Une journée d’école vue par SocioPatterns

Le projet SocioPatterns a débuté en 2008 avec un objectif ambitieux, modéliser les interactions humaines. Les données ont été recueillies au cours de toutes ces années dans des environnements variés : école primaire, lycée, hôpital, musée, conférence etc. L’une des originalités du projet est la méthode de recueil des données : chaque participant-e (élève, visiteur, personnel etc.) est équipé-e d’un badge capable d’emmagasiner, de collecter et d’émettre des signaux. Si deux personnes se trouvent face à face à moins d’un mètre l’une de l’autre, un lien est enregistré entre les deux personnes.

Le site dédié au projet (http://www.sociopatterns.org/) mérite une longue visite pour plusieurs raisons :

  • les plupart des articles issus du projet sont accessibles  ;
  • les vidéos sont soignées et stimulantes (voir exemple ci-dessous) ;
  • toute la méthodologie est décrite en détail – du coup on peut contester certains choix, mais en toute connaissance de cause ;
  • quatre jeux de données sont téléchargeables pour explorer d’autres pistes ou répliquer telle ou telle analyse.

L’un des exemples de visualisation les plus stimulants est celui concernant une journée d’école primaire. Chaque cercle représente une classe, chaque point périphérique un élève et le point central l’enseignant-e, chaque lien indique une situation de proximité physique et on repère vite le rythme de l »école, des récréations au retour en classe en passant par le temps de midi (peu d’élèves demi-pensionnaires semble-t-il). La faiblesse des relations entre les classes d’âge extrêmes – connue depuis très longtemps mais illustré ici de façon frappante – apparaît nettement.

 

Les choix de visualisation sont intéressants : les individus sont figés dans l’espace et seuls les liens permettent d’imaginer les déplacements des uns et des autres. Il est d’ailleurs parfois difficile de se représenter l’agencement physique des élèves tant certaines densités de liens peuvent devenir élevées.

Si le projet se dit interdisciplinaire, les physiciens s’y  taillent la part du lion comme le montrent les institutions porteuses du projet (ISI Foundation, Turin ; Centre de Physique Théorique, Marseille; Laboratoire de Phyique de l’ENS Lyon et Bitmanufaktur de Berlin). L’inférence pourra sembler exagérer au vue des données : coprésence – même en face à face  – n’est pas synonyme d’interaction, notamment dans un certain nombre d’endroits où la place même des individus est en grande partie contrainte (qu’il s’agisse de l’école ou de l’hôpital). Écrire à propos de l’école primaire que « each child has on average 323 contacts per day with 47 other children, leading to an average daily interaction time of 176 minutes » est précis, il n’est pas évident que ces mesures soient d’une grande utilité : parce qu’il s’agit d’une moyenne, parce que la durée des contacts est très variable et surtout parce qu’aucun distinguo n’est possible entre coprésence subie et interaction choisie.Quant à l’alibi récurrent de l’aide à la prévention des maladies contagieuses – alibi fréquent chez nos collègues physiciens [1] -, il ne m’apparait d’une grande pertinence, notamment dans le cas de l’école primaire…

Là où le projet stimule, c’est dans sa volonté de mettre en évidence des idéaux-types de relations humaines variables selon les genres, les statuts (voir l’article et les graphes concernant les catégories de personnel hospitalier), les heures et les lieux.


[1] Pas de procès d’intention, je trouve nombre de travaux de physiciens passionnants et  les sciences humaines ont beaucoup à apprendre – et je ne parle pas ici statistiques ou programmation. Mais j’y reviendrai sans doute dans des billets ultérieurs.

Une réflexion au sujet de « Une journée d’école vue par SocioPatterns »

  1. Merci pour ce post et ces commentaires intéressants. Une petite note sur l’idée que l’intérêt pour l’épidémiologie est un « alibi »: la liste de nos publications témoigne que c’est beaucoup plus qu’un alibi, puisque nous avons publié dans une revue importante d’épidémiologie (BMC Medicine); d’autre part nous travaillons effectivement en contact avec des épidémiologistes, pour qui ce type d’approche est novateur et important.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *