R. Hachi, 2020, Explorer l’effet de la morphologie des réseaux viaires

Les lecteurs et lectrices de ce carnet de recherche connaissent déjà Ryma Hachi, elle a en effet animé avec Paul  Gourdon le groupe fmr de 2017 à 2019. Si ce dernier est en train de boucler sa thèse, Ryma a soutenu la sienne fin novembre 2020. Dirigée par Lena Sanders, la thèse est évidemment disponible en ligne et j’en profite pour donner le titre complet : Explorer l’effet de la morphologie des réseaux viaires sur leurs conditions d’accessibilité. Une approche empirique fondée sur la théorie des graphes. Ce court billet ne prétend pas en épuiser les richesses mais se contente de présenter la démarche d’ensemble en soulignant ce qui en fait à mes yeux l’intérêt.

L’objectif général de la thèse est je cite d’ « évaluer les conditions de circulation dans un réseau viaire, grâce à des mesures calculées sur le plan de ce réseau » (p. 15, souligné par l’autrice). Seuls les moyens de déplacement individuel, de la marche à la voiture, sont considérés, l’autrice estimant avec raison que les transports en commun créent des problématiques spécifiques. Elle cherche à évaluer l’impact des recommandations des urbanistes sur les « conditions d’accessibilité » en milieu urbain, ces recommandations étant souvent contradictoires et reflétant les préoccupations de leurs époques respectives. Le chapitre 1, richement illustré, présente ces différentes recommandations.

Le chapitre 2 définit les notions et concepts de mobilité (on trouve en annexe un état de l’art sur ce sujet), d’accessibilité et de proximité. Le chapitre 3 s’intéresse aux recommandations des urbanistes concernant ces enjeux et trois types de réseaux viaires idéaux-typiques sont définis : les réseaux organiques (villes médiévales européennes), quadrillés (villes nord-américaines par exemple) et arborescents (banlieues résidentielles). Le texte est clair, les enjeux présentés de façon limpide et des conclusions partielles rappellent régulièrement les principaux points du développement.

La théorie des graphes apparaît au chapitre 4 consacré à divers moyens possibles pour modéliser un réseau viaire sous forme de graphe. L’autrice présente le réseau topologique qui gomme toute coordonnée spatiale, le réseau axial, issu de la space syntax et prenant en compte la courbure des voies, et enfin le réseau géométrique gardant les positions relatives des liens et sommets du réseau. Elle justifie le choix d’utiliser un graphe dual (les sommets représentent alors les tronçons) et présente différents indicateurs morphologiques permettant de mesurer la topologie du réseau d’une part et sa géométrie d’autre part. Les indicateurs sont issus de différentes traditions de recherche (analyse des réseaux spatiaux, space syntax, physique, analyse des réseaux sociaux) et leur intérêt thématique est systématiquement mis en évidence. Il est très plaisant de voir une telle finesse dans l’approche méthodologique et thématique – ça change agréablement de la triade routinière webscrapping / distribution des degrés / communautés (de Louvain, Gephi oblige). La parcimonie dont l’autrice fait preuve est l’une de ses grandes qualités : si deux indicateurs sont redondants, elle en garde un seul et elle a évidemment raison de le faire. L’indispensable thèse de Claire Lagesse (2015) est bien sûr citée.  Elle conclut son chapitre en soulignant l’intérêt des approches issues de la physique des réseaux.

 

 

Après avoir soigneusement justifié les indicateurs, le chapitre 5 est consacré aux données et aux enjeux liés à leur acquisition, à leur construction et au choix des outils d’analyse. Modéliser un réseau viaire suppose en effet des choix nombreux de sélection et de simplification. Les différentes villes étudiées sont présentées : Paris et Chester au Moyen-Âge (réseaux organiques), Manhattan et Detroit (réseaux quadrillées), banlieue de Waterloo (Ontario) et Raleigh (Caroline du Nord) (réseaux arborescents). Paris est également analysée à différentes dates au XIXe, soit avant, pendant et après les travaux haussmanniens, ceux-ci étant notamment marqués par des percées configurées en étoile.

Les deux chapitres suivants sont consacrés aux résultats et chaque indicateur est largement décrit (distribution, moyenne, médiane, écart-type) et interprété. On retrouve le souci de parcimonie dans le choix de ne spatialiser que les indicateurs pertinents et ne présentant pas d’effets de bord (fait que certains indicateurs vont par construction donner les valeurs centrales aux tronçons situés au centre).  Le chapitre 8 enfin propose une méthodologie permettant de mettre en relation  indicateurs morphologiques (topologie et géométrie) et indicateurs d’accessibilité. Les coefficients de corrélation sont donnés à titre indicatif mais non commentés dans l’analyse, idem pour les droites de régression qui supposeraient des relations linéaires et des effectifs plus nombreux.

Même si l’on n’est pas un.e spécialiste des réseaux viaires ou spatiaux, la thèse est fortement recommandée : pour sa capacité à piocher intelligemment dans différentes traditions de recherche – certaines devenues canoniques (réseaux d’infrastructures en géographie) et d’autres encore en développement (approche des physiciens) -, le souci de justifier chaque choix, la présentation des données et la clarté de l’interprétation. Le style de l’autrice est par ailleurs fort agréable à lire et d’une pédagogie à toute épreuve.

Aubervilliers, le 23 février 2021


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search