Six degrees of Black Sabbath

Udate du 1 septembre 2020 : le site labs.echonest ne semble plus être accessible.

Dans la littérature récente sur les réseaux [1], il est fréquemment question d’un jeu auquel se seraient livrés les étudiants américains : le Kevin Bacon Game. En deux mots, trouver quelle est la distance entre Kevin Bacon – considéré avec humour comme l’acteur le plus central du cinéma – et n’importe quel acteur, deux acteurs étant connecté s’ils ont joué ensemble dans un même film.

Le site Six degrees of Black Sabbath (http://labs.echonest.com/SixDegrees/index) applique la même logique au domaine musical. Les facteurs susceptibles de créer un lien entre deux artistes sont plus variés : avoir été membre d’un même groupe, avoir participé à un morceau, avoir fait une reprise ou… avoir été marié-e à. L’interface est on ne peut plus sobre : un nom en entrée, un nom en sortie et go.

Le principe est amusant, surtout lorsque l’on cherche les liens entre deux univers musicaux peu compatibles. Deux exemples ? Hervé Vilard – Niggers with Attitude, 9 pas;  Suprême NTM – Arvo Pärt, 6 pas. Lorsqu’on reste dans la même sphère musicale, les résultats sont parfois douteux. Trouver 5 pas entre Léo Ferré et Noir Désir ou 12 entre Léonard Cohen et les Pixies alors que dans les deux cas, une chanson du premier a été repris par le deuxième (respectivement Des armes et I can’t forget), ce n’est pas très sérieux.

On a également accès aux artistes les plus connectés. Trio de tête ? Mozart, Bach et Beethoven, suivis de… Linda Ronstadt.

Pour ceux qui préfèrent l’original à la copie, on peut toujours jouer au Kevin Bacon Game sur http://oracleofbacon.org/.

Rappelons enfin pour mémoire la version académique et mathématicienne du jeu : le nombre d’Erdös. Si x a publié avec Erdös, il a un nombre 1. Si y a publié avec x (mais pas avec Erdös), il a un nombre 2 etc. etc. Un site existe aussi pour y jouer (http://www.ams.org/mathscinet/collaborationDistance.html) mais c’est tout de même beaucoup moins drôle.

[1] Voir par exemple dans Duncan J. Watts, 2003, Six Degrees. The Science of a Connected Game, William Heinemann, p.93-95

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search