Un nouvel – et excellent – manuel : Studying Social Networks de M. Hennig et al. (2012)

 couverture du manuel Studying social network, Hennig et al., 2012La sortie d’un manuel généraliste consacré à l’analyse des réseaux sociaux (Social Network Analysis – SNA dans la suite du texte) est une bonne nouvelle, les manuels de référence (Wasserman et Faust, 19941 ; Scott, 20012) commencent en effet à dater. Mais proposer un manuel complet, accessible sans pré-requis et capable d’intégrer les derniers développements méthodologiques est un défi que les auteurs relèvent de façon astucieuse. Plutôt que d’attaquer bille en tête sur le vocabulaire, les définitions et les formules – ce qui est à la fois tentant pour l’auteur et pénible pour les lecteurs et lectrices -, les auteurs s’intéressent aux questions de recherche pour lesquelles la SNA est un recours pertinent. Le vocabulaire est intégré peu à peu dans le texte mais toujours après avoir résumé une recherche existante, qu’elle soit ancienne (les réseaux de Davis3 ou Zachary4 sont évidemment présents) ou plus récente.

Certains chapitres sont particulièrement bienvenus : qu’il s’agisse  de celui sur les données qui questionne longuement les types de données, les questionnements et les traitements possibles sans négliger les différents formats, ou du dernier consacré à la visualisation et qui a lui seul mérite la lecture de l’ouvrage – Brandes notamment s’intéresse à la question depuis sa thèse de 1999 (voir ses publications à l’adresse http://www.inf.uni-konstanz.de/~brandes/publications/). Je recommande notamment le tableau p. 178 intitulé Top 10 Visulization Tips qui commence avec une première règle ainsi libellée : « D’abord la précision, puis la lisibilité, et enfin l’esthétique » (« Accuracy first, readability second, aesthetics third »).

Les développements récents issus des mathématiques ou de la physique ne sont pas totalement ignorés, les réseaux sans échelle et petits-mondes sont définis… mais expédiés de façon plutôt expéditives (2 pages !). Inversement, la modularité est définie en une courte page d’une clarté exemplaire (p.133-134). Reste qu’en parcourant l’index, on ne repère aucun oubli majeur.

Format court oblige, certaines méthodes sont à peine esquissées. Résumer les modèles ERGM (Exponential Random Graph Models) en 3 pages et 2 équations est sans doute un peu rapide : celles et ceux qui les connaissent n’apprendront rien ; celles et ceux qui ne les connaissent pas auront au mieux une vague idée du principe… Même commentaire pour le blockmodeling qui est sans doute résumé de façon trop synthétique. Et la rupture de ton entre les premiers chapitres, très littéraires, et le quatrième (Analysis) où les formules s’enchaînent à un rythme soutenu, peut surprendre.

Nationalité de certains des auteurs oblige, les rares références non anglophones sont allemandes (une référence espagnole tout de même) et les seuls auteurs français cités sont Bertin (traduit en anglais), Fekete (3 lignes seulement sur ses innovations en matière de visualisation) et… Bourdieu (traduit en allemand).

 Malgré ces quelques réserves, cet ouvrage est un très bon manuel d’initiation, et sa lecture est chaleureusement recommandée.

Marina Hennig, Ulrik Brandes, Jürgen Pfeffer et Ines Mergel, 2012, Studying Social Networks. A Guide to Empirical Research, Frankfurt et New York, Campus Verlag, 218 pages (environ 25 €).

Notes

1 Stanley Wasserman et Katherine Faust,1994, Social Network Analysis: Methods and Applications, Cambridge University Press. Malgré l’absence  des développements récents (réseaux petits-mondes et sans échelle etc.), ce manuel reste à mon avis indispensable.

2 John Scott, 2001 (Second edition), Social Network Analysis. A handbook, Sage.

3 Réseau fameux issu de l’ouvrage de Davis et al. (1941, Deep South, University of Chicago Press) et décrivant la participation de 18 femmes à 14 événements sociaux.

4 Réseau de 34 membres d’un club de karaté qui subit une scission lors de l’enquête et tiré de W. W. Zachary, 1977, An information flow model for conflict and fission in small groups, Journal of Anthropological Research 33, 452-473.




 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *