L’heure passée devant la TV, une illustration de la « dérive »

L’émission ne devait pas être franchement intéressante si l’en croit l’instabilité (apparente) des individus qui étaient positionnés, ce jour là, devant leur écran de télévision. L’image qui suit illustre l’enregistrement des déplacement sur 1 heure.

   Ldevant_la_telee chat, par exemple, représenté par la trajectoire blanche est d’ailleurs le plus mobile, suivi par le garçonnet de cinq ans (trajectoire rouge) et la petite fille de 18 mois. En toute logique, c’est le père qui apparaît le moins mobile ou, à l’inverse le plus immobile. Les commentaires de l’auteur associés à la publication en ligne de cette carte font état des pratiques des individus installés devant leur poste : la forte mobilité du chat s’expliquerait ainsi par la recherche de sources d’énergie : le soleil et la fenêtre, d’une part, la position de sa gamelle de nourriture, de l’autre.

Cette idée d’une représentation des trajectoires individuelles est probablement inspirée de la fameuse carte de Paul-Henry Chombart de Lauwe (1952), décrivant l’ensemble des déplacements d’une étudiante à Paris, au cours d’une année. A la différence près du niveau d’échelle puisque l’espace concerné est ici celui du séjour. 

Plus intéressant, mais pas plus contemporain, l’auteur se serait également inspiré de la notion de « dérive » qui fonde la théorie du même nom proposée par G. E . Debord (1956). L’auteur définit sur un blog accessible ici, la dérive comme « l’une des situations basiques » qui consiste au laisser-aller et à une nécessaire contradiction liée au besoin d’appréhension des effets psycho géographiques de la dérive. La dérive suppose, en effet, un cheminement aléatoire – mais de manière consciente – au sein d’ambiances variées. Ainsi,  les individus en mode dérive, dans un espace délimité et pendant un intervalle de temps, sont coupés de leurs relations et de toute autre activité courante qui conduisent ou accompagnent traditionnellement un déplacement.  L’analyse de ces cheminements à la dérive (?) révèlerait les constantes et les variations des pratiques spatiales : certains lieux étant nécessairement plus investis que d’autres.

Cette image des trajectoires est, en réalité, la première d’une série de représentations de mouvements individuels qui sont présentés ici sur Flickr.

Références mentionnées :

Chombart de Lauwe, 1952, Paris et l’agglomération parisienne, PUF.

Debord, G., E., 1956, Théorie de la dérive, Les lèvres nues, n° 9.


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *