Séance du 21 mars 2017 : Analyse et représentation d’une matrice de flux avec QGIS

La prochaine séance du groupe fmr aura lieu le mardi 21 janvier 2017 à 10h, au 13 rue du four, 5e étage (bibliothèque), à Paris. Elle portera sur l’analyse et la représentation d’une matrice de flux avec QGIS. Elle sera  animée par Françoise Bahoken.

La séance est composée de deux parties. Une première partie donnera lieu à la préparation des données numériques : import de la matrice, calcul d’indicateurs,…, filtrages de champs selon un critère unique global qui sera soit endogène (sélection des valeurs de flux supérieures à une valeur unique) soit exogène (sélection des flux selon un critère de distance continu …). Une seconde partie sera consacrée au tracé de tout ou partie des flux : le choix du figuré sera fonction du type de matrice (asymétrique ou symétrique) et leur représentation fonction des possibilités de symbolisation des liens ou des bandes proposées par QGIS, voire celles de stylisation suggérées par Anita Graser.

Extensions et outils « de flux » disponibles

En pratique, différentes extensions additionnelles et outils intégrés à QGIS peuvent être mobilisés pour représenter des flux. D’après ce que j’ai pu observer, ils diffèrent selon 1) qu’ils mobilisent en entrée une matrice de type liste (format long) ou de type matriciel (format wide) : voir ce billet pour les différents types de matrice asymétriques et celui-ci, pour les symétriques ; 2) aussi selon que le figuré qu’ils permettent de tracer : un lien, plus ou moins large ou une bande, autrement dit à un lien valué dont la surface géométrique est mesurable (ce qui change potentiellement beaucoup de choses, sinon tout sur le plan sémiologique).

N’étant pas spécialiste de QGIS, je ne saurai citer que les outils qui ont attiré mon attention, parmi lesquels, dans le désordre :

  • OURSINS (plugin Oursins), est une extension efficace et opérationnelle proposée par Lionel Cacheux et maintenue sur son dépôt Github ici et qui, comme son nom ne l’indique pas, permet de représenter soit tous les flux soit une sélection d’entre eux ; elle n’est donc pas limitée à la seule représentation dite en « oursins ».
  • MMQgis (Plugin MMQgis), est une extension proposée par Michael Minn (présentée ici) permettant notamment de cartographier des flux. Le groupe fmr a déja mentionné (ici) le tutoriel que Laurent Jégou en a proposé sur le PortailSIG pour réaliser de « jolies cartes de flux ». De mon point de vue, cette application très complète par bien des aspects présente trois inconvénients pour la représentation de flux : 1) elle fonctionne mal sur Mac, ce qui est pour le moins gênant ; 2) elle mobilise deux fichiers de nœuds pour tracer les liens et 3) elle impose la sélection a priori des nœuds d’origine (les hub) alors que ces derniers peuvent justement être révélés par l’analyse statistique, par l’exploration des valeurs de la matrice via leur cartographie puisque l’on est dans un environnement SIG. Cette application permet donc de représenter, à l’échelle interne, des « oursins » soit un phénomène d’accessibilité (des flux selon la focale des lieux de destinations) et non d’interactions … ;
  • FLOWMAPPER plugin for QGIS2x (Plugin FlowMapper), développée par Cem Gulluoglu, correspond à la version QGIS du FLOWMAPPER de Waldo Tobler, sachant que la version pour ArcGis de ce même logiciel ne semble pas (à ma connaissance) été actualisée depuis la version 10x du logiciel. Je suis donc d’emblée plutôt favorable à son utilisation, ce d’autant plus qu’elle permet de représenter les trois principaux types de matrices (asymétriques : les valeurs observées ; symétriques : le volume bilatéral  et antisymétriques : le solde bilatéral). A noter cependant qu’elle nécessite quelques précautions à l’installation : la présence de Python 2.6 (déjà effectuée si vous utilisez également ArcGis) et OGR/GDAL, sinon je vous conseille de suivre les conseils de l’auteur ici, ainsi que ses développements en cours sur son dépôt Github, son installation n’est pas très simple, ce qui peut être pénible ;
  • ARROWS est le nom de deux extensions :
    • La première, très intéressante ne mentionne pas le nom du développeur. Elle permet de générer des bandes orientées (ou non) à partir de liens existants, une documentation bien complète est disponible sur Géoinformations, le site de l’espace interministériel de l’information géographique, accessible ici ;
    • La seconde (Plugin Arrows), développée par Grégoire Piffault est également intéressante : elle permet aussi de générer des bandes orientées à partir de lignes et polylignes (mais je ne l’ai pas testée) ;
  • RTQSPIDER (Plugin rt_qspider), est une extension développée par Giuseppe Sucameli, pour Faunalia, disponible ici sur leur dépôt Github. Cette application est très facile d’accès, simple dans son utilisation et efficace. Elle ne pose aucun problème particulier. Elle permet de tracer des liens (que l’on va ensuite éventuellement pouvoir transformer en bande via ARROWS de Géoinformations ici) à partir d’un unique fichier .csv que l’on va transformer à loisir pour créer des nœuds, des liens et calculer différents attributs grâce aux outils intégrés de QGIS. Si elle peut apparaître comme la moins aboutie par rapport à MMQGIS ou FLOWMAPPER, elle présente l’avantage de la simplicité et de permettre de conserver une très grande liberté dans l’analyse des flux
  • QGIS RESOURCE SHARING (Plugin Resource sharing), une extension développée par Akbar Gumbira pour accéder aux ressources partagées par les utilisateurs, en particulier Flow map arrows proposé par Anita Graser.

Il est possible d’aller plus loin en explorant les ressources disponibles dans la planète QGIS, en particulier celles dédiées aux flux : Movement data in GIS #5: current research topics.

Outils mobilisés dans l’atelier

La séance sera réalisée sur la version en cours de QGIS : 2.18 Las Palmas.

Il est nécessaire de télécharger les extensions suivantes sur le site officiel des plugins QGIS, leur installation pourra être effectuée sur place :

  • pour préparer les données de flux : éventuellement les extensions STATIST et GROUPSTATS ; les outils VECTEUR (éventuellement Geoprocessing / Réallocation de champs) étant déjà intégrés  ;
  • pour tracer des liens et des bandes : RTQSPIDER, ARROWS de Géoinformations,  éventuellement OURSINS ;
  • pour symboliser les liens, les outils intégrés de QGIS seront utilisés ;
  • pour styliser les liens, les ressources de  Anita Graser (en particulier New style flow map et Gradient Arrows) accessibles via le Plugin Resource sharing

Ces séances ont lieu les mardis matin de 10 heures à midi au 13 rue du Four à Paris, 5e étage, bibliothèque. Elles sont ouvertes à toute personne intéressée mais il peut être prudent de signaler sa venue (groupe_fmr@yahoo.fr), la bibliothèque étant vite remplie.


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *