De la trace à la trame – C.-N. Douady et l’équipe Morphocity

Clément-Noël DOUADY et l’équipe Morphocity, 2014, De la trace à la trame. La voie, lecture du développement urbain, Paris, L’Harmattan, 255 pages, ISBN 978-2-343-04232-9, 27 euros.

douady

Les personnes qui suivent les activités du groupe fmr ont déjà eu l’occasion de faire connaissance avec le projet Morphocity dans la mesure où plusieurs de ses membres sont venus communiquer aux journées d’étude organisées ces deux dernières années (voir les volumes d’actes correspondants sur hal-shs). S’intéressant à la genèse et aux dynamiques des réseaux viaires urbains, ce projet pluri voire transdisciplinaire associe urbanistes, archéologues, géomaticien-ne-s et physicien-ne-s. L’ouvrage piloté par Clément-Noël Douady  fournit une belle introduction à cet ambitieux projet.

L’ouvrage est organisée en deux parties : la première, signée C-N Douady, est un essai (et non un ouvrage scientifique) de 140 pages intitulé Déconstruire la mosaïque urbaine ; la seconde partie regroupe de courtes études de cas présentées par différent-e-s participant-e-s au projet Morphocity. Modestement titrée Vers une modélisation, cette seconde partie multiplie les pistes et présente une recherche en train de se faire.

Le projet a choisi de se consacrer à l’examen de la trame viaire urbaine pour deux raisons rappelées dès le début de l’ouvrage : sa « relative pérennité » et « les capacités d’analyse que permet la théorie des graphes » (p. 13). L’objet voie est abordé sous un angle exclusivement spatial et temporel, sans prise en compte des aspects culturels ou socio-économiques. La typologie des lignes proposée pp. 22-40 est d’un grand intérêt tant elle met en évidence, à l’aide d’une illustration riche et variée (de la Chine à Paris en passant par l’Italie ou Amsterdam), les différentes fonctions qu’un même objet peut remplir en fonction des contextes géographiques. Et si le quadrillage urbain est privilégié, le réseau linéaire des terroirs ruraux est également évoqué dans l’ouvrage (voir notamment p. 112-113). L’attention portée à la dynamique et aux transformations des réseaux doit être soulignée tant la prise en compte des facteurs politiques et urbanistiques montre une connaissance profonde des réalités urbaines. La conclusion de la première partie est d’une modestie à toute épreuve, l’auteur s’avouant inquiet d’avoir succombé au « catalogue formel » et se demandant si son essai fournit un matériau adéquat à des modélisateurs qui chercheraient plutôt « le repérage d’un nombre limité de mécanismes » (p. 142).

La seconde partie est volontairement plus hétérogène tant les angles d’approche sont variés. Après un rappel utile des objectifs d’une modélisation – non pas reproduire la réalité mais chercher « quelques mécanismes isolés, faisant intervenir le minimum d’éléments, [pouvant] permettre de décrire qualitativement un maximum de phénomènes » (p. 147) – par Stéphane Douady, des propositions méthodologiques sont faites par des praticien-ne-s de disciplines différentes sur des terrains d’étude variés, tant européens qu’extra-européens (avec un fort tropisme chinois), essentiellement mais non exclusivement urbains. Plus encore que dans la première partie, cette collection de courts chapitres montre une recherche en train de se faire et multiplie les pistes possibles, qu’elles soient totalement abouties ou non. Selon la sensibilité du lecteur ou de la lectrice, on pourra être inégalement convaincu : si l’indicateur de centralité simplicity (p. 158-159) me séduit (il s’agit de chercher non le chemin le plus court mais le chemin le plus simple) tant il propose une approche stimulante des pratiques urbaines, j’avoue que les références aux textes philosophiques français et chinois des siècles passés me convaincs moins (p. 176-180) ou que le bref texte sur la ville durable (p. 193-197) me paraît presque hors sujet.

La brièveté des chapitres de la seconde partie pourra apparaître comme un défaut, certaines études mériteraient d’être développées pour qu’on en comprenne tout l’intérêt conceptuel et méthodologique : je pense par exemple aux trop courtes contributions des archéogéographes Magali Watteaux et Robin Brigand (p. 181-192) ou au traitement assez expéditif réservé à Cergy-Pontoise p. 235-239 (un page de texte, et quatre d’illustrations). Cette brièveté est sans aucun doute voulue et revendiquée : loin de vouloir épuiser son sujet ou de prétendre délivrer des conclusions définitives, l’objectif des auteur-e-s serait plutôt d’éveiller la curiosité et d’inciter à en savoir davantage. Polyphonique, parfois brouillon ou trop rapide, cet ouvrage montre avec talent que la recherche en train de se faire est souvent plus stimulante et riche que la science normale.

Pour aller plus loin : site de l’équipe Morphocity http://www.morphocity.fr/ ; page personnelle de Clément-Noël Douady, http://clement-noel.douady.pagesperso-orange.fr/Trace-trame.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *