Connections 32(1), Juin 2012

Le numéro 1, volume 32, de la revue gratuite en ligne Connections est accessible depuis quelques mois sur le site de l’INSNA. Cinq articles au sommaire et une nouvelle rubrique – le Data Exchange Network (DEN), qui présente en détail un jeu de données mis à disposition (taille, type, format, descriptif) – composent le numéro.

Le premier article (voir sommaire détaillé ci-dessous) étudie un réseau valué bimodal relatif à deux congrès internationaux de sociologie en le comparant à des réseaux aléatoires de même type. Les auteurs s’intéressent particulièrement à la nationalité des intervenants dans les différentes sessions et à ce qu’ils nomment l’endogamie (la tendance à se retrouver dans une session entre intervenants de même nationalité). L’article est intéressant même si les conclusions peuvent sembler attendues (oui, on se retrouve plus souvent entre intervenants d’une même nationalité dans une même session) et surtout la supériorité du mode de validation utilisé sur d’autres tests statistiques (test du chi-2 notamment) n’apparait pas évidente.

L’article suivant s’intéresse à la topographie des réseaux terroristes. L’utilisation d’un vocabulaire très métaphorique dans l’introduction peut surprendre (réseau provincial contre cosmopolite ; réseau clair contre réseau sombre). On a droit ensuite à une révision – bien faite – sur les liens faibles et forts de Granovetter et les développements récents de cette approche, avant de passer en revue indices classiques (densité) ou plus récents. Le lien avec les réseaux terroristes ? A peu près nul si ce n’est page 22 une présentation détaillée d’un jeu de données sur un réseau terroriste – jeu de données qui ne semble pas être accessible en ligne.

Le troisième article compare les réseaux personnels de personnes pauvres de São Paulo et de Salvador. La distinction entre réseau personnel (personal network) et ego-network proposée est convaincante : L’ego-network est (classiquement) définie comme un acteur, tous les acteurs auxquels il est directement lié et les liens entre ces différents acteurs. Le réseau personnel est lui défini comme le réseau complet centré sur une personne (lien direct ou non) – ce qui revient de fait à considérer la composante connexe à laquelle appartient l’acteur. Les échantillons d’individus interrogés par questionnaire (questionnaire semi-ouvert et générateur de noms) sont de taille respectables (209 à São Paulo et 153 à Salvador, plus 30 réseaux personnels d’individus de classes moyennes pour établir des comparaisons) et une vague d’entretiens plus restreinte a suivi. Les réseaux personnels collectés ont fait ensuite l’objet d’une classification par k-means basée sur une quinzaine d’indicateurs globaux, classification décrite en détail ensuite. Un article tout à fait recommandable tant au niveau thématique – même si les résultats sont globalement attendus – que méthodologique.

L’article suivant est d’un intérêt essentiellement méthodologique et discute la pertinence du seuil à retenir pour considérer qu’une relation existe en cas de données manquantes dans un réseau.  N’étant pas familier du cognitive consensus structure (CSS), je ne saurai me prononcer sur celui de l’Optimal CSS proposé par l’auteur.

Enfin, l’article de Halgin et Borgatti rappelle les principes généraux de l’analyse de réseau personnel (les deux auteurs utilisant eux ego-network et personal network comme synonymes) et présente E-NET, un logiciel conçu en 2006 par Borgatti et qui ressemble (d’après l’article, je ne l’ai pas encore testé) à un petit frère d’Ucinet, et c’est bien nomal, Borgatti étant aussi l’un des concepteurs d’Ucinet. Je reviendrai prochainement sur ce logiciel ainsi que sur les fonctions R dédiées à l’analyse des ego-networks.

Dernière et nouvelle rubrique, le DEN (Data Exchange Network) qui présente en détail le Camp 92 dataset, petit réseau social collecté lors d’une école d’été en anthropologie. La fiche de synthèse en résume les caractéristiques principales et souligne les usages pédagogiques qui peuvent en être faits. Vivement le prochain! Espérons d’ailleurs que l’objectif des deux numéros annuels affirmé dans l’éditorial par le nouveau rédacteur en chef, Dimitris Christopoulos, sera tenu.

Enfin, si vous ne connaissez pas cette revue, sachez que toutes les éditions précédentes, depuis 1978, sont téléchargeables au format .pdf.

Sommaire du numéro

Christian Stegbauer et Alexander Rausch: How International Are International Congresses?, p.1-11.
Sean F Everton: Network Topography, Key Players and Terrorist Networks, p.12-19.
Renata Mirandola Bichir et Eduardo Marques: Poverty and Sociability in Brazilian Metropolises: Comparing poor people’s personal networks in São Paulo and Salvador, p.20-32.
Jarle Aarstad: Assessing A Novel Approach To Identifying Optimal Threshold Levels For Cognitive Consensus  Structures: Implications and general applications, p.33-36
Dan Halgin et Steve Borgatti: An Introduction to Personal Network Analysis and Tie Churn Statistics using E-NET, p.37-48.
Rich DeJordy et Pacey Foster: Introduction to DEN: the Data Exchange Network, p.49-50.
Stephen P. Borgatti, H. Russell Bernard, Pertti Pelto, Gery Ryan et Rich DeJordy: DEN: The “Camp ‘92” Dataset, p.51-52.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search