Groupe fmr, Open Access et Inist-Refdoc : rejoignez le collectif des auteurs en colère

Ce billet personnel et d’humeur ne reflète pas nécessairement les opinions de tous les membres du groupe fmr.

Les membres du groupe fmr, et notamment ses deux animateurs (César Ducruet et moi-même), sont de fervents défenseurs de l’Open Access (et pour certains, de l’Open en général, des data aux logiciels). Tous nos articles, chapitres d’ouvrages, tutoriels ou synthèses fmr sont disponibles sur le portail Hal-Shs (et les sites liés tels Cours en ligne ou Thèses en ligne) et donc accessibles à toute personne, chercheur ou non, intéressée par le sujet. Le fait que nos travaux, financés par de l’argent public, soient mis à la disposition du public nous paraît normal.

Un billet publié sur le blog de Olivier Ertzscheid le 1 octobre dernier met en cause la politique du Refdoc, service de l’INIST, composante du CNR (http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2012/10/lettre-a-linist.html). Le billet est ensuite repris par rue89 (http://www.rue89.com/rue89-culture/2012/10/18/le-cnrs-pignouf-qui-pille-les-chercheurs-236285). En deux mots, mais je renvoie à ces deux liens pour plus de précisions, le CNRS, via le Refodc, vend des versions papiers d’articles scientifiques, sans se soucier de l’accord des auteurs, et à un prix prohibitif. Petit exemple personnel, mon court article – 7 pages – paru en 2010 dans L’Espace géographique, disponible sur Hal-Shs (certes,sans la mise en page de L’Espace géo), est disponible en version couleur pour la modique somme de 32 euros…

Les tarifs sont tellement absurdes qu’il est douteux que qui que ce soit utilise ce « service ».

Le CNRS a publié hier un billet justifiant l’action du Refdoc (http://intranet.cnrs.fr/intranet/actus/insist-20121019.html). Ce plaidoyer pro modo risque d’avoir du mal à éteindre la contestation actuelle.

Le 15 octobre, le blog Savoirs COM1 met en ligne une pétition ainsi qu’un formulaire de demande de retraits des références sur le portail de l’Inist-Refdoc. Plus de 450 signatures ont déjà été recueillies (http://www.savoirscom1.info/2012/10/15/inist-refdoc-rejoignez-le-collectif-des-auteurs-en-colere/) et j’espère que cette pétition portera ces fruits.

Sur certaines listes de diffusion, certains ont souligné que ce problème paraissait moins gênant que le racket auquel se livre certains éditeurs scientifiques (Springer autorise le dépôt d’un article sur une archive ouverte si on accepte de régler la modique somme de 2000 euros – http://www.springer.com/open+access/open+choice?SGWID=0-40359-0-0-0). Reste qu’un chercheur peut choisir ses cibles de publication, et privilégier par exemple les revues en ligne, tandis que dans le cas du Refdoc, le CNRS a toute latitude pour imposer sa politique.

 


2 réflexions au sujet de « Groupe fmr, Open Access et Inist-Refdoc : rejoignez le collectif des auteurs en colère »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.