Saisir les diasporas numériques : le projet e-Diasporas

logo du projet e-DiasporasA la récente journée d’étude du groupe fmr (voir ici), la coordinatrice du projet, la sociologue Dana Diminescu, est venue présenter les principaux résultats du projet international e-Diasporas. Impliquant 80 chercheurs de différentes disciplines (anthropologues, géographes, sociologues, spécialistes des médias etc.), l’objectif du projet maintenant achevé était d’explorer les relations entre migrants créées via internet. La visite du site http://www.e-diasporas.fr/ s’impose, même si on peut être déçu par le manque d’informations concrètes sur le projet (chronologie ?). Le choix assumé a été de mettre en avant la méthodologie utilisée, les principaux résultats (working papers français ou anglais -, entretiens et visualisations) et, cerise sur le gâteau, de donner un accès libre à toutes les données collectées en format xml [1] .

La consultation en ligne des graphes (un sommet représente un site, un lien une relation entre ces sites – l’orientation étant bien sûr préservée) est particulièrement soignée et il est très facile de naviguer dans les graphes – voir la barre d’outils ci-dessous-  de collecter des informations (type de site, langue utilisée etc.).

barre d'outils e-Diasporas

Le type d’informations proposées varie en fonction des diasporas étudiées mais on retrouve à chaque fois ou presque le type de site (individu, média, institution).

L’algorithme de visualisation utilisé étant le même pour toutes les diasporas et catégories, la comparaison visuelle est facilité; de plus, des indicateurs basiques (ordre, taille, densité) sont systématiquement indiqués.

visualisation de diasporas

 Si la qualité des visualisations (les développeurs de Gephi étaient du projet) est indéniable, les chercheurs ne prennent pourtant pas les traces numériques pour LE reflet de la réalité. Les graphes ont vocation à orienter les questions de recherche (pourquoi tel lien ? pourquoi telle absence ? la connectivité numérique reflète-t-elle des proximités physiques ?) et sont le point de départ de la réflexion. Chaque diaspora étudié est commentée par un-e chercheur-e (une ou deux vidéos) et dans un working paper téléchargeable.

Ce projet est officiellement clos mais les pistes de recherche futures sont nombreuses et un projet e-Diasporas 2 semble d’ores et déjà à l’étude.

[1] Bon, pour repasser que xml au graphe, il faudra fouiller un peu. Enregistrer le fichier avec une extension .graphml permet d’ouvrir le fichier dans Gephi mais tous les attributs disparaissent au passage. Avec l’extension .gexf, c’est un peu mieux mais ce n’est pas encore ça – il est vrai que j’utilise fort peu Gephi. Un petit mot sur le site « How to use these data » serait bienvenu, la rubrique Help semblant être faite avant tout pour les membres du projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *