent activement tirer parti des ressources urbaines des villes-centres (restaurants, monuments, centres de formation, foires ou centres de loisirs…). Toutefois, on observe que pour certains motifs (services, soins), l’utilisation des ressources des banlieues est une alternative possible au trajet jusqu’au centre-ville. Enfin, les périurbains semblent entretenir un rapport plus fort avec l’espace rural que les urbains, notamment en ce qui concerne les relations sociales (parents, amis).

En guise de conclusion sommaire à cette rapide analyse, on peut répondre que oui, périurbains est citadins fréquentent les même lieux mais avec une intensité différente et pas forcement pour les mêmes motifs. En effet, si certaines activités sont pratiquées aux mêmes endroits par les périurbains et les citadins, dans la majorité des cas, et a fortiori pour les motifs courants, les citadins et les périurbains privilégieront des espaces différents.

Références

BORGATTI S. P.,  EVERETT M. G. (1997), « Network analysis of 2-mode data », Social Networks, 19(3): 243-269. (consulter)

DREVELLE M. (2012), « Métro, boulot, dodo… et le reste : motifs de mobilité périurbaine et relation à l’agglomération », Carnet de recherche du groupe fmr, http://groupefmr.hypotheses.org/685

Matthieu Drevelle

Doctorant en Géographie-Aménagement à l'Université Paris 1, UMR Géographie-cités, équipe CRIA - Transamo

More Posts

Métro, boulot, dodo… et le reste : motifs de mobilité périurbaine et relation à l’agglomération

Souvent stéréotypé, le mode de vie des périurbains est parfois résumé par l’adage voiture, boulot, dodo. Cette analyse apparaît cependant limitée : près de 50 ans après l’émergence du phénomène (Baccaïni, Sémécurbe, 2009), la mobilité périurbaine ne peut plus se résumer aux navettes domicile-travail à destination de l’agglomération. L’émergence de pôles périurbains (Beaucire, Chalonge, 2011 ; Drevelle, 2012), le chainage de déplacements combinant plusieurs motifs (Baudelle et al., 2004) ou encore l’émergence d’un enracinement périurbain (Berger, 1990) renvoient une image nouvelle et plus complexe des mobilités périurbaines. En exploitant les données de l’Enquête Nationale Transports et Déplacements de 2007-2008 (ENTD), ce billet cherche à montrer la variété des motifs de mobilité des périurbains en France ainsi que leur relation avec l’agglomération et l’espace rural.

Un graphe biparti pour relier motifs de déplacement et destinations « privilégiées »

Cette rapide analyse se concentre sur les motifs de déplacements et lieux de destination des habitants périurbains des grandes agglomérations françaises (plus de 100 000 habitants, hors Paris). Nous avons choisi de retirer de notre analyse les périurbains franciliens dans la mesure où le poids démographique de l’agglomération parisienne est tel qu’il rend délicat un rapprochement entre Paris (plus de 10 millions d’habitants) et les autres grandes agglomérations françaises (qui comptent entre 100.000 et 1.000.000 habitants). A partir de ces données, un graphe biparti liant les motifs de déplacements aux lieux de destination a été créé. Un lien est tracé entre le motif et le lieu de destination lorsque, pour ce motif, la destination est surreprésentée par rapport à la moyenne de l’ensemble des déplacements. Ce seuil de surreprésentation est fixé à l’attractivité moyenne de l’espace plus 5%. A titre d’exemple, un lien entre le motif vacances et la destination espace rural signifie qu’au moins 12% des déplacements de motif vacances ont pour destination l’espace rural (cf tableau ci dessous). Ce seuil de 5% permet de retenir un quart des liens possible entre motifs et destinations tout en assurant que chaque destination soit une destination « privilégiée » pour au moins deux motifs et au plus 10 motifs (soit moins de la moitié des motifs). Les liens retenus, orientés du motif vers la destination, représentent alors une destination « privilégiée » pour un motif donné.

Attractivité moyenne des différentes destinations des déplacements des habitants périurbains des grandes agglomérations

Attractivité moyenne des différentes destinations des déplacements des habitants périurbains des grandes agglomérations

Le graphe alors obtenu compte 28 nœuds (6 nœuds destinations et 22 nœuds motifs) et 35 liens. La taille des nœuds destinations est proportionnelle à leur degré entrant. La couleur des nœuds motifs est fonction des grandes catégories de motifs définies dans l’ENTD. Le graphe a été produit à l’aide du logiciel de visualisation de graphe Gephi et retouché sous Inskape.

Destinations « privilégiées » par motifs des périurbains des grandes agglomérations (cliquer sur l’image pour agrandir le graphe)

Une opposition entre couronnes périurbaine et agglomération ?

L’observation du graphe semble acter une opposition marquée entre couronne périurbaine et agglomération : topologiquement, le périurbain est plus proche de l’espace rural que de l’agglomération (ville centre et banlieue). Par ailleurs, si on considère le graphe comme non orienté, l’espace rural apparaît comme un espace charnière entre « l’univers  périurbain » et « l’univers urbain». En effet, la centralité d’intermédiarité du nœud Espace rural est la plus forte de tout le graphe alors que la centralité de degré est plus importante pour les nœuds Couronne périurbaine et Ville centre (sous réserve que l’on puisse interpréter la centralité d’intermédiarité dans un graphe biparti de la même manière que dans un graphe non biparti).

Degré entrant et centralité d'intermédiarité des nœuds "destination"

Degré entrant et centralité d’intermédiarité des nœuds « destination »

On observe aussi une spécialisation fonctionnelle des destinations. Ainsi, l’espace périurbain apparaît comme un espace du quotidien, des activités domestiques. On y retrouve des activités liées à la vie quotidienne d’un ménage (études, accompagnement, gardiennage d’enfant, petits achats ou démarches administratives) ainsi que les loisirs les plus fréquents (sport, activités associatives, promenade). L’espace rural est quant à lui plus ou moins exclusivement lié aux activités sociales et de loisirs (sport, promenade, vacances). L’analyse des motifs visites, uniquement liés aux espaces périurbains et ruraux, est très intéressante dans la mesure où elle donne des informations sur la construction des espaces de sociabilité des habitants du périurbain. Le lien entre le motif visite à des amis et la destination espace périurbain semble montrer que les habitants du périurbain construisent leurs liens de sociabilité à l’intérieur de leur espace de vie. Les liens des motifs visites à des amis et à des parents avec l’espace rural pourrait souligner l’attachement rural fort d’une partie des périurbains, ce qui apporterait un élément de compréhension de la mise à distance de la ville. En effet, si le périurbain est l’espace privilégié d’installation des « jeunes ménages » en provenance des centres-villes lorsque la famille s’agrandit (Sencébé, Lepicier, 2007), l’étude des trajectoires résidentielles montre « l’héritage » résidentiel pavillonnaire ou rural d’au moins un des membres du ménage (Debroux, 2011).

A l’inverse du périurbain, les espaces urbains (ville centre, banlieue, agglomération parisienne) apparaissent comme des espaces du fonctionnel et de l’exceptionnel. Banlieues et villes-centres sont ainsi les espaces où les périurbains travaillent, se forment et se soignent; les gros achats (réalisés en centre commercial) sont par ailleurs concentrés dans les banlieues. Les espaces urbains permettent aussi l’accès à des loisirs plus exceptionnels (visiter une foire, aller à un spectacle culturel, dans un restaurant ou un bar).

Ainsi, l’analyse rapide du graphe biparti des destinations « privilégiées » par motif des habitants périurbain des grandes agglomérations françaises a permis de mettre en évidence une certaine distance fonctionnelle entre la ville et la couronne périurbaine, lieu de sociabilité et des activités domestiques. Toutefois, le lien des périurbains avec l’agglomération reste fort, tant pour des activités quotidiennes ou nécessaires (travailler, se soigner) que pour des motifs plus exceptionnels (loisirs plus « rares »).

Bibliographie

BACCAÏNI B., SEMECURBE F. (2009). « La croissance périurbaine depuis 45 ans ». INSEE première,  n°1240, p.1-4.

BAUDELLE G., DARRIS G., OLLIVRO J., PIHAN J. (2004), « Les conséquences d’un choix résidentiel périurbain sur la mobilité : pratiques et représentations des ménages », Cybergeo : Revue européenne de géographie, N° 287, 15 octobre 2004, GT23

BEAUCIRE F., CHALONGE L. (2011). « L’emploi dans les couronnes périurbaines, de la dépendance à l’interdépendance ». In PUMAIN D., MATTEI M-F., Données Urbaines, Tome 6. Economica. 361 p. ISBN: 2-7178-6060-6

BERGER M. (1990), « À propos des choix résidentiels des périurbains : peut-on parler de stratégies territoriales ? », Strates [En ligne], 5  | 1990, mis en ligne le 16 mars 2007, Consulté le 05 novembre 2012. URL : http://strates.revues.org/1424

DEBROUX J. (2011), « Accéder à la maison individuelle en zone périurbaine : passé résidentiel, position dans le cycle de vie et sphères d’identification », Métropoles [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2012, consulté le 05 novembre 2012. URL : http://metropoles.revues.org/4505

DREVELLE M. (2012). « Structure des navettes domicile-travail et polarités secondaires autour de Montpellier », M@ ppemonde, n°107, http://mappemonde.mgm.fr/num35/articles/art12304.html

SENCEBE, Y., LEPICIER, D. (2007), « Migrations résidentielles de l’urbain vers le rural en France : différenciation sociale des profils et ségrégation spatiale », EspacesTemps.net, Textuel, 10.05.2007, http://espacestemps.net/document2270.html.

Données

Télécharger les données du graphe (fichier csv contenant la liste des liens).

Matthieu Drevelle

Doctorant en Géographie-Aménagement à l'Université Paris 1, UMR Géographie-cités, équipe CRIA - Transamo

More Posts

Un module R pour l’analyse des graphes bipartis : le package bipartite

Dans un tutoriel disponible sur Cours en ligne, j’ai présenté trois modules R pour l’analyse de réseaux (statnet, igraph et tnet). D’autres modules sont disponibles et ce court billet présente les principales fonctions du module bipartite (version 1.17). Les termes anglophones sont en italique, les commandes et les scripts R en gras.

Pour mémoire, un graphe biparti (bipartite, two-mode network ou affilliation network) représente les liens entre deux ensembles d’acteurs différents. L’un des jeux de données les plus étudiés de ce type est ainsi le graphe dit Davis’ Southern Women Club, à savoir le graphe symbolisant la participation de 18 femmes à 14 réunions dans une ville du sud des États-Unis dans les années 30 (ce jeu de données est disponible dans quasiment tous les logiciels d’analyse de réseau).

Le package bipartite étant développé par des écologues, les réseaux inclus concernent essentiellement des liens fleurs – pollinisateurs.

La structure des données en entrée doit être de forme matricielle, le package traitant des objets de type « matrix« . Le graphe peut être valué.

Contrairement à la plupart des modules qui proposent un (voire plusieurs) fonction(s) pour obtenir un seul indicateur, bipartite a l’excellente idée de proposer deux fonctions, l’une portant sur les sommets (specieslevel), l’autre sur l’ensemble du graphe (networklevel). Dans les deux cas, les mesures proposées sont nombreuses et mêlent indicateurs canoniques (densité, degré) et innovations de ces dix (quinze) dernières années (modularité). Certaines fonctions créent des graphiques bienvenus, telle la fonction degreedistr qui permet de représenter fréquence cumulée et droite de régression.

Résultat des commandes

data(Safariland)                   #réseau de pollinisation argentin

degreedistr(Safariland)

sortie graphique de la commande degreedistr

Il est également possible de comparer les caractéristiques du graphe étudié et celles de graphes aléatoires bipartis (voir script téléchargeable ci-dessous).

Les visualisations produites sont moins attrayantes que celles disponibles avec des réseaux one-mode et cela est logique dans la mesure où les algorithmes de visualisation pour les graphes bipartites sont – à ma connaissance – rares. Trois types sont disponibles (voir les sorties graphiques par défaut ci dessous) : matrice d’adjacence, graphe bipartite et graphe de co-occurence.

Résultat des commandes

data(Safariland)
visweb(Safariland)
résultat de la commande visweb

Résultat des commandes

data(Safariland)
plotweb(Safariland)
résultat de la commande plotweb

Résultat des commandes

data(Safariland)
plotPAC(Safariland)
résultat de la commande plotweb

Comme toujours avec R, le plus utile est encore de tester le package et de fouiller les rubriques d’aide des différentes fonctions. Le script téléchargeable ci-dessous présente les principales fonctions et les options de visualisation disponibles. Il ne prétend évidemment pas à l’exhaustivité.

Script R pour le package bipartite

Toute la documentation est ici : http://cran.r-project.org/web/packages/bipartite/index.html

Référence : Dormann, C.F., Gruber B. & Fründ, J. (2008). Introducing the  bipartite Package: Analysing Ecological Networks. R news Vol 8/2, 8-11.