A propos Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Séance du 25 avril 2017 : Geoseastems, un géoportail dédié aux réseaux (maritimes)

La prochaine séance du groupe fmr aura lieu le mardi 25 avril 2017 à 10 h, au 13 rue du four, 5e étage (bibliothèque), à Paris. Elle sera animée par Matthia Bunel, Ingénieur d’études à l’UMR 8504 Géographie-cités (équipe PARIS).

Matthia Bunel présentera le Geoseastems, portail  développé dans le cadre du projet Worldseastems de l’ERC coordonné par César Ducruet (par ailleurs cofondateur du Groupe fmr).

Titre : De la Lloyd’s list à GeoSeastems : développement d’un géoportail spécialisé dans l’étude des réseaux maritimes sur le temps long.

Présentation : Malgré son rôle prépondérant dans le commerce mondial, force est de constater que le transport maritime est longtemps resté le parent pauvre de la géovisualisation et des analyses de réseaux. Mais l’essor des données radar (AIS) et satellitales, disponibles depuis à peine une décennie, a permis à un grand nombre de chercheurs et d’experts de se questionner — à l’aide de méthodologies très variées — sur ce vecteur d’échanges en tous genres (marchandises, personnes, informations, polluants, microbes, …).
Le portail Geoseastems, positionné parmi les solutions existantes, se distingue par trois objectifs majeurs :
(1) il vise à renforcer la dimension analytique par
rapport à la pure visualisation en temps réel fournie par la plupart des projets existants à ce jour ;
(2) il souhaite fournir une approche sur le temps long du commerce maritime, à partir des données inédites de la Lloyd’s qui publie des registres de « mouvements » de navires depuis la fin du 17ème siècle ;
(3) le portail prévoit d’intégrer des données complémentaires sur les autres réseaux de transport (terrestres, aériens), les villes, et celles issues de projets voisins dans le domaine des humanités numériques afin de fournir une plate-forme centralisée et harmonisée à but pédagogique et de recherche, ouverte à tous.
Cette présentation sera l’occasion de discuter du processus de développement du portail, mais également d’aborder tous les problèmes liés au traitement des données de la Lloyd’s en vue de leur intégration à GeoSeastems.

Ces séances ont lieu les mardis matin de 10 heures à midi au 13 rue du Four à Paris, 5e étage, bibliothèque. Elles sont ouvertes à toute personne intéressée mais il peut être prudent de signaler sa venue (groupe_fmr@yahoo.fr), la bibliothèque étant vite remplie.

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Séance du 21 mars 2017 : Analyse et représentation d’une matrice de flux avec QGIS

La prochaine séance du groupe fmr aura lieu le mardi 21 janvier 2017 à 10h, au 13 rue du four, 5e étage (bibliothèque), à Paris. Elle portera sur l’analyse et la représentation d’une matrice de flux avec QGIS. Elle sera  animée par Françoise Bahoken.

La séance est composée de deux parties. Une première partie donnera lieu à la préparation des données numériques : import de la matrice, calcul d’indicateurs,…, filtrages de champs selon un critère unique global qui sera soit endogène (sélection des valeurs de flux supérieures à une valeur unique) soit exogène (sélection des flux selon un critère de distance continu …). Une seconde partie sera consacrée au tracé de tout ou partie des flux : le choix du figuré sera fonction du type de matrice (asymétrique ou symétrique) et leur représentation fonction des possibilités de symbolisation des liens ou des bandes proposées par QGIS, voire celles de stylisation suggérées par Anita Graser.

Extensions et outils « de flux » disponibles

En pratique, différentes extensions additionnelles et outils intégrés à QGIS peuvent être mobilisés pour représenter des flux. D’après ce que j’ai pu observer, ils diffèrent selon 1) qu’ils mobilisent en entrée une matrice de type liste (format long) ou de type matriciel (format wide) : voir ce billet pour les différents types de matrice asymétriques et celui-ci, pour les symétriques ; 2) aussi selon que le figuré qu’ils permettent de tracer : un lien, plus ou moins large ou une bande, autrement dit à un lien valué dont la surface géométrique est mesurable (ce qui change potentiellement beaucoup de choses, sinon tout sur le plan sémiologique).

N’étant pas spécialiste de QGIS, je ne saurai citer que les outils qui ont attiré mon attention, parmi lesquels, dans le désordre :

  • OURSINS (plugin Oursins), est une extension efficace et opérationnelle proposée par Lionel Cacheux et maintenue sur son dépôt Github ici et qui, comme son nom ne l’indique pas, permet de représenter soit tous les flux soit une sélection d’entre eux ; elle n’est donc pas limitée à la seule représentation dite en « oursins ».
  • MMQgis (Plugin MMQgis), est une extension proposée par Michael Minn (présentée ici) permettant notamment de cartographier des flux. Le groupe fmr a déja mentionné (ici) le tutoriel que Laurent Jégou en a proposé sur le PortailSIG pour réaliser de « jolies cartes de flux ». De mon point de vue, cette application très complète par bien des aspects présente trois inconvénients pour la représentation de flux : 1) elle fonctionne mal sur Mac, ce qui est pour le moins gênant ; 2) elle mobilise deux fichiers de nœuds pour tracer les liens et 3) elle impose la sélection a priori des nœuds d’origine (les hub) alors que ces derniers peuvent justement être révélés par l’analyse statistique, par l’exploration des valeurs de la matrice via leur cartographie puisque l’on est dans un environnement SIG. Cette application permet donc de représenter, à l’échelle interne, des « oursins » soit un phénomène d’accessibilité (des flux selon la focale des lieux de destinations) et non d’interactions … ;
  • FLOWMAPPER plugin for QGIS2x (Plugin FlowMapper), développée par Cem Gulluoglu, correspond à la version QGIS du FLOWMAPPER de Waldo Tobler, sachant que la version pour ArcGis de ce même logiciel ne semble pas (à ma connaissance) été actualisée depuis la version 10x du logiciel. Je suis donc d’emblée plutôt favorable à son utilisation, ce d’autant plus qu’elle permet de représenter les trois principaux types de matrices (asymétriques : les valeurs observées ; symétriques : le volume bilatéral  et antisymétriques : le solde bilatéral). A noter cependant qu’elle nécessite quelques précautions à l’installation : la présence de Python 2.6 (déjà effectuée si vous utilisez également ArcGis) et OGR/GDAL, sinon je vous conseille de suivre les conseils de l’auteur ici, ainsi que ses développements en cours sur son dépôt Github, son installation n’est pas très simple, ce qui peut être pénible ;
  • ARROWS est le nom de deux extensions :
    • La première, très intéressante ne mentionne pas le nom du développeur. Elle permet de générer des bandes orientées (ou non) à partir de liens existants, une documentation bien complète est disponible sur Géoinformations, le site de l’espace interministériel de l’information géographique, accessible ici ;
    • La seconde (Plugin Arrows), développée par Grégoire Piffault est également intéressante : elle permet aussi de générer des bandes orientées à partir de lignes et polylignes (mais je ne l’ai pas testée) ;
  • RTQSPIDER (Plugin rt_qspider), est une extension développée par Giuseppe Sucameli, pour Faunalia, disponible ici sur leur dépôt Github. Cette application est très facile d’accès, simple dans son utilisation et efficace. Elle ne pose aucun problème particulier. Elle permet de tracer des liens (que l’on va ensuite éventuellement pouvoir transformer en bande via ARROWS de Géoinformations ici) à partir d’un unique fichier .csv que l’on va transformer à loisir pour créer des nœuds, des liens et calculer différents attributs grâce aux outils intégrés de QGIS. Si elle peut apparaître comme la moins aboutie par rapport à MMQGIS ou FLOWMAPPER, elle présente l’avantage de la simplicité et de permettre de conserver une très grande liberté dans l’analyse des flux
  • QGIS RESOURCE SHARING (Plugin Resource sharing), une extension développée par Akbar Gumbira pour accéder aux ressources partagées par les utilisateurs, en particulier Flow map arrows proposé par Anita Graser.

Il est possible d’aller plus loin en explorant les ressources disponibles dans la planète QGIS, en particulier celles dédiées aux flux : Movement data in GIS #5: current research topics.

Outils mobilisés dans l’atelier

La séance sera réalisée sur la version en cours de QGIS : 2.18 Las Palmas.

Il est nécessaire de télécharger les extensions suivantes sur le site officiel des plugins QGIS, leur installation pourra être effectuée sur place :

  • pour préparer les données de flux : éventuellement les extensions STATIST et GROUPSTATS ; les outils VECTEUR (éventuellement Geoprocessing / Réallocation de champs) étant déjà intégrés  ;
  • pour tracer des liens et des bandes : RTQSPIDER, ARROWS de Géoinformations,  éventuellement OURSINS ;
  • pour symboliser les liens, les outils intégrés de QGIS seront utilisés ;
  • pour styliser les liens, les ressources de  Anita Graser (en particulier New style flow map et Gradient Arrows) accessibles via le Plugin Resource sharing

Ces séances ont lieu les mardis matin de 10 heures à midi au 13 rue du Four à Paris, 5e étage, bibliothèque. Elles sont ouvertes à toute personne intéressée mais il peut être prudent de signaler sa venue (groupe_fmr@yahoo.fr), la bibliothèque étant vite remplie.

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Appel de rentrée – 7 octobre 2016

Le groupe fmr (flux, matrices, réseaux), groupe de géographes intéressé.e.s par les méthodes et outils de l’analyse de réseau(x), a été actif de 2010 à 2015.

A l’heure ou quatre des textes de la Journée d’étude de 2014 sont publiés dans un dossier spécial formant le prochain n°105 de la revue Flux – Cahiers scientifiques internationaux Réseaux et Territoires, le groupe fmr souhaite fêter l’évènement en organisant une réunion ouverte à tous, sans frontière disciplinaire :

le vendredi 7 octobre 2016 de 13h30 à 15h30,
dans les locaux de l’UMR Géographie-Cités
13, rue du Four 75006 Paris (5ième étage).

L’objectif de cette réunion est de se renouveler et de définir collectivement de nouveaux thèmes d’investigation. Le groupe souhaite, en effet, élargir ses motivations initiales tout en conservant son ancrage en géographie : alors que le texte fondateur, publié dans la revue Netcom https://netcom.revues.org/431, envisageait une meilleure intégration de l’analyse de réseau en géographie, le groupe fmr souhaite aujourd’hui élargir sa focale en renforçant, notamment, la prise en compte du rôle joué par l’espace (au sens large) dans l’analyse de réseaux en sciences humaines et sociales.

Cette réunion s’adresse donc à toutes les personnes intéressées par les activités du groupe et, surtout, désireuses de s’investir a minima, plus particulièrement aux doctorant.e.s intéressé.e.s par l’analyse de réseaux au sens large.

Merci de nous indiquer votre intérêt pour ce projet de renouvellement en envoyant un email à l’adresse : groupe_fmr <at> yahoo.fr. Des modalités plus précises vous seront ensuite communiquées.


Entre 2010 et 2015 ont notamment été organisés dans le cadre des activités du groupe fmr : Lire la suite

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Séances ElementR sur les flux avec R

C’est un peu comme un cross-over entre deux séries que Wikipédia(c) définit aussi ici d’incursion, pour caractériser « […] une production qui regroupe des personnages dont les aventures se déroulent habituellement dans des séries différentes. »

On souhaite en effet signaler la présentation de programmes R proposée par ElementR, qui portent sur  des thèmes proches de ceux qui sont habituellement traités par le groupe fmr, en particulier :

– la session n°3 qui porte sur l’analyse de flux et modèles gravitaires, ici

– la session n°5 sur la cartographie de flux, ici 

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

L’heure passée devant la TV, une illustration de la « dérive »

L’émission ne devait pas être franchement intéressante si l’en croit l’instabilité (apparente) des individus qui étaient positionnés, ce jour là, devant leur écran de télévision. L’image qui suit illustre l’enregistrement des déplacement sur 1 heure.

   Ldevant_la_telee chat, par exemple, représenté par la trajectoire blanche est d’ailleurs le plus mobile, suivi par le garçonnet de cinq ans (trajectoire rouge) et la petite fille de 18 mois. En toute logique, c’est le père qui apparaît le moins mobile ou, à l’inverse le plus immobile. Les commentaires de l’auteur associés à la publication en ligne de cette carte font état des pratiques des individus installés devant leur poste : la forte mobilité du chat s’expliquerait ainsi par la recherche de sources d’énergie : le soleil et la fenêtre, d’une part, la position de sa gamelle de nourriture, de l’autre.

Cette idée d’une représentation des trajectoires individuelles est probablement inspirée de la fameuse carte de Paul-Henry Chombart de Lauwe (1952), décrivant l’ensemble des déplacements d’une étudiante à Paris, au cours d’une année. A la différence près du niveau d’échelle puisque l’espace concerné est ici celui du séjour. 

Plus intéressant, mais pas plus contemporain, l’auteur se serait également inspiré de la notion de « dérive » qui fonde la théorie du même nom proposée par G. E . Debord (1956). L’auteur définit sur un blog accessible ici, la dérive comme « l’une des situations basiques » qui consiste au laisser-aller et à une nécessaire contradiction liée au besoin d’appréhension des effets psycho géographiques de la dérive. La dérive suppose, en effet, un cheminement aléatoire – mais de manière consciente – au sein d’ambiances variées. Ainsi,  les individus en mode dérive, dans un espace délimité et pendant un intervalle de temps, sont coupés de leurs relations et de toute autre activité courante qui conduisent ou accompagnent traditionnellement un déplacement.  L’analyse de ces cheminements à la dérive (?) révèlerait les constantes et les variations des pratiques spatiales : certains lieux étant nécessairement plus investis que d’autres.

Cette image des trajectoires est, en réalité, la première d’une série de représentations de mouvements individuels qui sont présentés ici sur Flickr.

Références mentionnées :

Chombart de Lauwe, 1952, Paris et l’agglomération parisienne, PUF.

Debord, G., E., 1956, Théorie de la dérive, Les lèvres nues, n° 9.

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

V comme visualisation

Ces billets visent à définir le plus clairement et le plus précisément possible des termes clés en analyse de réseau. Ils s’adressent à un public débutant et évitent autant que possible toute formalisation mathématique (pour cette dernière, voir les synthèses fmr sur Hal-Shs).

La visualisation de données scientifiques – ou visualisation scientifique ou encore visualisation graphique – est une manière de (se) (re)présenter visuellement tout ou partie des données disponibles dans un tableau, par le biais d’une interface graphique. Il s’agit de la représentation simplifiée, d’une réalité souvent complexe, à l’aide de symboles graphiques. La visualisation décrit, par exemple, les principaux motifs (patterns) d’un réseau, ceux qui sont significatifs ou encore majeurs. Elle n’est, en ce sens, qu’une représentation de cette structure donnée à voir, selon un point de vue précis, sur un écran.

La visualisation (graphique) se distingue du terme plus général de représentation (graphique) voir (R comme Représentation), car elle suppose que l’image est donnée à voir sur un support écran. Il s’agit d’un terme qui est d’ailleurs apparu avec le développement de l’informatique. L’objectif de la visualisation graphique serait de permettre de « se représenter » visuellement la donnée (puisque l’observateur est aussi acteur dans la production du graphique), pour mieux la comprendre. Il est important de noter que cette donnée visualisée a (souvent) fait l’objet d’un pré-traitement préalable à l’étape de visualisation.

La principale différence entre la visualisation et la représentation graphique tient dans les possibilités d’exploration interactive des données offertes par le support écran. L’exploration revêt souvent un caractère éphémère caractéristique des images réalisées pour illustrer un traitement en cours ; susciter, valider ou infirmer une hypothèse. L’étape de représentation graphique intervenant dans un second temps, pour la présentation des résultats illustrés sous une forme finalisée. L’exploration étant, en effet, par essence dynamique et/ou interactive, les différentes images qui défilent à l’écran ne sont pas toutes supposées être archivées.

Le site Visual-Literacy propose à titre d’exemple une classification interactive des différentes méthode de (représentation ou de) visualisation graphique.

Billets liés : D comme données, R comme représentation, G comme graphe

Retour vers le Glossaire

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

R comme représentation

Ces billets visent à définir le plus clairement et le plus précisément possible des termes clés en analyse de réseau. Ils s’adressent à un public débutant et évitent autant que possible toute formalisation mathématique (pour cette dernière, voir les synthèses fmr sur Hal-Shs).

L’expression représentation graphique (de données statistiques) provient du latin : repraesentare (rendre présent) et du grec : graphein, qui signifie la graphie, l’écriture. Il s’agit donc d’une manière de rendre compte visuellement du contenu d’un tableau de données, à l’aide de symboles conventionnels propres au type d’écriture employée (des lettres pour un texte, un point et des lignes pour un graphe, … voir G comme graphe).

L’objectif de la représentation graphique de données statistiques est d’en présenter un résumé visuel, lorsqu’elle est bien réalisée, « d’externaliser la pensée » comme l’indique par Barbara Tversky dans le cadre du Projet Topics in Cognitive Science, dont une vidéo de présentation est disponible ici .

La représentation graphique est un outil, généralement une figure (ou un graphique), qui présente l’avantage de percevoir instantanément un message. Le graphique a d’ailleurs souvent accompagné l’innovation scientifique, tant sa capacité de transmission de l’information est importante (Börner, 2010). Complémentaire aux traitements mathématiques et statistiques, la représentation graphique des données permet d’une part, d’illustrer leurs valeurs, qu’elles soient quantitatives ou qualitatives et d’autre part, de les explorer, de les interroger afin de susciter des questionnements, de valider des hypothèses…

La représentation graphique des données autorise des allers-retours fructueux entre tableau de données et traitements à réaliser. C’est pourquoi elle possède une place et une importance particulières dans le domaine de l’analyse des données relationnelles, souvent caractérisées par une complexité importante.

Dans le champ de l’analyse des réseaux, la représentation graphique classique est celle du diagramme lien-nœud (voir G comme graphe) ou de la carte de flux, lorsque le graphe est spatialisé. La figure varie sensiblement en fonction du support sur lequel elle est présentée, dans son apparence et dans ses fonctionnalités. L’avènement de l’informatique et le développement de l’infographie ont, en effet, entraîné l’émergence du terme de visualisation pour qualifier les représentations graphiques disponibles sur un support écran (voir V comme visualisation). Aujourd’hui, la représentation graphique apparaît renouvelée par la visualisation graphique, qu’elle soit présentée de manière statique ou non. Ses différentes figures sont souvent plus complémentaires qu’antagonistes : la représentation d’une matrice de flux, sous la forme d’une matrice-ordonnée à la Bertin, d’un graphe ou d’une carte de flux autorise, en effet, la perception des relations ou des échanges, selon différentes perspectives qui sont plus complémentaires qu’antagonistes.

Voir aussi : Représentation graphique des matrices : graphe et/ou carte de flux ? ; La visualisation des réseaux : principes, enjeux et perspectives

Référence :

Barbara Tversky, 2011, « Visualisations of though : Mind, Mark, and Page » in Topics in Cognitive Science, Volume 3, Issue 3, pp 499–535.

Katy Börner, 2010,  Atlas of Sciences. Visualizing what we know. Massachusetts: The MIT Press, 254 p. Voir aussi ceci

 

Billets liés : D comme données, G comme graphe, V comme visualisation

Retour au glossaire

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Visualiser autrement son temps de transport en métro. (parisien)

L’application développée par Jérôme Cuvier est de celles qui sortent (vraiment) de l’ordinaire, et mérite donc qu’on y stationne quelques minutes.

Pour rejoindre une station de métro depuis une autre, il faut normalement scruter une version du plan (papier, numérique), repérer les différentes lignes à prendre, les éventuelles correspondances. Sur le site de la Ratp, la chose est facilitée puisqu’une version interactive est proposée ici. La possibilité est aussi offerte de calculer son itinéraire, d’estimer son temps de parcours en fonction du moment de la journée, d’afficher sa feuille de route etc.

Estimer son temps de déplacement en métro parisien relève d’un art qui tient beaucoup, beaucoup de l’expérience. Une petite astuce, bien connue, consiste à compter environ 2 minutes par station, ajoutées à celles-là, les temps de correspondance, la présence d’escaliers roulants ou pas, de tapis roulants lentement ou rapidement. Bref.

Avec l’application de Jérôme Cuvier, tout cela n’est pas terminé mais l’exercice peut devenir ludique.

Il faut d’abord sélectionner sa station d’origine : ici Châtillon-Montrouge. L’outil déstructure ensuite la topologie classique du réseau de métro, en reprojettant l’ensemble des stations sur un fond de plan centré sur la station de départ. L’utilisation d’un diagramme circulaire permet de visualiser le temps de déplacement depuis la station de départ vers l’ensemble des autres stations de métro, par tranche de 5 minutes. Le temps de trajet moyen depuis Châtillon-Montrouge vers n’importe quelle autre station est estimé ici à 33 minutes et 19 secondes.

plan de metro vu de Chatillon-Montrouge

Ensuite, après un survol (pas un clic) de la station de destination (Château-de-Vincennes, par exemple), l’application propose le sous-réseau de ligne(s) de métro qu’il faut emprunter, ainsi que le temps de parcours global. Plutôt saisissante cette manière d’afficher un cheminement « subjectif » (!), on dirait un chevelu.

sous-réseau de métro entre chatillon et vincennes

47 minutes de  temps de déplacement estimé, soit une de moins qu’avec le site de la ratp (je précise avoir mentionné des horaires de semaine et en journée). Mais si j’utilise l’astuce des 2 minutes par station, j’estime mon temps de parcours à 54 minutes (27 stations et une correspondance).

temps de transport chatillon-vincennes estime par le site de la ratp

Quelques bémols tout de même. On regrette l’absence d’éléments de repérage : les noms et numéros des lignes auraient été bienvenus. Aussi de ne pas pouvoir imprimer le résultat.

PS : il est bien sûr possible de conserver la position habituelle des stations du métro parisien.

Pour en savoir plus : Plan du métro interactif (Jerôme Cukier) 

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

MoMA: Inventing Abstraction > visualiser le réseau de la création artistique (1910-1925)

Le site du Museum of Modern Art de New-York (MoMA) propose une très belle rétrospective en ligne de l’exposition Inventing Abstraction (1910-1925) parue en 2013 .

Si le MoMA n’est pas à présenter, on souhaite noter la possibilité d’observer le réseau de relations de ces artistes du début du vingtième siècle. Plusieurs approches de l’exposition sont disponibles.

Tout d’abord, on peut aller faire un tour sur le MoMA Multimedia de l’exposition, en passant ici. Pour ma part, j’ai commencé par Behind the Scene: Inventing Abstraction.

Ensuite, on peut s’émerveiller devant l’ensemble du réseau des acteurs de la période moderne, qui correspond à la capture suivante :

 

On peut poursuivre l’exploration en sélectionnant un artiste d’intérêt, avec tout l’embarras qui va avec. La liste n’est pas courte – ni très longue d’ailleurs – et une soirée n’y suffirait pas : de A comme Josef Albers à W comme Max Weber ou encore Mary Wigman, en passant bien sûr par Piet Mondrian, Fernand Léger, Pablo Picasso, Man Ray et tant d’autres. Il y en a (presque) pour tous les gouts.

J’ai choisi d’observer ce que l’on nous propose pour Vaslav Nijinski (1889-1950), car c’est un grand chorégraphe, ancien danseur étoile (donc classique) des ballets russes  ; une partie de sa bio est disponible sur Wikipédia ici.

En traçant le réseau de relations de Vaslav Nijinski, on obtient sa position et les liens qu’il entretient avec les autres artistes proposés (ici).

L’application étant vraiment bien faite, outre son aspect ludique, agréable à manipuler et à regarder, une trop courte biographie de l’auteur est proposée. On a aussi accès à quelques reproductions. Dans le cas de Vaslav Nijinski, on peut admirer trois dessins, dont celui-ci :

 

Vaslav Nijinski : Untilted (Arc and segments : Lines), 1918-1919

On y apprend que ce dessin est réalisé à main levée, au crayon de couleur sur papier. On y voit une mise en scène de lignes courbes, qui traduisent un effet de convergence vers des points, comme le plan d’une chorégraphie de ballet… les trajectoires d’un réseau de danseurs ?. Y aurait-il là un lien avec le Sacre du Printemps, repris notamment par Maurice Béjart (voir ici) ? Le texte qui accompagne le dessin ne le dit pas. Mais on sait que Vaslav Nijinski a été surnommé « Le clown de Dieu », par Béjart lui-même. En tous les cas, on note que lorsqu’il réalise ce dessin, vers 1818-1919, l’auteur vit ses dernières belles années : il sera peu de temps après interné en hôpital psychiatrique, pour schizophrénie, pendant une bonne trentaine d’années. Il ne finira pas très bien … mais il est toujours possible de télécharger le graphe des relations généré en ligne.

L’onglet Conversations du même site permet aussi d’accéder à des interviews de ceux qui ont participé au making off de l’exposition, à la constitution des fichiers qui ont servi à générer le réseau de relations. On y trouve aussi un entretien sur les Networks and Creativity qui décrit ce réseau….

Au final, une très belle visite entre visualisation des réseaux et art moderne.

Pour en savoir plus :  http://www.moma.org

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Troisième Journée d’étude fmr : Croissance et décroissance des réseaux (appel à com)

Croissance et décroissance des réseaux. Approches méthodologiques.

La 3e Journée d’Etudes du Groupe fmr aura lieu à Paris, à la mi-septembre 2014. Les intentions de communications sont attendues pour le 10 février 2014 (voir rubrique Dates importantes).

-> La date limite de réception des propositions de communications a été étendue au 4 mars 2014.

Texte de l’appel à communications :
C’est probablement grâce aux travaux de chercheurs américains (Graham, Marvin, 2001) que l’éventualité d’une décroissance des réseaux techniques (shrinking networks) est envisagée. Elle conduit à un changement d’acceptation des réseaux qui sont désormais envisagés comme des systèmes évolutifs et dynamiques, dont les différentes composantes sont susceptibles de croître ou de décroître dans le temps, d’être dans un état stationnaire ou en transition. Ceci a pour conséquence que l’analyse des réseaux spatiaux nécessite d’être mise en œuvre à différentes échelles spatiales, sociales et temporelles, et selon différents points de vue, par exemple, au niveau de la vulnérabilité du système (organisationnelle, fonctionnelle, structurelle) ou encore sous l’angle de sa dynamique (versus sa stationnarité). Les méthodes mises en œuvre pour saisir ces processus propres au caractère évolutif des réseaux nécessitent en effet, avant tout, la prise en compte de leur composante temporelle par l’analyse de leur dynamique. Une synthèse du groupe fmr présente, à titre d’exemple, les Analyses dynamiques et longitudinales de réseaux (Maisonobe, 2013).

Les types de réseaux concernés par une telle approche sont spatiaux, ils ne sont pas exclusivement techniques ni forcément liés à l’aménagement du territoire, tels les réseaux d’infrastructures de transport. Ils sont plus généralement matériels, comme dans le cas des infrastructures de (télé)communication, de distribution … Mais ils peuvent également être immatériels et concerner, par exemple, les flux origine-destination liés aux mobilités de biens et de personnes, les flux de télécommunication, les flux financiers ou encore les réseaux neuronaux.

Il est attendu des propositions qu’elles laissent une grande part aux aspects méthodologiques, qu’ils soient d’ordre qualitatif ou quantitatif, permettant l’analyse (non exclusive) :
– de l’évolution des réseaux spatiaux : croissance et décroissance (shrinking) ;
– des processus de diffusion et de propagation dans les réseaux, en lien ou pas avec des questions de vulnérabilité ;
– morpho-dynamique du réseau, propre aux méthodes de simulation et de modélisation des réseaux spatiaux.

Il est également attendu que les méthodes mises en œuvre interrogent la manière de caractériser, d’analyser et de géo visualiser le caractère évolutif des réseaux étudiés, dans un contexte disciplinaire qui tient compte des éventuelles possibilités de transferts méthodologiques, vers d’autres corpus ou vers d’autres disciplines. L’analyse par clusters dynamiques (dynamic clustering) est un exemple, parmi d’autres, de méthodes possibles d’application.

 Les propositions de communication attendues intéressent les champs de la géographie quantitative, de l’analyse spatiale et de la science régionale, de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire, mais aussi de l’histoire, de l’archéo-géographie, des sciences des médias ou de l’épidémiologie. La journée d’étude reste également ouverte aux sciences de la nature menant des recherches sur les terrains des sciences humaines et sociales.

-> L’attention est attirée sur le fait qu’une sélection de contributions fera l’objet d’une soumission pour publication, en accord avec leur-e-s auteur-e-s, dans un numéro spécial de la Revue Flux, Cahiers scientifiques internationaux Réseaux et territoires.

Bibliographie indicative :

Barthelemy, M. (2010), Spatial networks, Physics Reports, Vol. 499, Issue 1-3, pp. 1-101.
Dupuy, G. (1991), L’urbanisme des réseaux. Théories et méthodes, Armand Colin, Coll. Géographie, 195 p.
Graham, S., Marvin, S. (2001) Splintering Urbanism: Networked Infrastructures, Technological Mobilities and the Urban Condition. Routledge, 512 p.
Maisonobe, M., (2013) Analyses dynamiques et longitudinales de réseaux, Synthèse du groupe fmr, 13 p.
Pumain, D., Offner, J.-M. (dir) (1996), Réseaux et territoires, significations croisées. Ed. de l’Aube, 295 p.
Vinciguerra, S., Frenken, K., Valente, M. (2010), The geography of Internet infrastructure: An evolutionary simulation approach based on preferential attachment. Urban Studies, Vol. 47, No. 9, pp. 1969-1984.

Les propositions de communications feront l’objet d’une double évaluation, par le comité scientifique du groupe fmr ainsi que, pour les communications sélectionnées, et en accord avec leur-e-s auteur-e-s, par le comité de lecture de la Revue Flux. En cas d’acceptation, un texte long (d’une dizaine de pages) est attendu pour le 14 juin 2014. Des consignes précises de mise en forme seront alors envoyées aux auteur-e-s retenu-e-s. L’ensemble des textes sera ensuite édité et intégré dans la collection Hal-Shs du groupe fmr (voir ici les actes de la seconde journée du groupe). Pour les textes retenus pour une publication dans la revue Flux, toujours en accord avec leurs auteur-e-s, il sera demandé une version mise en forme pour une publication qui respecte la charte de la revue.

Nous encourageons vivement les doctorants et les jeunes docteurs à participer à cette journée.

Organisation de la journée

– Présentation de la journée et des principaux enjeux et questionnements scientifiques (groupe fmr).
– Présentations des intervenants : 20 mn suivies de 10 mn de questions.
– Une table ronde d’1h30 réunissant les intervenants et les membres du comité d’organisation clôturera la journée.
– L’accès à la journée est libre, mais une inscription préalable est requise pour des questions d’organisation, à l’adresse suivante : groupe_fmr@yahoo.fr

– Comité scientifique et d’organisation : Françoise Bahoken, Laurent Beauguitte, Matthieu Drevelle, César Ducruet, Serge Lhomme et Marion Maisonobe.

Dates importantes :
– 4 mars 2014 : envoi des propositions (1 page maximum) à groupe_fmr<at>yahoo.fr
– 10 mars 2014 : notification aux auteur-e-s
– 14 juin 2014 : envoi des textes complets (10 à 12 pages), une sélection de textes sera également transmise à la revue Flux
– mi-septembre 2014 : date limite d’inscription et troisième Journée d’Etudes du groupe fmr
– Octobre 2014: édition des actes de la journée d’étude

Consignes pour le résumé :
Merci d’indiquer précisément le titre, les mots-clés (3 à 5), les noms, prénoms, affiliation-s et mails du ou des auteur-e-s. Etant donné le format demandé, trois à quatre références bibliographiques seront suffisantes.

Les actes de la deuxième Journée d’Etudes, consacrée à l’analyse des réseaux dans le temps et dans l’espace, sont disponibles sur la page Halshs de fmr, plus précisément ici.

Billet modifié le 11 Février 2014.

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

F comme (lien) faible

Ces billets visent à définir le plus clairement et le plus précisément possible des termes clés en analyse de réseau. Ils s’adressent à un public débutant et évitent autant que possible toute formalisation mathématique (pour cette dernière, voir les synthèses fmr sur Hal-Shs).

La Théorie sur les liens faibles a été énoncée au début des années 1970 par le sociologue Mark Granovetter (1973a et 1973b). C’est en articulant les deux niveaux complémentaires auxquels un individu interagit avec d’autres individus, le niveau micro-social et celui des processus macro sociaux, que la notion de lien faible émerge. D’après l’auteur, les liens forts correspondent au niveau micro-social caractérisé par des relations de proximité (au sens large), qui peuvent être interprétées en termes de  fréquence (qui est une contrainte de l’analyse des réseaux), de niveau de connaissance. Il s’agit, par exemple, des relations que l’on entretient avec les membres de sa famille ou de son environnement professionnel immédiat. Ainsi, plus le lien entre deux individus est fort et plus les réseaux formés par les liens qu’ils entretiennent par ailleurs sont superposés et présentent des zones de recouvrement.

Ces liens forts s’opposent aux liens faibles situés au second niveau, ils sont caractérisés par une certaine distance sociale, une fréquence moindre de relations. Ce sont, par exemple, les liens maintenus avec des personnes appartenant à la même association d’anciens élèves et avec lesquels nous n’interagissons que ponctuellement, mais qui peuvent nous apporter beaucoup (nous mettre en relation avec notre futur employeur, par exemple). C’est aussi le cas de ces relations amicales qui sont susceptibles d’apporter de nouvelles informations aux liens forts que nous entretenons avec les membres de notre réseau familial. Ainsi, le passage d’un réseau de relation à un autre (d’une clique à une autre) se ferait plutôt par le biais des liens faibles, les liens forts ne permettant qu’une circulation interne (au sein d’une même clique).

D’après Granovetter, ces liens faibles entretenus avec des individus distants présentent donc la force de permettre d’enrichir son réseau, en jouant le rôle de pont vers les relations des individus avec lesquels on est lié. L’intérêt des liens faibles n’est donc pas immédiat, il est nécessairement inscrit dans la durée. De la même façon que la Théorie des six degrés (6,2) nous met potentiellement en relation avec n’importe lequel des individus connectés … mais de là à ce que l’on soit en relation directe avec le pape (!), il y a tout de même un pas… qui n’est pas infranchissable puisque, de ce point de vue, nous sommes au cœur d’un réseau multi niveaux.

Granovetter a montré l’intérêt de sa théorie, en l’appliquant à différents réseaux de relations pris dans des milieux sociaux, techniques et professionnels variés. En 1985, il met, par exemple, en évidence « l’encastrement » (embededdness) des relations économiques dans des réseaux sociaux, celles des stratégies des firmes face au marché (Granovetter, 1985). Pour finir, on peut considérer que la Théorie sur la force des liens faibles, en introduisant l’encastrement de différents niveaux complémentaires où les relations entre individus sont fondées sur une acceptation de la proximité (sociale, spatiale etc.), constitue donc un cadre d’analyse des réseaux.

Références :

(a) Granovetter M.,  Strength of Weak Ties, American Sociological Review, pp. 1360-1380, May, 1973

(b) Granovetter M.,  The Strength of Weak Ties : A Network Theory Revisited, Sociological Theory, 78 (6), pp. 203-233, Sept. 1973.

Granovetter M.,  Economic Action and Social Structure :  The Problem of Embededdness, American Journal of Sociology, 91 (3), pp. 481-510, 1985.

Billets liés : L comme Lien

Retour au glossaire

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

G comme graphe

Ces billets visent à définir le plus clairement et le plus précisément possible des termes clés en analyse de réseau. Ils s’adressent à un public débutant et évitent autant que possible toute formalisation mathématique (pour cette dernière, voir les synthèses fmr sur Hal-Shs).

Au sens étymologique, le terme « graphe » fait référence à la graphie et désigne un mode d’écriture dit graphique, sur un support (papier, écran) dont on dirait aujourd’hui qu’il est plutôt vectoriel. Il s’agit d’une manière de communiquer une information, à l’aide de signes et de caractères conventionnels, le point et la ligne, là où les lettres correspondent à l’orthographe, les pas de danse à la chorégraphie.

Ce terme « graphe » , aujourd’hui si populaire, est pourtant un terme ambigu. Il désigne, en effet, à la fois 1) la structure particulière des données relationnelles archivées dans une matrice d’adjacence (voir M comme matrice) 2) un mode de représentation des structures matricielles et 3) une fonction mathématique. Dans le premier cas, le graphe correspond à un réseau de relations sociales, spatiales, etc.. Dans le second, le graphe fait référence au diagramme Lien-Noeud auquel il s’est progressivement substitué dans le langage courant. Il caractérise alors un mode de représentation des matrices, parmi d’autres (le tableau croisé, la liste de sommets, le diagramme circulaire, etc.). Si l’acceptation commune du terme se réfère à la Théorie des graphes, le graphe désigne également une fonction mathématique. Dans la Théorie des ensembles, on parle de graphe ensembliste pour désigner une structure formée de deux ensembles : celui des sommets et celui des liens, qu’ils soient munis – ou pas – d’attributs particuliers. Ce graphe ensembliste désigne donc l’ensemble des couples d’entités qui vérifient une relation donnée, ainsi que la représentation de cette relation sous la forme d’un schéma, le graphe.

On l’a tous compris, la particularité du graphe est d’être formée d’un ensemble nécessairement fini de sommets (ou noeuds) mis en relation par des liens (ou arcs ou arêtes). Il est défini par un ordre de rang k qui correspond au nombre de ses sommets. Ses liens traduisent l’existence d’une relation – ils sont binaires -, mais pas forcément (voir L comme liens) ; ils peuvent aussi être orientés ou encore valués (voir F comme flux) comme les graphes de flux et décrire un graphe simple, un graphe complexe (voir C comme (réseau) complexe) ou un graphe multiple (voir infra). De la même façon, les sommets peuvent correspondre à une catégories d’entités (des acteurs, par exemple) ou à plusieurs entités (des chercheurs et des revues), comme dans le cas des graphes bipartites composés de deux groupes d’acteurs distincts (voir B comme biparti).

Le graphe est, en réalité, une projection dans un plan – qui n’est pas nécessairement assorti d’une métrique – de tout (voir C comme (graphe) complet) ou partie de la structure archivée dans une matrice. C’est la raison pour laquelle on parle également de sous-graphe pour en désigner une partie ou, plus généralement et pour généraliser, d’hypergraphe (et donc d’hypergraphe partiel, dual, etc.).

Le graphe renseigne sur l’existence d’au moins une relation entre deux entités (voir S comme graphe simple), ce qui suggère l’existence potentielle de plusieurs relations. Dans ce cas, on parle de multigraphe (ou de graphe multiple) lorsque plusieurs arêtes qui correspondent à des liens de différentes natures relient deux sommets. Ces arêtes sont aussi qualifiées d’arêtes multiples ou d’arêtes parallèles ; à noter que certains auteurs utilisent le terme de pseudo-graphe pour qualifier le multigraphe.

L’intérêt du graphe réside dans les différents problèmes opérationnels qu’il permet de résoudre, les plus communs étant liés à : la recherche du plus court – ou du plus long – chemin, très connu sous l’expression de « Problème du Voyageur de Commerce » (PVC) ; la coloration du graphe et le nombre chromatique ; la connexité ; la vulnérabilité ; l’extraction de communautés (ou modélisation par blocs) ; la recherche d’un arbre de recouvrement minimal, pondéré ou pas, etc.

Pour aller plus loin :

Représentation graphique des matrices : graphe et/ou carte de flux ; La visualisation des réseaux : principes, enjeux et perspectives ; Multigraphes, multiplexes et réseaux couplés, disponibles sur hal-shs.

Billets liés : B comme (graphe) biparti, C comme (graphe) completC comme (réseau) complexe, F comme flux , M comme matrice, S comme (graphe) simple.

Retour au glossaire

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Une auscultation de l’analyse des réseaux dans les sciences sociales

Michel Bertrand, Claire Bidart, Michel Grossetti et Claire Lemercier proposent, dans la 23e Lettre de l’INSHS du CNRS, une mise en perspective historique très intéressante de l’analyse des réseaux dans les sciences sociales.

Celle-ci fait état à la fois de l’évolution de la structuration de la communauté des chercheurs et des analystes qui « auscultent les réseaux sociaux » –  depuis l’International Network of Social Networks Analysis (INSNA)  jusqu’à fmr (merci !) –  que de la variété des objets étudiés (paroisses, groupes professionnels, réseaux personnels de voisinage ou familiaux, …) par différents courants disciplinaires : l’anthropologie, la sociologie, l’histoire et la géographie mais aussi la physique et l’informatique, présents dès la vague de formalisation des notions et des concepts. L’accent est également mis sur les différentes écoles thématiques qui facilitent l’apprentissage théorique et méthodologique. Celles-ci sont organisées (ou pas) par différentes communautés, ce qui conduit les auteurs à la conclusion d’une amplification, d’une densification du réseau des spécialistes des réseaux « plus que nécessaire aussi bien pour faire avancer la connaissance fondamentale des réseaux en tant que niveau de structuration de la vie sociale, que pour répondre à une demande croissante de compréhension de la part de toutes les personnes pour qui la notion de réseau social devient une évidence concrète, avec l’essor des dispositifs de communication qui en fournissent des matérialisations de plus en plus sophistiquées. »

Pour lire l’article, c’est ici.

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Séminaire-Belgrand analyse de graphes routiers dans un SIG, 30 mai

La prochaine séance du séminaire du projet Grand équipement pour l’utilisation des bases de données (GEBD) Belgrand de l’IFSTTAR est consacrée aux outils de calcul de distances et d’accessibilités dans l’espace géographique.

Ce 9ème séminaire de Belgrand a pour objectif de présenter les travaux réalisés à l’Institut de Recherche, Sciences et Techniques de la Ville (IRSTV), par Adam Gouge et Erwan Bocher (IRSTV-CNRS, Ecole Centrale de Nantes), sur la modélisation et l’analyse des graphes routiers ; Ces travaux sont financés par le Ministère de l’écologie, dans le cadre du GEBD Belgrand.

La séance organisée par Erwan Bocher portera sur la Modélisation et l’analyse de graphes routiers dans un SIG : Application avec la plate-forme OrbisGIS.

La présentation portera sur la problématique de l’intégration des méthodes de la théorie des graphes dans un SIG. Dans une première partie, seront évoqués les enjeux en termes d’analyses spatiales et les verrous scientifiques et techniques : gestion des volumes de données, langages pour la manipulation des graphes et interaction avec les techniques d’analyses spatiales dans les SIG. Dans une seconde partie, seront présentés les outils développés dans la plate-forme open source OrbisGIS, en deux sections : 1) Description détaillée des fonctionnalités pour la construction et l’analyse de graphes : catégories d’analyses (métrique, type de parcours de graphes), intégration avec le langage SQL spatial, utilisation dans la construction d’une chaîne de traitements ; 2) Exemples d’utilisation : calcul de distanciers communaux, production de cartes d’attractivité.

Cette séance aura lieu le 30 mai 2013, de 14 à 17h, dans l’Amphi Picard de l’ENSG, le plan d’accès est disponible ici.

Le séminaire est gratuit mais limité par la capacité de la salle. Aussi est-il nécessaire de s’inscrire en envoyant un mail à Olivier Bonin (olivier.bonin<at>ifsttar.fr) ou à Jean-Paul Hubert (jean-paul.hubert<at>ifsttar.fr), responsables du séminaire de Belgrand.

Il est également conseillé aux participants de se familiariser avec la plate forme libre OrbisGis. Un tutoriel sera prochainement disponible sur le site du séminaire.

_______

Billet modifié le 6 mai 2013.

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Semin-R, autour de R, le 24 mai

L’équipe de Sémin-R (MNHN, Université Paris Diderot, INED) organise une journée autour du logiciel gratuit R, le 24 mai prochain.

Cette journée aura lieu au Muséum national d’Histoire naturelle, Amphithéâtre Rouelle, 47 rue Cuvier, Paris 5e .

Le nombre de places étant limité à 75 (!) et les demandes déjà nombreuses, il  est impératif de s’inscrire en utilisant ce formulaire ou en passant par la page du Semin-r, onglet Conferences.

Les intervenants sont :

9h30 : Accueil

10h00 – 10:25, Séverine Zirah (MNHN, Paris), Le package XCMS pour l’analyse de profils de chromatographie liquide – spectrométrie de masse

10:25 – 10:50, Pascal Bessonneau (MEN, Paris), knitr, produire des documents dynamiques intégrant les dernières évolutions de R

10:50 – 11:10, pause

11:10 – 11:45, Adrien Perrard (MNHN, Paris), Mclust : déceler des groupes dans un jeu de données grâce aux mélanges gaussiens

11:45 – 12:10,  Hadrien Commenges, Robin Cura, Hélène Mathian, (UMR Géographie-cités, Paris),  R et espace : retour sur les aspects spatiaux du manuel ElementR

12:10 – 12:25, Laurent Beauguitte (UMR IDEES, Rouen), L’analyse de réseaux avec R – un état des lieux

12:30 – 14:00, Pause

14:00 – 14:25, Gilles Le Pape (AnaStats, Tours), R commander pour utiliser R avec des menus déroulants

14:25 – 14:50, Fabrice Dessaint (INRA, Dijon), Automatiser la production de fiches : exemple de création d’un atlas botanique

14:50 – 15:15, Clélia Bilodeau (LADYSS, Paris 7), Nathalie Thommeret (Laboratoire de Géographie Physique), Une chaîne de traitement automatisée sous R : du chargement de données à la production de cartes et de modèles statistiques pour l’analyse d’une base de données hydromorphologiques nationale

15:15 – 15:30, Pause

15:30 – 15:55, Bénédicte Garnier (INED, Paris), Analyse de textes avec des outils R de statistique textuelle

15:55 – 16:15, Nicolas Chazot (MNHN, Paris), Diversitree : un package pour lier évolution et diversification des caractères biologiques

16:15 – 16:30 Discussion générale

Pour télécharger ce programme en PDF, c’est par.

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts