Cartographier le commerce maritime mondial vers 1940

En 1949, un géographe des transports américains, Edward Louis Ullman (1912-1976),  à l’époque enseignant à l’Université de Harvard, propose à la revue The Professional Geographer une note d’intention de recherches portant sur la cartographie du commerce maritime mondial, en prenant l’exemple du Royaume Britannique.

Le texte publié, qui n’est donc pas formellement un article scientifique, s’intéresse à la cartographie du mouvement du transport maritime mondial, en l’illustrant d’une carte globale ainsi que par d’intéressantes pistes d’analyses pour de futures versions de la carte.

Cette note, qui intéresse l’analyse des réseaux planaires, a fait l’objet d’une traduction bilingue commentée [accéder] par Laurent Beauguitte et moi-même ; elle est disponible dans la collection Hal du groupe fmr. Elle permet de faire le point sur une manière de cartographier le commerce maritime dans les années 1930-1940.

Cartographier le commerce maritime en 1936

Le texte publié par Ullman est accompagné de la carte suivante en noir et blanc sur le commerce mondial de l’empire britannique en 1936.

D’après la note de l’éditeur placée à la fin de la publication, cette carte « a été reproduite à partir d’une photographie de l’original en grand format. Elle est utilisée ici sans savoir comment elle sera reproduite sous forme lithographique. L’éditeur assume la responsabilité d’une éventuelle mauvaise reproduction »… ce qui est effectivement le cas, la carte est quasiment illisible, ce qui peut apparaître assez frustrant. C’est pourquoi j’ai essayé d’en savoir un peu plus sur la représentation en elle-même.

La carte nous fait toutefois supposer que la multitude de points noirs représente la circulation de navires. On suppose également a priori que ces navires sont typés en de catégories, que l’on suppose être des marchandises : une liste des principales d’entre elles étant présentée sur des fiches placées a priori (toujours) sur les principales zones de destination ou d’origine impliquant l’empire britannique. La densité de ces points, celle du traffic, est telle par endroits que leur motif d’ensemble révèle des routes maritimes qu’à l’époque de la cartographie, il n’est sans doutes pas aisé de représenter dans le détail.

Géovisualiser le commerce maritime en 2022

En effet, il est aujourd’hui possible de réaliser ce type de cartes du trafic mondial en quelques clics sur différentes plateformes cartographiques mobilisant les données du système AIS mondial. Ci-dessous figurent des cartes instantanément obtenues sur la plateforme Shipmap.org.

Aujourd’hui, il est notamment possible à peu de frais de géovisualiser la position de différents types de navires – mais pas des marchandises transportées – et des routes empruntées : sur la carte du haut, les navires représentés par des points peuvent être distingués en fonction de leur teinte ; la densité du traffic permet de visualiser des routes (comme précédemment) ; il est également possible de visualiser des trajectoires, leur densité renseignant alors sur leur fréquence  d’utilisation.

Que représente t’on exactement au début du XXième siècle ?

Une petite recherche sur les cartes du commerce maritime britannique nous a rapidement mise sur la piste de cartes anciennes similaires à celle de Ullman. Il est intéressant de noter que plusieurs d’entre elles ont été publiées par la suite sur ce sujet, l’une d’entre elles pourrait être la version de la carte qui nous intéresse. Elle porte exactement le même titre British Empire Shipping 1937 et est éditée par le Plans Division, Naval Staff, Admiralty (1938) –  l’Université de Stanford la propose au téléchargement ici en deux parties distinctes et à différents niveaux de résolution. La version présentée ci-dessous est un montage que nous avons réalisée à faible résolution des planches d’origine.

Source : Stanford.edu (74*147 cm)

Cette version étant plus lisible que la précédente, on peut y apprendre que la carte représente la « Répartition des navires de 3.000 tonnes brutes et plus au 24 novembre 1937, et le pourcentage de certaines marchandises importantes obtenues par le Royaume-Uni auprès des principales régions qui l’approvisionne en 1937 ».

Les fiches représentées listent donc les marchandises importées par le Royaume-Uni et non l’inverse, depuis leurs principales régions d’approvisionnement. La carte précise également, mais seulement de manière littérale, quels sont les types de navires concernés.

Prenons par exemple l’Afrique et observons la représentation des marchandises importées par le Royaume-Uni.

On peut par exemple lire que 41 ports méditerranéens sont impliqués dans l’approvisionnement britannique et 30 ports d’Afrique centrale. Sans rentrer dans le détail, on apprend que le Royaume-Uni y a importé depuis les côtés nord 69% du total de leurs fertilisants.

La carte présente également les différents bassins d’approvisionnement, qu’elle teinte de rouge, comme illustré ci-après sur les régions d’Afrique de l’est et du sud.

Et ainsi de suite pour différentes régions du monde.

On voit bien l’intérêt de la possibilité d’une géovisualisation fine de ce commerce mondial et son importance dans la balance commerciale britannique en l’occurence. C’est ce à quoi Ullman a souhaité aboutir en présentant cette note de recherche.

Ullman suggère en effet différentes utilisations possibles de la carte histoire de bien souligner son intérêt (voir dans la traduction). Puis fait un appel direct à la communauté :

Cette proposition a été faite dans d’obtenir des commentaires.
Qu’en pensez-vous ?
Quels raffinements de la méthode suggérez-vous ?

Ai-je négligé quelque chose ?
Particulièrement important : quelles autres utilisations pratiques pourraient être faites des données ?

Ullman précise également que « La même procédure [d’analyse cartographique de la circulation maritime mondiale] pourrait également être utilisée pour les voyages aériens …] ». Et ça tombe bien, un twitto cartographe a récemment proposé une cartographie des trajectoires maritimes et aériennes mondiales.

 

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

Quels types de cartographie/géovisualisation de ce commerce mondial maritime pourrait être réalisée aujourd’hui ?

Les suggestions de cartographies suggérées dans la note de Ullman peuvent-elles être réalisées aujourd’hui à partir des données et des outils dont nous disposons ? Qu’est-ce qui change ?

Une exemple qui commence à dater de ce que l’on peut réaliser aujourd’hui avait été présentée sur Néocarto, voir aussi :

Géo-graphie des circulations maritimes

Référence mentionnée :
Edward L. Ullman, 1949, Mapping the world’s ocean trade: A research proposal. Version traduite et commentée, groupe fmr (flux, matrices, réseaux), coll. Textes, 12 p. ⟨hal-03562734⟩

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Françoise Bahoken (2022, 18 février). Cartographier le commerce maritime mondial vers 1940. groupe fmr (flux, matrices, réseaux). Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p85q

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search