Séminaire Complex Networks

Le séminaire Complex Networks de nos collègues du Laboratoire d’Informatique de Paris 6 (http://www.lip6.fr/) reprend  ce mois-ci.

Premier invité de l’année : Alain Barrat (Centre de Physique Théorique, Marseille) pour une présentation intitulée « Réseaux dynamiques : de la mesure à la modélisation ». Pour celles et ceux qui connaissent peu ses travaux, certains de ses articles sont accessibles sur sa page personnelle http://www.cpt.univ-mrs.fr/~barrat/.

Lieu et date : 21 septembre à 14h, Paris, Jussieu, salle 25-26/101.

Pour plus de renseignements, voir la page http://www.complexnetworks.fr/events/

 

Six degrees of Black Sabbath

Dans la littérature récente sur les réseaux [1], il est fréquemment question d’un jeu auquel se seraient livrés les étudiants américains : le Kevin Bacon Game. En deux mots, trouver quelle est la distance entre Kevin Bacon – considéré avec humour comme l’acteur le plus central du cinéma – et n’importe quel acteur, deux acteurs étant connecté s’ils ont joué ensemble dans un même film.

Le site Six degrees of Black Sabbath (http://labs.echonest.com/SixDegrees/index) applique la même logique au domaine musical. Les facteurs susceptibles de créer un lien entre deux artistes sont plus variés : avoir été membre d’un même groupe, avoir participé à un morceau, avoir fait une reprise ou… avoir été marié-e à. L’interface est on ne peut plus sobre : un nom en entrée, un nom en sortie et go.

Le principe est amusant, surtout lorsque l’on cherche les liens entre deux univers musicaux peu compatibles. Deux exemples ? Hervé Vilard – Niggers with Attitude, 9 pas;  Suprême NTM – Arvo Pärt, 6 pas. Lorsqu’on reste dans la même sphère musicale, les résultats sont parfois douteux. Trouver 5 pas entre Léo Ferré et Noir Désir ou 12 entre Léonard Cohen et les Pixies alors que dans les deux cas, une chanson du premier a été repris par le deuxième (respectivement Des armes et I can’t forget), ce n’est pas très sérieux.

On a également accès aux artistes les plus connectés. Trio de tête ? Mozart, Bach et Beethoven, suivis de… Linda Ronstadt.

Pour ceux qui préfèrent l’original à la copie, on peut toujours jouer au Kevin Bacon Game sur http://oracleofbacon.org/.

Rappelons enfin pour mémoire la version académique et mathématicienne du jeu : le nombre d’Erdös. Si x a publié avec Erdös, il a un nombre 1. Si y a publié avec x (mais pas avec Erdös), il a un nombre 2 etc. etc. Un site existe aussi pour y jouer (http://www.ams.org/mathscinet/collaborationDistance.html) mais c’est tout de même beaucoup moins drôle.

 

[1] Voir par exemple dans Duncan J. Watts, 2003, Six Degrees. The Science of a Connected Game, William Heinemann, p.93-95

Première journée d’étude fmr – 27 septembre 2012

Le 27 septembre prochain aura lieu la première journée d’études du groupe fmr (flux, matrices, réseaux) organisée avec le soutien du CIST, de l’IFSTTAR et de l’équipe CRIA (UMR Géographie-cités).

Le titre de la journée est Réseaux sociaux, réseaux spatiaux, réseaux complexes : éléments pour un dialogue.

Programme

9h30 : Accueil

10h : Présentation de la journée (F. Bahoken)

Session 1 animée par C. Ducruet

10h15 : Gabriel DUPUY (Professeur émérite de géographie, Université Paris 1), Retour sur le groupe Réseaux

10h50 : Marc BARTHELEMY (CEA-CAMS), Évolution des réseaux spatiaux – deux études de cas

11h25 : Claire LEMERCIER (Sciences-Po, CSO) , Parler de réseaux en histoire : pourquoi, comment ?

12h00—14h : Pause déjeuner

Session 2 animée par L. Beauguitte

14h : Jean-Daniel FEKETE (INRIA / AVIZ), Nouvelles représentations et interactions pour la visualisation de réseaux

14h35 : Dana DIMINESCU (Telecom ParisTech), Atlas e-diaspora

Table ronde animée par M. Drevelle et M. Maisonobe

16h Clôture (L. Beauguitte)

 

Texte de présentation de la journée

Plusieurs disciplines utilisent aujourd’hui des méthodes issues de la théorie des graphes. Que ce soit en sciences sociales ou en sciences dures, la disponibilité accrue des données, la puissance informatique croissante et le caractère attractif des visualisations produites expliquent en grande partie le foisonnement des travaux. Cependant, et malgré un certain nombre d’outils et d’objets d’étude communs aux disciplines concernées, la recherche sur les réseaux reste cloisonnée tant par le flou terminologique que par la diversité des cultures et raisonnements qui la caractérisent, freinant par là l’émergence d’une véritable « Science des Réseaux ».

L’objectif de cette première journée d’études du groupe fmr est de susciter un dialogue entre praticien-ne-s des réseaux issu-e-s de disciplines et d’horizons divers. La réflexion portera sur les méthodes, problèmes et concepts qui gagneraient à être mis en commun. Les intervenants dresseront un bilan de l’analyse de réseau dans leurs travaux et proposeront un retour d’expérience sur leurs collaborations transdisciplinaires.

Les textes produits par les intervenant-e-s seront édités à l’hiver 2012 dans la collection hal-shs du groupe fmr (http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMR/).

Comité scientifique : Laurent Beauguitte, César Ducruet

Comité d’organisation : Françoise Bahoken, Matthieu Drevelle et Marion Maisonobe

 

L’entrée à la journée est libre.

 

Accès

Université Paris 7, salle des thèses

Dalle « les Olympiades », immeuble Montréal

accès par le 50 rue de Tolbiac, Paris

Métro : ligne 14, station « Olympiades »

Bus : lignes 62, 64 et 83,  arrêt « Olympiades »

 

 

 

Journée d’étude sur les données (Gephi) à Medialab

Ce lundi 16 juillet, de 16h à 18h, a lieu une rencontre entre data-journalistes, hackers et designers autour des données-réseaux à Sciences Po Medialab (13, rue de l’Université, 75007 Paris).

Cette journée est organisée à l’initiative de l’équipe de Gephi (Sébastien Heyman) dans le cadre d’un nouveau projet : de collecte de données (entourages politiques, économiques (entreprises), sociales (twitter), réseaux sémantiques…) ; de visualisation et de publication rapide dans les média. L’objectif du projet est de concevoir un outil open source qui soit utile à la communauté et « fasse gagner du temps » dans la publication en ligne des analyses.

Pour en savoir plus, allez faire un tour sur le site du site du Medialab, c’est par ici.

 

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Une application de géovisualisation pour des TGV à l’heure !

Le SENSEable City Lab du MIT a conclu un partenariat avec la division pour la recherche et l’innovation de la SNCF sur l’accessibilité française par le réseau à grande vitesse. L’équipe-projet Trains of Data a développé pour cela deux applications de géovisualisation issues de données sur les temps de déplacement des Trains à Grande Vitesse (TGV) sur le réseau ferroviaire à grande vitesse français.

La première application : « Isochronic France » propose une visualisation intéressante et surtout spectaculaire de la modification de la structure du réseau ferroviaire à grande vitesse liée aux retards pris par les TGV. Fondée sur le principe de l’anamorphose vectorielle multipolaire, elle consiste à déformer la longueur kilométrique des tronçons en fonction d’une distance-temps exprimée en termes de retard à l’arrivée du train en gare. C’est donc la modification de la position des gares (la destination s’éloigne de l’origine en cas de retard) qui conduit à une modification de la longueur des tronçons, en fonction de la durée de déplacement.

L’application, interactive et dynamique, propose une visualisation à la minute, sur tous les jours d’une semaine, de la déformation successive du réseau liée à l’accumulation des retards. L’utilisateur peut laisser l’animation se dérouler ou interagir avec l’interface, en explorant les données de deux manières : en sélectionnant un nœud d’origine – qui correspond à une gare de départ – pour visualiser l’impact des retards du point de vue de ce lieu sur la modification de la structure du réseau ; ou bien en accédant aux informations locales sur les durées de déplacements.

La seconde application : « Trains at Time » est moins spectaculaire que la première mais elle n’en demeure pas moins intéressante. Les variables prises en compte articulent, en effet, la vitesse de déplacement, les ralentissements liés à la congestion de la circulation en certains nœuds du réseau et les retards qui se répercutent à différentes échelles : localement mais aussi globalement. L’application montre bien l’effet des ralentissements de la circulation des trains liés à la congestion du réseau en certains points chauds locaux compte tenu de leur capacité (effectifs de passagers). L’application, qui n’est pas interactive, permet également de visualiser la position des trains en tous points du réseau au cours du temps.

Pour en savoir plus sur les procédés d’anamorphoses vectorielles unipolaires (depuis un lieu) ou multipolaires (en fonction de plusieurs lieux) appliqués à l’analyse d’accessibilité dans le domaine des transports :

Cauvin, C., 1994, Accessibilité de système et accessibilité locale, Flux, Vol. 10, n° 16, pp. 39-48

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Session Networking the World, Athènes 2011 & ECQTG 2013

Avec ma collègue Myriam Baron (Université Paris 7), nous avons organisé en septembre 2011 une session spéciale consacrée à l’étude des réseaux mondiaux (Networking the World: Concepts, Methods and Data) au Colloque Européen de Géographie Théorique et Quantitative d’Athènes.

Un compte rendu signé par nous deux vient de paraître en anglais dans le dernier numéro de Netcom, vol 25, n°3/4.

Le prochain ECTQG (European Colloquium of Theoretical and Quantitative Geography) aura lieu à Paris en septembre 2013 : l’appel à communication, déjà diffusé sur la liste geo-tam-tam est à paraître sur le site du GDRE S4 (S4 pour Spatial Simulation for Social Sciences).

Dates importantes :

  • Special sessions proposal: September 15th, 2012 (please precise the expected number of presentations)
  • Abstract submission (3.000 characters and spaces max*): before March 15th
  • Acceptance notification: before April 15th, 2013
  • Full paper submission (40.000 characters and spaces max*): before June 15th
  • Conference Registration: from April 15th to July 15th2013
  • Reduced fee until May 30th 2013
  • Welcome reception: Thursday September 5th, 2013
  • Paper sessions: September 6th to 9th
  • Departure: September 9th afternoon

Workshop on Complex Networks and their Applications

Un appel à communications sur les Complex networks diffusé hier sur la précieuse liste Réseaux sociaux de l’Association française de sociologie (http://www.cmh.ens.fr/pro/reseaux-sociaux/).

Le Workshop on Complex Networks and their Applications se tiendra le 27 novembre à Naples. L’aspect interdisciplinaire est mis en avant dans l’appel, et les deux grands types de contenu attendus concernent d’une part les aspects théoriques, d’autre part les applications. Les propositions (8 pages max., tolérance jusqu’à 10 pages) sont à soumettre avant le 21 septembre 2012. Cerise sur le gâteau : les actes seront édités.

Tous les renseignements se trouvent sur le site http://www.sitis-conf.org/.

groupe fmr

L’objectif du carnet de méthodologie groupe fmr (flux, matrices, réseaux) est de présenter, de façon aussi pédagogique que possible, les différentes méthodes d’analyse de réseaux (spatiaux, sociaux et/ou complexes), leur intérêt et leurs limites. Si le champ de l’analyse de réseau est en constante progression ces dernières années, le cloisonnement disciplinaire (sociologie vs physique et informatique par exemple) constitue un frein à l’innovation scientifique. Animé essentiellement par des géographes, ce carnet vise à favoriser les hybridations méthodologiques et à croiser les expériences.