Du côté des revues : REDES (vol. 24 n°1), plus quelques brèves

La dernière livraison de l’excellente revue en ligne REDES (articles en espagnol et en portugais dans ce numéro) est copieuse : 15 articles et presque 300 pages. Deux grandes parties dans ce numéro : un varia de 8 articles et un ensemble de 7 articles dû à deux auteurs mexicains (un mathématicien et un sociologue à en croire leurs affiliations respectives) et consacré à la modélisation mathématique des faits sociaux.

logo REDES

L’analyse d’archives, papier ou numériques, fonde plusieurs des études de la première partie, qu’il s’agisse d’un réseau tiré d’une correspondance entre botanistes du XVIIIe siècle (Stuber et Krampel, p. 1-26), d’e-mails échangés entre praticien-ne-s de l’analyse de réseaux (Nunez et Cardenas, p. 27-52) ou d’alliances dans le secteur immobilier espagnol (Casanueva, Abancéns et González, p. 53-80). Les données issues d’enquêtes fournissent quant à elles la matière à des articles étudiant les effets du programme européen LEADER sur le développement rural dans la région de Valence (Arévalo et Pérez, p. 81-113), le capital social d’associations de migrants (Planas, p. 114-140), le développement rural dans la région brésilienne du Pernambouc (Dornelas, Neto et Lira, p. 176-192) ou  des liens entre firmes dans un technopole (Martin-Rios et Septiem, p. 193-216). Enfin, un article mêle analyse de discours et analyse de réseaux sur un corpus journalistique relatif à la pauvreté (Juan, p. 141-175).

Les méthodes utilisées sont variées, même si l’on retrouve de façon quasi systématique un certain nombre d’indicateurs clés tels la densité, la centralisation du réseau, les centralités de degré et d’intermédiarité. Buciega et Esparcia proposent dans leur article deux indicateurs synthétiques justifiés thématiquement et qu’il serait intéressant de tester sur d’autres corpus. La longue discussion sur l’aspect réseau des analyses de contenu dans l’article de Juan mérite la lecture. Mais je continue à regretter (voir le billet consacré au volume 23) que l’aspect graphique soit aussi peu soigné : la majorité des auteurs propose des sorties brutes de Netdraw ou de Pajek et on a parfois l’impression de lire un vieux Social Networks – il y a heureusement des exceptions, voir par exemple les figures de l’article de Nunez et Cardenas.

L’ensemble de 7 articles signés Tello et de la Pena (p. 217-285) pourrait très bien faire office de manuel d’initiation à l’analyse de réseaux : les principaux concepts et leur traduction mathématique sont clairement définis et illustrés, la bibliographie est actualisée et pluri-disciplinaire (l’ouverture aux travaux des physiciens est notable), les exemples tirés de plusieurs sciences sociales. On peut  bien sûr émettre des réserves et la figure généalogique présentée page 223 et reproduite ci-dessous pourra paraître abusive : l’analyse de réseaux y apparaît – à mon avis à tort – comme l’aboutissement d’un ensemble de paradigmes et de méthodes. Mais peut-être est-ce un simple problème de sémiologie graphique…

extrait de redes vol. 24

Quoiqu’il en soit, la lecture de ce numéro est chaudement recommandée.

Autre revue accessible en ligne et déjà évoquée sur ce blog, Connections. Le nouvel éditeur n’a visiblement pas tenu son pari (sortir deux numéros par an) et la dernière livraison semble indiquer une fin prochaine : un seul article pour le volume 33 numéro 1 ! L’article est par ailleurs tout à fait intéressant. Il est vraiment dommage que cette revue affiliée à l’INSNA (International Network for Social Network Analysis) s’essouffle à ce point… Surtout que l’une des autres revues soutenue par l’INSNA, le Journal of Social Structures, ne brille pas non plus par son dynamisme : un numéro seulement en 2012, numéro comprenant deux articles en tout et pour tout. Ne reste donc plus que l’indispensable et prohibitive revue Social Networks [1].

Enfin, une revue dont je viens de découvrir l’existence et dont deux numéros ont parus en 2012, l’International Journal of Social Network Mining. Les articles du numéro 1 sont accessibles gratuitement en ligne. Les articles du numéro 2 sont à 30$ pièce. Il est donc probable que je cesse très vite de m’y intéresser…

[1] Des collègues m’ayant demandé pourquoi je ne parlais pas plus souvent de cette (excellente) revue, je précise ici que je refuse de parler d’une revue qui facture ses articles, y compris les  plus anciens, 31$50 pièce. Il est vrai que la revue est éditée par Elsevier.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *