Métro, boulot, dodo… et le reste : motifs de mobilité périurbaine et relation à l’agglomération

Souvent stéréotypé, le mode de vie des périurbains est parfois résumé par l’adage voiture, boulot, dodo. Cette analyse apparaît cependant limitée : près de 50 ans après l’émergence du phénomène (Baccaïni, Sémécurbe, 2009), la mobilité périurbaine ne peut plus se résumer aux navettes domicile-travail à destination de l’agglomération. L’émergence de pôles périurbains (Beaucire, Chalonge, 2011 ; Drevelle, 2012), le chainage de déplacements combinant plusieurs motifs (Baudelle et al., 2004) ou encore l’émergence d’un enracinement périurbain (Berger, 1990) renvoient une image nouvelle et plus complexe des mobilités périurbaines. En exploitant les données de l’Enquête Nationale Transports et Déplacements de 2007-2008 (ENTD), ce billet cherche à montrer la variété des motifs de mobilité des périurbains en France ainsi que leur relation avec l’agglomération et l’espace rural.

Un graphe biparti pour relier motifs de déplacement et destinations « privilégiées »

Cette rapide analyse se concentre sur les motifs de déplacements et lieux de destination des habitants périurbains des grandes agglomérations françaises (plus de 100 000 habitants, hors Paris). Nous avons choisi de retirer de notre analyse les périurbains franciliens dans la mesure où le poids démographique de l’agglomération parisienne est tel qu’il rend délicat un rapprochement entre Paris (plus de 10 millions d’habitants) et les autres grandes agglomérations françaises (qui comptent entre 100.000 et 1.000.000 habitants). A partir de ces données, un graphe biparti liant les motifs de déplacements aux lieux de destination a été créé. Un lien est tracé entre le motif et le lieu de destination lorsque, pour ce motif, la destination est surreprésentée par rapport à la moyenne de l’ensemble des déplacements. Ce seuil de surreprésentation est fixé à l’attractivité moyenne de l’espace plus 5%. A titre d’exemple, un lien entre le motif vacances et la destination espace rural signifie qu’au moins 12% des déplacements de motif vacances ont pour destination l’espace rural (cf tableau ci dessous). Ce seuil de 5% permet de retenir un quart des liens possible entre motifs et destinations tout en assurant que chaque destination soit une destination « privilégiée » pour au moins deux motifs et au plus 10 motifs (soit moins de la moitié des motifs). Les liens retenus, orientés du motif vers la destination, représentent alors une destination « privilégiée » pour un motif donné.

Attractivité moyenne des différentes destinations des déplacements des habitants périurbains des grandes agglomérations

Attractivité moyenne des différentes destinations des déplacements des habitants périurbains des grandes agglomérations

Le graphe alors obtenu compte 28 nœuds (6 nœuds destinations et 22 nœuds motifs) et 35 liens. La taille des nœuds destinations est proportionnelle à leur degré entrant. La couleur des nœuds motifs est fonction des grandes catégories de motifs définies dans l’ENTD. Le graphe a été produit à l’aide du logiciel de visualisation de graphe Gephi et retouché sous Inskape.

Destinations « privilégiées » par motifs des périurbains des grandes agglomérations (cliquer sur l’image pour agrandir le graphe)

Une opposition entre couronnes périurbaine et agglomération ?

L’observation du graphe semble acter une opposition marquée entre couronne périurbaine et agglomération : topologiquement, le périurbain est plus proche de l’espace rural que de l’agglomération (ville centre et banlieue). Par ailleurs, si on considère le graphe comme non orienté, l’espace rural apparaît comme un espace charnière entre « l’univers  périurbain » et « l’univers urbain». En effet, la centralité d’intermédiarité du nœud Espace rural est la plus forte de tout le graphe alors que la centralité de degré est plus importante pour les nœuds Couronne périurbaine et Ville centre (sous réserve que l’on puisse interpréter la centralité d’intermédiarité dans un graphe biparti de la même manière que dans un graphe non biparti).

Degré entrant et centralité d'intermédiarité des nœuds "destination"

Degré entrant et centralité d’intermédiarité des nœuds « destination »

On observe aussi une spécialisation fonctionnelle des destinations. Ainsi, l’espace périurbain apparaît comme un espace du quotidien, des activités domestiques. On y retrouve des activités liées à la vie quotidienne d’un ménage (études, accompagnement, gardiennage d’enfant, petits achats ou démarches administratives) ainsi que les loisirs les plus fréquents (sport, activités associatives, promenade). L’espace rural est quant à lui plus ou moins exclusivement lié aux activités sociales et de loisirs (sport, promenade, vacances). L’analyse des motifs visites, uniquement liés aux espaces périurbains et ruraux, est très intéressante dans la mesure où elle donne des informations sur la construction des espaces de sociabilité des habitants du périurbain. Le lien entre le motif visite à des amis et la destination espace périurbain semble montrer que les habitants du périurbain construisent leurs liens de sociabilité à l’intérieur de leur espace de vie. Les liens des motifs visites à des amis et à des parents avec l’espace rural pourrait souligner l’attachement rural fort d’une partie des périurbains, ce qui apporterait un élément de compréhension de la mise à distance de la ville. En effet, si le périurbain est l’espace privilégié d’installation des « jeunes ménages » en provenance des centres-villes lorsque la famille s’agrandit (Sencébé, Lepicier, 2007), l’étude des trajectoires résidentielles montre « l’héritage » résidentiel pavillonnaire ou rural d’au moins un des membres du ménage (Debroux, 2011).

A l’inverse du périurbain, les espaces urbains (ville centre, banlieue, agglomération parisienne) apparaissent comme des espaces du fonctionnel et de l’exceptionnel. Banlieues et villes-centres sont ainsi les espaces où les périurbains travaillent, se forment et se soignent; les gros achats (réalisés en centre commercial) sont par ailleurs concentrés dans les banlieues. Les espaces urbains permettent aussi l’accès à des loisirs plus exceptionnels (visiter une foire, aller à un spectacle culturel, dans un restaurant ou un bar).

Ainsi, l’analyse rapide du graphe biparti des destinations « privilégiées » par motif des habitants périurbain des grandes agglomérations françaises a permis de mettre en évidence une certaine distance fonctionnelle entre la ville et la couronne périurbaine, lieu de sociabilité et des activités domestiques. Toutefois, le lien des périurbains avec l’agglomération reste fort, tant pour des activités quotidiennes ou nécessaires (travailler, se soigner) que pour des motifs plus exceptionnels (loisirs plus « rares »).

Bibliographie

BACCAÏNI B., SEMECURBE F. (2009). « La croissance périurbaine depuis 45 ans ». INSEE première,  n°1240, p.1-4.

BAUDELLE G., DARRIS G., OLLIVRO J., PIHAN J. (2004), « Les conséquences d’un choix résidentiel périurbain sur la mobilité : pratiques et représentations des ménages », Cybergeo : Revue européenne de géographie, N° 287, 15 octobre 2004, GT23

BEAUCIRE F., CHALONGE L. (2011). « L’emploi dans les couronnes périurbaines, de la dépendance à l’interdépendance ». In PUMAIN D., MATTEI M-F., Données Urbaines, Tome 6. Economica. 361 p. ISBN: 2-7178-6060-6

BERGER M. (1990), « À propos des choix résidentiels des périurbains : peut-on parler de stratégies territoriales ? », Strates [En ligne], 5  | 1990, mis en ligne le 16 mars 2007, Consulté le 05 novembre 2012. URL : http://strates.revues.org/1424

DEBROUX J. (2011), « Accéder à la maison individuelle en zone périurbaine : passé résidentiel, position dans le cycle de vie et sphères d’identification », Métropoles [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2012, consulté le 05 novembre 2012. URL : http://metropoles.revues.org/4505

DREVELLE M. (2012). « Structure des navettes domicile-travail et polarités secondaires autour de Montpellier », M@ ppemonde, n°107, http://mappemonde.mgm.fr/num35/articles/art12304.html

SENCEBE, Y., LEPICIER, D. (2007), « Migrations résidentielles de l’urbain vers le rural en France : différenciation sociale des profils et ségrégation spatiale », EspacesTemps.net, Textuel, 10.05.2007, http://espacestemps.net/document2270.html.

Données

Télécharger les données du graphe (fichier csv contenant la liste des liens).


Matthieu Drevelle

Doctorant en Géographie-Aménagement à l'Université Paris 1, UMR Géographie-cités, équipe CRIA - Transamo

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *