MoMA: Inventing Abstraction > visualiser le réseau de la création artistique (1910-1925)

Le site du Museum of Modern Art de New-York (MoMA) propose une très belle rétrospective en ligne de l’exposition Inventing Abstraction (1910-1925) parue en 2013 .

Si le MoMA n’est pas à présenter, on souhaite noter la possibilité d’observer le réseau de relations de ces artistes du début du vingtième siècle. Plusieurs approches de l’exposition sont disponibles.

Tout d’abord, on peut aller faire un tour sur le MoMA Multimedia de l’exposition, en passant ici. Pour ma part, j’ai commencé par Behind the Scene: Inventing Abstraction.

Ensuite, on peut s’émerveiller devant l’ensemble du réseau des acteurs de la période moderne, qui correspond à la capture suivante :

 

On peut poursuivre l’exploration en sélectionnant un artiste d’intérêt, avec tout l’embarras qui va avec. La liste n’est pas courte – ni très longue d’ailleurs – et une soirée n’y suffirait pas : de A comme Josef Albers à W comme Max Weber ou encore Mary Wigman, en passant bien sûr par Piet Mondrian, Fernand Léger, Pablo Picasso, Man Ray et tant d’autres. Il y en a (presque) pour tous les gouts.

J’ai choisi d’observer ce que l’on nous propose pour Vaslav Nijinski (1889-1950), car c’est un grand chorégraphe, ancien danseur étoile (donc classique) des ballets russes  ; une partie de sa bio est disponible sur Wikipédia ici.

En traçant le réseau de relations de Vaslav Nijinski, on obtient sa position et les liens qu’il entretient avec les autres artistes proposés (ici).

L’application étant vraiment bien faite, outre son aspect ludique, agréable à manipuler et à regarder, une trop courte biographie de l’auteur est proposée. On a aussi accès à quelques reproductions. Dans le cas de Vaslav Nijinski, on peut admirer trois dessins, dont celui-ci :

 

Vaslav Nijinski : Untilted (Arc and segments : Lines), 1918-1919

On y apprend que ce dessin est réalisé à main levée, au crayon de couleur sur papier. On y voit une mise en scène de lignes courbes, qui traduisent un effet de convergence vers des points, comme le plan d’une chorégraphie de ballet… les trajectoires d’un réseau de danseurs ?. Y aurait-il là un lien avec le Sacre du Printemps, repris notamment par Maurice Béjart (voir ici) ? Le texte qui accompagne le dessin ne le dit pas. Mais on sait que Vaslav Nijinski a été surnommé « Le clown de Dieu », par Béjart lui-même. En tous les cas, on note que lorsqu’il réalise ce dessin, vers 1818-1919, l’auteur vit ses dernières belles années : il sera peu de temps après interné en hôpital psychiatrique, pour schizophrénie, pendant une bonne trentaine d’années. Il ne finira pas très bien … mais il est toujours possible de télécharger le graphe des relations généré en ligne.

L’onglet Conversations du même site permet aussi d’accéder à des interviews de ceux qui ont participé au making off de l’exposition, à la constitution des fichiers qui ont servi à générer le réseau de relations. On y trouve aussi un entretien sur les Networks and Creativity qui décrit ce réseau….

Au final, une très belle visite entre visualisation des réseaux et art moderne.

Pour en savoir plus :  http://www.moma.org


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l'IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *