Métro, boulot, dodo… et le reste (3) : les déplacements en boucle

Après avoir exploré les destinations privilégiées des urbains et périurbains selon le motif de déplacement (voir ici et ), le troisième billet de la série « métro, boulot, dodo… et le reste » se propose d’aborder la question des motifs de déplacement chez les personnes réalisant des déplacements en boucles  « complexes ». Dans le cadre de ce billet, nous entendrons comme étant « complexes », les déplacements inclus dans une boucle qui comporte au moins trois déplacements (en d’autres termes qui n’est pas un simple aller-retour entre le domicile et le lieu de destination, voir schéma ci-dessous). Les analyses présentées ici sont issues de l’exploitation des données de l’Enquête Nationale Transports et Déplacements de 2007-2008 (ENTD). Afin d’être cohérent avec les termes utilisés dans l’analyse de ce type d’enquête, les déplacements dont ni l’origine, ni la destination n’est le domicile seront appelés « déplacements secondaires ».

explication_boucle

Toutes les boucles de déplacements ont pour point de départ et d’arrivée le domicile. Les boucles pendulaires comportent 2 déplacements, tous en lien avec le domicile. Une boucle de 3 déplacements comporte un déplacement secondaire, une boucle de 4 déplacements comporte 2 déplacements secondaires…

Déplacements secondaires et activités structurantes

D’après l’ENTD, on dénombre près de 72 millions de déplacements secondaires par jours (soit 18,6% de l’ensemble des déplacements), réalisés au sein de 38 millions de boucles de 3 déplacements et plus (que nous appellerons ici boucles « complexes »). Sur les 900 couples « motif d’origine/motif de destination » possibles (puisqu’il existe 30 motifs différents de déplacement dans l’ENTD), nous avons choisi de représenter les 30 premiers, c’est-à-dire ceux qui représentent plus de 450 00 déplacements quotidiens. Le graphe ci-dessous présente les principaux motifs de déplacement secondaire : il compte 30 liens et 14 nœuds. La taille des liens est proportionnelle au nombre de déplacements entre les deux motifs et la taille du nœud est proportionnelle au degré pondéré du nœud.

boucle_all

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Le graphe des déplacements secondaires permet de mettre en évidence les principaux motifs de déplacement sans lien avec le domicile. On observe ainsi de nombreux liens entre les motifs « achat » qui permettent d’envisager une certaine rationalisation des parcours commerciaux ou qui font référence au shopping/promenade (« faire les magasins »). Les liens entre les motifs « achat » et « visite » sont significatifs et relativement symétriques. A l’inverse, on observe qu’il est plus fréquent d’effectuer une démarche administrative ou un soin avant de se rendre dans un magasin que le contraire (sans doute par commodité, il n’est pas très pratique de faire des démarches avec des sachets de courses).

Les déplacements secondaires de nature professionnelle (entre deux motifs « travail ») sont très représentés. Par ailleurs, le graphe met aussi en évidence les logiques d’accompagnement par un actif du ménage : accompagner quelqu’un (souvent un enfant à l’école) avant d’aller travailler et/ou aller le chercher après le travail. Le lien entre les motifs « travailler » et « achat » est interessant, la dissymétrie des flux montre que, s’il est fréquent d’aller dans un magasin après le travail, il est beaucoup plus rare de faire l’inverse. Là encore, on peut invoquer la commodité, mais aussi le fait que les magasins ne sont pas forcement ouverts avant l’heure de début de travail.

L’analyse des centralités dans le graphe est intéressante puisqu’elle montre l’importance du lieu de travail et des centralités commerciales dans la structuration des déplacements quotidiens. En effet, si on calcule différents indicateurs de centralité sur les nœuds du graphe (degré, degré pondéré, centralité d’intermédiarité), on observe que les motifs « travailler » et « achat » (petit commerce ou grande surface) possèdent des degrés et des degrés pondérés supérieurs aux autres nœuds du graphe.

En ce qui concerne la centralité d’intermédiarité, les motifs « travailler » et « achat (petit commerce, service) » se détachent nettement. Il convient d’interpréter cette mesure avec prudence. En effet, le fait de ne représenter que les déplacements secondaires exclue de fait la véritable centralité d’intermédiarité (lorsqu’on prend en compte tous les déplacements) qui est le domicile. Toutefois, cette mesure tend à témoigner du rôle structurant du travail et des centralités locales dans l’organisation de la mobilité.

boucle (Nodes)

 

Petit atlas des boucles de déplacements les plus fréquentes

Le graphe présenté dans l’article représente l’ensemble des déplacements secondaires de manière agrégée, chaque arc du graphe représente un déplacement secondaire qui peut faire partie d’une boucle de 3, 5, 6, …, déplacements. Il serait fastidieux et inutile de recenser l’ensemble des différentes boucles de déplacements (il en existe plus de 4000), mais il peut être intéressant de vérifier si les principales boucles réellement observées se retrouvent dans notre graphe.

Dans un soucis de simplicité, nous avons uniquement considérés les boucles de 3 et 4 déplacements (qui représentent 81% du nombre total de boucles « complexes ») et nous avons regroupé les deux motifs « achat » (grande surface et petit commerce). Nous avons conservé les boucles qui engendrent au moins 300 000 déplacements secondaires (soit celles  empruntées au moins 300 000 fois pour les boucles de 3 déplacements et celles empruntées au moins 150 000 fois pour les boucles de 4 déplacements). Afin de rendre la lecture plus aisée, nous avons regroupé les boucles similaires par catégorie.

schema boucles

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Les schémas de boucles les plus fréquentes sont cohérents avec le graphe des déplacements secondaires (ils correspondent aux principaux arcs du graphes). Ils confirment l’importance des activités « travail » et « achat ». On peut voir dans ces boucles fréquentes une certaine forme d’optimisation des déplacements (notamment pour pour les boucles combinant achat et travail ou visites) mais, de manière générale, ces différentes boucles renvoient au programme d’activités sous contrainte d’une journée type : déplacements professionnels, accompagnement avant et/ou après le travail, pause déjeuner…

Cela ouvre la question de la temporalité des boucles de déplacements au cours d’une journée (ce qui fera sans doute l’objet d’un prochain billet).


Matthieu Drevelle

Doctorant en Géographie-Aménagement à l'Université Paris 1, UMR Géographie-cités, équipe CRIA - Transamo

More Posts

Une réflexion au sujet de « Métro, boulot, dodo… et le reste (3) : les déplacements en boucle »

  1. impressionnante cette étude, merci beaucoup :)ce sont des données très importantes et exploitables pour qui veut repenser le système.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *