Daniel Dorling, 2012, The Visualization of Spatial Social Structure

Daniel Dorling est un géographe enseignant à l’université de Sheffield et l’ouvrage paru en 2012, The Visualization of Spatial Social Structure, est la version remaniée et actualisée d’une thèse écrite quelques 20 ans plus tôt et dirigée par Stan Openshaw1. Grand amateur d’anamorphoses – ces cartes où la surface des unités spatiales est déformée proportionnellement à un poids donné (richesse, population etc.) -, il est notamment l’un des auteurs du projet worldmapper (http://sasi.group.shef.ac.uk/worldmapper/).

Pourquoi donc s’intéresser à cette thèse tout droit sortie des 90’s ? Parce que Daniel Dorling se pose des questions et surtout ose des propositions stimulantes concernant la visualisation des données spatiales. Comme il l’écrit dans la conclusion intitulée Another Geography, « Visualization, it  must be stressed, is much more than pretty pictures.  It is a methodology for visually modelling aspects of our world to gain a new, useful and different understanding. »

Un seul cas est étudié ici : la Grande Bretagne des années 1960 à 1990. Et sur quelques thèmes clés (Dorling est un spécialiste des inégalités sociales) – chômage, migrations résidentielles, résultats électoraux – il propose des méthodes innovantes et, fait suffisamment rare pour être signalé, il  montre tant ce qui fonctionne que ce qui ne fonctionne pas (et parfois pas du tout !). Les ratages donnent lieu à de savoureux commentaires, ainsi p. 257 : « This was a particularly disastrous attempt to show the three-dimensional structure of space-time employement change » (figure 9.4).

La lecture du chapitre 6 (Cobweb of flows, p.167-198) s’intéresse à la représentation des flux migratoires. Il ne faut pas espérer de solutions miracles : représenter plusieurs milliers de flux tout en respectant les contraintes géographiques de lieu d’origine et de destination (même déformées via une anamorphose) produit le plus souvent un effet spaghetti d’une lisibilité douteuse comme le montre l’exemple ci-dessous.

Extrait de Dorling

Il propose néanmoins plusieurs pistes visant à améliorer la lisibilité qui devraient intéresser toutes celles et ceux qui aiment visualiser de grands réseaux (jouer sur l’épaisseur, la teinte, les chevauchements, la différence entre contour et fond).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si seul l’aspect visuel vous intéresse, bonne nouvelle, l’auteur les propose toutes en téléchargement sur son site (http://www.dannydorling.org/books/visualisation/Graphics/Pages/Figures.html). Mais la lecture de l’ouvrage dans son ensemble est chaleureusement recommandée !

Référence : Daniel Dorling, The Visualization of Spatial Social Structure, Chichester, Wiley & Sons, Wiley Series in computational and quantitative social science, xlix – 331 pages (autour de 27 euros). Un grand merci à Françoise Bahoken pour m’avoir fait découvrir cet ouvrage.

1 Si vous n’avez jamais entendu parler de ce grand monsieur de la géographie, allez faire un tour sur sa page wikipedia et surtout sur celle-ci : http://www.ccg.leeds.ac.uk/people/s.openshaw/.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *