L. Rainie et B. Wellman, Networked : un best-seller scientifique confus

Les propos qui suivent n’engagent évidemment que leur auteur…

De l’embarras de l’autodidacte

Je l’avoue avec un léger embarras, le nom de Barry Wellman m’était totalement inconnu il y a encore quelques mois. Or, je l’avais croisé déjà, notamment dans l’ouvrage de Linton Freeman, The development of social network analysis (2004). Mais je ne connais pas ses articles (j’en avais pourtant lu certains, ils ne m’ont pas marqué), ses ouvrages ni ses recherches. L’autodidacte que je suis en analyse de réseaux (sociaux et autres) s’est formé à l’aide d’ouvrages et de rencontres et il a creusé ce qui lui paraissait intéressant sans trop se soucier de savoir si tel auteur est majeur ou secondaire, reconnu ou peu considéré dans la discipline. Et, par exemple, un Moreno me paraît autrement décisif qu’un Simmel pour le développement de la SNA (Social Network Analysis). Ayant repris l’index du Freeman, eu l’occasion de discuter avec des collègues plus avertis (merci notamment à Michel Grossetti), il faut donc commencer par rappeler que Barry Wellman est un grand nom de la SNA. On lui doit notamment la co-fondation du réseau international INSNA (International Network of Social Network Analysis) et de la revue Connections et le lancement à partir de 1982 des SunBelt nord-américaines. Son co-auteur ne m’était pas non plus familier : Lee Rainie est le directeur des études consacrées à internet, science et technologie au Pew Research Center (http://www.pewresearch.org/staff/lee-rainie/), grand pourvoyeur d’enquêtes en Amérique du Nord.

Triple révolution et nouveau système social d’exploitation (?)

 La thèse centrale de l’ouvrage est simple, et il s’agit d’ailleurs d’un des fondements conceptuels d’une certaine Social Network Analysis : « In the world of networked individuals, it is the person who is the focus: not the family, not the work unit, not the neighborhood, and not the social group. » (p. 6). Trois outils favorisent et/ou accompagnent cette évolution sociale : l’importance croissante des réseaux personnels dans la sociabilité des individus, le téléphone portable et surtout l’internet. Cette triple révolution crée de nouvelles configurations dans les réseaux personnels individuels dans la mesure où ces derniers deviennent de moins en moins contraints. Il y aurait donc un « new social operating system ». Les auteurs précisent que ces configurations sociales ont été observées essentiellement dans le cadre nord-américain et que leur généralisation n’est pas totalement acquise. Les sources utilisées sont principalement les enquêtes du Pew Research Center et des extraits de journaux tenus par des étudiant-e-s. Il ne s’agit donc pas d’un livre sur internet et ses enjeux mais d’un ouvrage proposant une lecture globale des dynamiques relationnelles personnelles contemporaines dans deux pays développés.

Pour appuyer leur démonstration, les auteurs font feu de tout bois : résultats de recensements, d’enquêtes, de sondages, portraits d’individus archéo-typiques, journaux de bord tenus par des étudiant-e-s, récits d’expériences personnelles, extraits de recherches précédentes des auteurs et j’en oublie. Le plan de l’ouvrage m’a semblé difficile à comprendre mais cela s’explique sans doute par le temps qu’il m’a fallu pour venir à bout de l’ouvrage (plus de six semaines…). Ma lenteur mise à part, il me semble pourtant que la démonstration est perturbée par d’innombrables digressions techniques et des répétitions non moins innombrables. Le livre est court – moins de 300 pages – mais aurait sans doute gagné à être resserré davantage.

La thèse des auteurs est parfois présentée de façon nuancée (voir par exemple la conclusion sur les déterminants non liés à l’internet du printemps égyptien p. 210), parfois avec de gros sabots. Lire page 266 « In the good old days of strong kinship systems and densely knit villages, people could sit back and let things happen to them. They’d wander to the pub and find frienship, or go to their mother-in-law’s house every Sunday for dinner. They would know thre would be support when trouble struck. With dispersed, sparsely knit person-to-person networks, those days are no longer here. » peut faire sourire celles et ceux qui continuent, même avec mails et smartphones à fréquenter les bistrots de quartier… Certains points posent davantage problème : la courte historiographie de la SNA se réclamant de Georg Simmel et passant totalement sous silence la sociométrie de Moreno ; l’éloge incessant du multimédia tout numérique dans ce qui reste un simple livre imprimé (et c’est très bien les simples livres imprimés d’ailleurs) ; les affirmations non fondées sur des études empiriques (il semble que, contrairement à ce qu’écrivent les auteurs page 226, l’internet ait entraîné une diminution de l’information disponible par phénomène d’imitation croissant entre médias présents sur l’internet) ou encore des statistiques qui étonnent (population active américaine : 32% appartenant à la classe créative (p. 31), cela paraît beaucoup).

Enfin, mais il s’agit là d’une critique de fond sur une certaine branche de la SNA, la reprise de la rhétorique de l’individualisme méthodologique anti-marxiste (la classe sociale ne compte pas, seules les relations individuelles importent) mériterait quelques éclaircissements : la capacité à maîtriser certains outils obéit sans doute en grande partie aux caractéristiques sociales des individus et des groupes auxquels ils appartiennent d’une part et, d’autre part, les données mobilisées (témoignage de ses étudiant-e-s, expériences personnelles et résultats de sondage) ne sont pas socialement neutres dans la mesure où les personnes les moins insérées sont aussi celles qui sont le moins atteintes par les dispositifs de sondage.

Dernier point, mais il suffit de le savoir, ce n’est pas un ouvrage scientifique, c’est un ouvrage grand public écrit par des scientifiques, et cela change quelque peu la donne et la lecture…

Les incontournables du livre grand public

Nelly Kapriélan, critique littéraire des Inrockuptibles, expliquait dans une émission récente du Masque et la plume qu’elle aimait beaucoup lire les best-sellers à la Lévy, Musso et consorts car elle y trouvait toutes les recettes utiles pour commettre un best-seller. Le Rainie – Wellman peut remplir la même fonction dans la catégorie best-seller scientifique. Tout est fait pour convaincre et distraire le grand public cultivé en lui épargnant tout effort intellectuel exigeant. On y trouve notamment 1) une anecdote édifiante, une longue anecdote édifiante pardon, pour commencer, 2) des personnes récurrents (édifiants eux aussi), 3) des interludes (extraits de journaux écrits par leurs étudiants) pour distraire le lecteur , 4) des formules où l’emphase le dispute parfois au ridicule et 5) surtout des répétitions, beaucoup de répétitions, au point de voir la même citation revenir dans deux pages consécutives par exemple (cf la citation de Boyd p. 230 et p. 231)…  On ne trouvera par contre pas, et là encore c’est la règle dans ce type d’ouvrage, de bibliographie digne de ce nom – il faut éplucher les notes en fin d’ouvrage -, de définitions claires des concepts utilisés ou d’administration rigoureuse de la preuve.

Autre impératif : être positif. Les légers soucis liés à la surveillance d’internet, par les gouvernements notamment, sont évacués en trois pages (p. 236-238) et reviennent de façon inattendue dans un petit scénario fictionnel proposé en conclusion et d’un intérêt limité – mieux vaut relire n’importe quel ouvrage de Philip K. Dick (p. 294-296). L’utilisation à des fins marketing des données personnelles collectées avec ou sans notre accord ? Problème évacué en quelques lignes. On arguera que ce n’est pas le sujet des auteurs qui s’intéressent non à l’internet mais à ses conséquences sur les réseaux personnels des individus… Et le cyberbullying ? Pas un mot non plus.

Ce best-seller scientifique est donc très proche (jusqu’au titre) d’un ouvrage comme Linked, How everything is connected to everything else de Barabasi (livre qui alterne l’emphase, les anecdotes mais où l’on apprend plein de choses) ou de L’ère des réseaux de Castells (ouvrage sur lequel je reviendrai peut-être un jour, mais il faudrait que je trouve le courage de me l’infliger une nouvelle fois) – deux ouvrages régulièrement cités dans les notes placées en fin d’ouvrage. Autre point commun avec la somme de Castells : l’utilisation des capacités de travail des étudiant-e-s et doctorant-e-s qui ont semble-t-il (voir les notes en fin d’ouvrage) fourni une grande partie des études empiriques et du travail d’écriture.

En guise de conclusion

Tout n’est évidemment pas à jeter dans ce livre mais les quelques éléments empiriques éparpillés au fil des chapitres ont déjà été publiés ailleurs, et sous des formes souvent plus convaincantes. Le propos théorique est lui simultanément moins solide – le terme revolution qui revient comme un mantra n’est jamais défini par exemple, alors qu’un Manuel Castells dans L’ère des réseaux faisait au moins l’effort de définir ses concepts – et moins convaincant.

Enfin, pour une lecture plus mesurée de l’ouvrage, je renvoie à l’article de Michel Grossetti, « Que font les réseaux sociaux aux réseaux sociaux ? Réseaux personnels et nouveaux moyens de communication » paru dans le numéro anniversaire de la revue Réseaux (n° 184-185, p. 187-209). Comme l’accès à la revue est payant, en voici un extrait qui ne prétend pas à la représentativité : « Les différents chapitres comportent des synthèses très intéressantes de multiples enquêtes sur les pratiques sociales ou les usages des moyens de communication, mais ce qui est dit de l’évolution des réseaux personnels relève plus de l’affirmation que de la démonstration. En fait, en lisant l’ouvrage, on a surtout le sentiment d’une tentative pour donner une allure plus moderne à l’analyse des réseaux (certains passages ressemblent à un cours sur ce thème) en l’accolant à Internet et aux moyens de communication mobiles. » (p. 196).

Lee Rainie et Barry Wellman, 2012, Networked. The new social operating system, MIT Press, xiii-358 pages. Autour de 16 euros.

 

(re)lire les classiques : A graph theory interpretation of nodal regions de Nystuen et Dacey, 1961

Quand on s’intéresse à l’utilisation de la théorie des graphes par les géographes, deux références historiques s’imposent : l’ouvrage de Kansky consacré essentiellement aux réseaux de transport ; l’article de Nystuen et Dacey exposant la méthode des nodal flows, devenue chez les quantitativistes francophones la méthode des flux dominants. Ce court article paru en 1961 mérite une (re)lecture attentive tant il propose une solution élégante, efficace et simple pour trouver une hiérarchie au sein d’un réseau valué – il est donc susceptible d’intéresser bien d’autres disciplines…

L’objectif de la méthode proposée est donné dès la première phrase : ordonner et grouper les villes en fonction de l’intensité et de la direction des flux de biens, de personnes et de communications entre elles (« The purpose of this paper is to describe a procedure for ordering and grouping cities by the magnitude and direction of the flows of goods, people and communications between them », p. 29). Cette méthode est présentée comme pouvant s’appliquer à un grand nombre de phénomènes dans la mesure où il suffit que le phénomène soit de nature relationnel entre des objets pouvant être symbolisés par des points (« A particular phenomenon is suitable for this type of analysis when it may be viewed as a relationship or flow that links objects that are properly mapped as points », p. 30).

Le principe est simple : 1) calculer la somme des flux reçues par sommet puis 2) garder le plus grand flux émis par chacun des sommets : il s’agit donc d’une logique du gagnant qui emporte tout (p. 31 «  »The remaining non-dominant associations are not used, even though the magnitudes of some of these associations may he relatively large. »). Un sommet est dit dominant quand son flux le plus important (appelé nodal flow dans l’article) est dirigé vers un sommet qui reçoit moins de volume de flux que lui ; un sommet est dominé quand son flux le plus important est à destination d’un sommet recevant plus de volume de flux que lui (« [A city is] independent if its largest flow is to a smaller city  […] a subordinate city is a city whose largest flow is to a larger city. », p. 34). La relation est transitive : si a est dominé par b et b dominé par c, alors c est dominée par a, et le graphe produit est acyclique, un sommet ne pouvant être le subordonné d’un de ses subordonnés.

L’exemple traité ensuite concerne le volume d’appels téléphoniques inter-urbains autour de Seattle. Pour des raisons liées à la disponibilité des données, aux capacités informatiques de l’époque et à la présence de plusieurs opérateurs, seule une matrice 40 x 40 villes est analysée pour produire la carte ci-dessous.

Figures p. 35

p35a

p35b

Extrait de la page 39

map

Les auteurs prennent bien soin de préciser que leur méthode suppose des flux hiérarchisés pour donner un résultat interprétable (« An assumption of this type is tenable only for intercity relations which may be ranked or have a unique, largest interaction », p. 33).

La méthode proposée a-t-elle encore une pertinence aujourd’hui ? Oui dans la mesure où elle donne des informations utiles sur le squelette du réseau valué étudié. Il s’agit en fait de produire un arbre couvrant minimum (ou une forêt, c’est-à-dire une série d’arbres non connexes)  prenant en compte l’intensité des liens. Chaque fois que l’on a affaire à un graphe dense, ce peut être une méthode exploratoire utile. Cette méthode simple, facile à implémenter dans un logiciel, fournit en somme des schématisations de relations entre sommets.

De nombreuses variations ont été proposées autour de ce qui a rapidement été surnommé la méthode des flux dominants : on peut notamment citer toutes les variantes des flux majeurs (on garde soit les x premiers flux par sommet, soit les flux dont l’intensité représente plus de x % du volume total des flux). Les résultats obtenus sont souvent plus compliqués à lire – ces méthodes augmentent automatiquement le nombre de liens, et de nombreux géographes ont tendance à mettre les lieux à leur place, ce qui crée le redoutable phénomène des cartes spaghettis… – et si l’ambition de prendre mieux en compte la complexité des phénomènes est louable, le résultat peut être décevant. Tout d’abord, décider de prendre x flux par sommet sans aucun critère d’intensité n’aurait guère de sens ; inversement, se baser seulement sur un pourcentage du volume total crée le plus souvent un grand nombre de sommets isolés – on retrouve souvent la règle des 20-80 dans les flux, soit 20% des flux portant 80% de l’intensité du trafic.

La méthode des flux dominants ne convient certes pas à toutes les données de flux, ni à toutes les questions de recherche mais elle a tout de même le grand avantage de ranger dans une catégorie (dominé, relais, dominant) l’ensemble des sommets et de s’appuyer sur des règles de construction simples et rigoureuses.

Références : John D. Nystuen et Michael F. Dacey, 1961, A graph theory interpretation of nodal regions, Papers and Proceedings of the Regional Science Association, vol. 7, p. 29-42. On le trouve désormais gratuitement en ligne (il était temps…). Par contre, l’article pionnier de Garrison, Connectivity of the interstate highway system, paru en 1960 et cité par Nystuen et Dacey est toujours payant chez Wiley…

De la trace à la trame – C.-N. Douady et l’équipe Morphocity

Clément-Noël DOUADY et l’équipe Morphocity, 2014, De la trace à la trame. La voie, lecture du développement urbain, Paris, L’Harmattan, 255 pages, ISBN 978-2-343-04232-9, 27 euros.

douady

Les personnes qui suivent les activités du groupe fmr ont déjà eu l’occasion de faire connaissance avec le projet Morphocity dans la mesure où plusieurs de ses membres sont venus communiquer aux journées d’étude organisées ces deux dernières années (voir les volumes d’actes correspondants sur hal-shs). S’intéressant à la genèse et aux dynamiques des réseaux viaires urbains, ce projet pluri voire transdisciplinaire associe urbanistes, archéologues, géomaticien-ne-s et physicien-ne-s. L’ouvrage piloté par Clément-Noël Douady  fournit une belle introduction à cet ambitieux projet.

L’ouvrage est organisée en deux parties : la première, signée C-N Douady, est un essai (et non un ouvrage scientifique) de 140 pages intitulé Déconstruire la mosaïque urbaine ; la seconde partie regroupe de courtes études de cas présentées par différent-e-s participant-e-s au projet Morphocity. Modestement titrée Vers une modélisation, cette seconde partie multiplie les pistes et présente une recherche en train de se faire.

Le projet a choisi de se consacrer à l’examen de la trame viaire urbaine pour deux raisons rappelées dès le début de l’ouvrage : sa « relative pérennité » et « les capacités d’analyse que permet la théorie des graphes » (p. 13). L’objet voie est abordé sous un angle exclusivement spatial et temporel, sans prise en compte des aspects culturels ou socio-économiques. La typologie des lignes proposée pp. 22-40 est d’un grand intérêt tant elle met en évidence, à l’aide d’une illustration riche et variée (de la Chine à Paris en passant par l’Italie ou Amsterdam), les différentes fonctions qu’un même objet peut remplir en fonction des contextes géographiques. Et si le quadrillage urbain est privilégié, le réseau linéaire des terroirs ruraux est également évoqué dans l’ouvrage (voir notamment p. 112-113). L’attention portée à la dynamique et aux transformations des réseaux doit être soulignée tant la prise en compte des facteurs politiques et urbanistiques montre une connaissance profonde des réalités urbaines. La conclusion de la première partie est d’une modestie à toute épreuve, l’auteur s’avouant inquiet d’avoir succombé au « catalogue formel » et se demandant si son essai fournit un matériau adéquat à des modélisateurs qui chercheraient plutôt « le repérage d’un nombre limité de mécanismes » (p. 142).

La seconde partie est volontairement plus hétérogène tant les angles d’approche sont variés. Après un rappel utile des objectifs d’une modélisation – non pas reproduire la réalité mais chercher « quelques mécanismes isolés, faisant intervenir le minimum d’éléments, [pouvant] permettre de décrire qualitativement un maximum de phénomènes » (p. 147) – par Stéphane Douady, des propositions méthodologiques sont faites par des praticien-ne-s de disciplines différentes sur des terrains d’étude variés, tant européens qu’extra-européens (avec un fort tropisme chinois), essentiellement mais non exclusivement urbains. Plus encore que dans la première partie, cette collection de courts chapitres montre une recherche en train de se faire et multiplie les pistes possibles, qu’elles soient totalement abouties ou non. Selon la sensibilité du lecteur ou de la lectrice, on pourra être inégalement convaincu : si l’indicateur de centralité simplicity (p. 158-159) me séduit (il s’agit de chercher non le chemin le plus court mais le chemin le plus simple) tant il propose une approche stimulante des pratiques urbaines, j’avoue que les références aux textes philosophiques français et chinois des siècles passés me convaincs moins (p. 176-180) ou que le bref texte sur la ville durable (p. 193-197) me paraît presque hors sujet.

La brièveté des chapitres de la seconde partie pourra apparaître comme un défaut, certaines études mériteraient d’être développées pour qu’on en comprenne tout l’intérêt conceptuel et méthodologique : je pense par exemple aux trop courtes contributions des archéogéographes Magali Watteaux et Robin Brigand (p. 181-192) ou au traitement assez expéditif réservé à Cergy-Pontoise p. 235-239 (un page de texte, et quatre d’illustrations). Cette brièveté est sans aucun doute voulue et revendiquée : loin de vouloir épuiser son sujet ou de prétendre délivrer des conclusions définitives, l’objectif des auteur-e-s serait plutôt d’éveiller la curiosité et d’inciter à en savoir davantage. Polyphonique, parfois brouillon ou trop rapide, cet ouvrage montre avec talent que la recherche en train de se faire est souvent plus stimulante et riche que la science normale.

Pour aller plus loin : site de l’équipe Morphocity http://www.morphocity.fr/ ; page personnelle de Clément-Noël Douady, http://clement-noel.douady.pagesperso-orange.fr/Trace-trame.html

R et espace

Les éditions Framabook viennent de sortir le manuel R et espace. Traitement de l’information géographique coordonné par Hadrien Commenges et issu des réunions du groupe ElementR. Les contributeurs de l’ouvrage sont :

  • Laurent Beauguitte, chargé de recherche CNRS (UMR IDEES),
  • Élodie Buard, ingénieure de recherche à l’IGN,
  • Hadrien Commenges, post-doctorant au LEESU,
  • Robin Cura, doctorant à Géographie-cités (UMR 8504),
  • Florent Le Néchet , maître de conférences à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée,
  • Marion Le Texier, post-doctorante à l’Institut universitaire européen de Florence,
  • Hélène Mathian, ingénieure de recherche CNRS (UMR EVS),
  • Sébastien Rey-Coyrehourcq, doctorant à Géographie-cités (UMR 8504).

Ne vous laissez pas abuser par le titre, l’ouvrage s’adresse à toute personne désireuse de se former au logiciel R, qu’il s’agisse de réaliser des traitements statistiques, de l’analyse de réseau ou de la cartographie. Le sommaire est le suivant :

Introduction : R pour . . .
1 Prise de contact p. 1 – 10
2 Prise en main et manipulation des données p. 11 – 41
3 Introduction à la programmation p. 45 – 65
4 Analyse univariée p. 71 – 76
5 Analyse bivariée p. 83 – 103
6 Analyses factorielles p. 105 – 116
7 Méthodes de classification p. 121 – 135
8 Analyse de graphes p. 141 – 155
9 Focus sur la visualisation graphique p. 159 – 172
10 Introduction aux objets spatiaux et à la cartographie p. 175-203
11 Initiation aux statistiques spatiales p. 209 – 227
Annexes
A Bibliographie thématique 235
B Liste des packages utilisés 239

Le livre est en vente au prix modique de 15 euros mais la version pdf peut également être téléchargée gratuitement à cette adresse : http://framabook.org/16-r-et-espace/. L’ensemble des codes et les données utilisées dans l’ouvrage sont librement disponibles à cette même adresse. Enfin, le groupe a depuis peu repris ses activités et vient de créer un blog sur la plateforme hypotheses. Il n’est pas encore très fourni mais cela devrait changer dans les prochaines semaines (http://elementr.hypotheses.org/).

 

Croissance et décroissance des réseaux – les actes

Les actes de la troisième journée d’étude du groupe fmr, Croissance et décroissance des réseaux, sont disponibles sur hal-shs à l’adresse suivante : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01068589/.

Le sommaire est le suivant :

C. Lagesse, P. Bordin et S. Douady, Méthodologie de caractérisation du réseau viaire à travers la construction d’un objet complexe et d’indicateurs liés, p. 12-27
A. Béziat et A. Beitz, La planification francilienne au prisme de l’évolution de l’accessibilité par le réseau ferré : décalage entre ambitions et réalisations, p. 28-43
J. Prud’homme, Des flux origine-destination aux déplacements : des différences de quantités de polluants émises selon le réseau routier, p. 44-58.
S. Sadoux et T. Meehan, Vers une typologie des inversions urbaines par l’infrastructure. L’exemple de Detroit, Michigan, p. 59-85.
V. Lefebvre, Proposition d’approche méthodologique pour l’analyse des Réseaux Formels d’Entrepreneurs, p. 86-96.
A. Palle, Les dynamiques d’évolution des réseaux d’électricité européens, des réseaux techniques entre croissance et décroissance, p. 97-106
O. Bonin, Analyse de la croissance de réseaux de transport sur le moyen terme à partir de sources cartographiques, p. 107-133.

Bonne lecture et un grand merci aux intervenant-e-s et aux participant-e-s.

 

Du côté des revues : REDES (vol. 24 n°1), plus quelques brèves

La dernière livraison de l’excellente revue en ligne REDES (articles en espagnol et en portugais dans ce numéro) est copieuse : 15 articles et presque 300 pages. Deux grandes parties dans ce numéro : un varia de 8 articles et un ensemble de 7 articles dû à deux auteurs mexicains (un mathématicien et un sociologue à en croire leurs affiliations respectives) et consacré à la modélisation mathématique des faits sociaux.

logo REDES

L’analyse d’archives, papier ou numériques, fonde plusieurs des études de la première partie, qu’il s’agisse d’un réseau tiré d’une correspondance entre botanistes du XVIIIe siècle (Stuber et Krampel, p. 1-26), d’e-mails échangés entre praticien-ne-s de l’analyse de réseaux (Nunez et Cardenas, p. 27-52) ou d’alliances dans le secteur immobilier espagnol (Casanueva, Abancéns et González, p. 53-80). Les données issues d’enquêtes fournissent quant à elles la matière à des articles étudiant les effets du programme européen LEADER sur le développement rural dans la région de Valence (Arévalo et Pérez, p. 81-113), le capital social d’associations de migrants (Planas, p. 114-140), le développement rural dans la région brésilienne du Pernambouc (Dornelas, Neto et Lira, p. 176-192) ou  des liens entre firmes dans un technopole (Martin-Rios et Septiem, p. 193-216). Enfin, un article mêle analyse de discours et analyse de réseaux sur un corpus journalistique relatif à la pauvreté (Juan, p. 141-175).

Les méthodes utilisées sont variées, même si l’on retrouve de façon quasi systématique un certain nombre d’indicateurs clés tels la densité, la centralisation du réseau, les centralités de degré et d’intermédiarité. Buciega et Esparcia proposent dans leur article deux indicateurs synthétiques justifiés thématiquement et qu’il serait intéressant de tester sur d’autres corpus. La longue discussion sur l’aspect réseau des analyses de contenu dans l’article de Juan mérite la lecture. Mais je continue à regretter (voir le billet consacré au volume 23) que l’aspect graphique soit aussi peu soigné : la majorité des auteurs propose des sorties brutes de Netdraw ou de Pajek et on a parfois l’impression de lire un vieux Social Networks – il y a heureusement des exceptions, voir par exemple les figures de l’article de Nunez et Cardenas.

L’ensemble de 7 articles signés Tello et de la Pena (p. 217-285) pourrait très bien faire office de manuel d’initiation à l’analyse de réseaux : les principaux concepts et leur traduction mathématique sont clairement définis et illustrés, la bibliographie est actualisée et pluri-disciplinaire (l’ouverture aux travaux des physiciens est notable), les exemples tirés de plusieurs sciences sociales. On peut  bien sûr émettre des réserves et la figure généalogique présentée page 223 et reproduite ci-dessous pourra paraître abusive : l’analyse de réseaux y apparaît – à mon avis à tort – comme l’aboutissement d’un ensemble de paradigmes et de méthodes. Mais peut-être est-ce un simple problème de sémiologie graphique…

extrait de redes vol. 24

Quoiqu’il en soit, la lecture de ce numéro est chaudement recommandée.

Autre revue accessible en ligne et déjà évoquée sur ce blog, Connections. Le nouvel éditeur n’a visiblement pas tenu son pari (sortir deux numéros par an) et la dernière livraison semble indiquer une fin prochaine : un seul article pour le volume 33 numéro 1 ! L’article est par ailleurs tout à fait intéressant. Il est vraiment dommage que cette revue affiliée à l’INSNA (International Network for Social Network Analysis) s’essouffle à ce point… Surtout que l’une des autres revues soutenue par l’INSNA, le Journal of Social Structures, ne brille pas non plus par son dynamisme : un numéro seulement en 2012, numéro comprenant deux articles en tout et pour tout. Ne reste donc plus que l’indispensable et prohibitive revue Social Networks [1].

Enfin, une revue dont je viens de découvrir l’existence et dont deux numéros ont parus en 2012, l’International Journal of Social Network Mining. Les articles du numéro 1 sont accessibles gratuitement en ligne. Les articles du numéro 2 sont à 30$ pièce. Il est donc probable que je cesse très vite de m’y intéresser…

[1] Des collègues m’ayant demandé pourquoi je ne parlais pas plus souvent de cette (excellente) revue, je précise ici que je refuse de parler d’une revue qui facture ses articles, y compris les  plus anciens, 31$50 pièce. Il est vrai que la revue est éditée par Elsevier.

 

Un manuel de plus ? Analyzing social networks de Borgatti et al.

Est-il besoin de présenter Stephen Borgatti et Martin Everett ? Ces deux auteurs sont (entre autre) des piliers de la revue Social Networks depuis deux décennies et, lorsque j’ai appris qu’ils allaient cosigner – avec Jeffrey C. Johnson dont je n’avais jamais entendu parler auparavant – un manuel d’analyse des réseaux sociaux, j’ai guetté la parution et commandé le livre dès qu’il a été disponible. La lecture du manuel a été beaucoup plus laborieuse et, si la lecture du récent manuel de Hennig et al. me paraît indispensable (voir le billet de janvier dernier), j’ai beaucoup plus de mal à recommander celui-ci. Revue synthétique et volontairement subjective en trois étapes.

Un manuel classique pour une science normale ?

L’analyse de réseaux au sens large est un domaine foisonnant où se croisent de nombreuses disciplines et cette hybridation disciplinaire représente un défi scientifique passionnant. L’ouvrage de Borgatti et al. est un manuel de Social Network Analysis au sens strict. Là où il est possible de voir un ensemble de méthodes d’analyse à adapter en fonction de ses objets et de ses problématiques de recherche, les auteurs considèrent l’analyse de réseaux sociaux comme une science autonome (`a distinctive approach to explaining the social world‘, p. 10). Les recherches menées dans d’autres disciplines (physique et mathématiques notamment) ne sont pas totalement négligées mais elles n’intéressent visiblement pas les auteurs. Quant à ce qui pourrait exister dans d’autres disciplines (écologie, géographie), cela est totalement ignoré.

Un outillage daté

Que Borgatti et Everett, développeurs d’Ucinet et de Netdraw, citent régulièrement ces deux logiciels est logique. Qu’ils n’en citent quasiment aucun autre à l’exception de Pajek est plus gênant (une note infrapaginale daigne citer Visone, Gephi et NodeXL, page 100). Dans le chapitre consacré à l’analyse de réseaux personnels, Egonet et Vennmaker sont cités mais l’exemple donné ensuite est traité avec E-net (développé par Borgatti…). Lorsqu’ils citent des logiciels d’analyse statistique, ils nomment SPSS, SAS ou Stata : vous êtes sûrs que vous n’oubliez rien ? A moins qu’il s’agisse d’un refus militant du  logiciel libre…

Ucinet et Pajek sont des logiciels qui, à un moment donné (fin 90, début 2000), représentaient ce qui se faisait de mieux en analyse de réseaux. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, qu’il s’agisse des performances, de l’analyse, de l’ergonomie, de la qualité de la documentation disponible ou de la visualisation. Et les innombrables captures d’écran des sorties texte d’Ucinet, si elles permettent de gonfler artificiellement le volume de l’ouvrage, sont d’un intérêt très limité.

Quelques bons chapitres… et les autres

Les auteurs sont des autorités reconnues en SNA et il est logique que certains chapitres et développement soient de très bon niveau. Les problèmes liés à la collecte et à la signification des données sont correctement exposés et, si l’on n’a jamais rien lu sur le sujet, on apprendra l’essentiel. Certains développements, généralement absents des manuels, sont très clairs et méritent la lecture, c’est par exemple le cas de la partie consacrée au QAP (p. 129-133)

Inversement, certains chapitres manquent leur cible. Le chapitre sur les graphes 2-mode est très court et reprend pour l’essentiel les articles des auteurs parus dans les années 90. Le chapitre sur les modèles statistiques est tellement bref que son intérêt pédagogique est discutable (présenter les résultats de deux modèles ERGM en deux pages dans un manuel est absurde, voir pages 142-144). Le chapitre dédié aux grands graphes est bienvenu mais aurait gagné à être développé. Quant au chapitre sur la visualisation, il pourrait avoir été écrit il y a quarante ans (j’exagère à peine).

Les auteurs préviennent que le manuel n’est pas conçu pour être lu de façon linéaire. Et il est vrai que le plan général est incompréhensible et ne semble obéir à aucune logique claire (voir l’ordre de lecture suggéré par un relecteur p. viii : chapitres 1 à 5, 15, 14, 13, 9 à 12 puis 6 à 8). L’absence de chapitre sur l’analyse longitudinale des réseaux est regrettable. La bibliographie est peu fournie et peu ouverte d’un point de vue disciplinaire ou linguistique (aucun-e auteur-e français-e par exemple, y compris celles et ceux ayant publié en anglais). Et si je ne suis pas toujours convaincu par la pertinence ou la nouveauté des travaux d’un Barabási, son absence me gêne, tout comme me gêne l’absence du très complet manuel de Newman paru en 2010 (Networks: An introduction).

En guise de conclusion

Il est tout à fait possible que les remarques qui précédent soient dues à un effet  de lassitude. Lorsqu’on s’efforce de lire tous les manuels existants en français et en anglais, lorsqu’on commet soi-même des synthèses méthodologiques et des tutoriaux, il est difficile d’adopter la posture du lecteur débutant qui parcoure un premier manuel pour se former à une méthode donnée. Autre hypothèse : la déception est à la hauteur de l’attente. Borgatti et Everett étant de grands noms, on pouvait s’attendre à un grand manuel. Ce n’est pas le cas et c’est bien dommage.

Jeffrey J. Johnson, Stephen P. Borgatti et Martin E. Everett, 2013, Analyzing social networks, SAGE (26 euros).

Une auscultation de l’analyse des réseaux dans les sciences sociales

Michel Bertrand, Claire Bidart, Michel Grossetti et Claire Lemercier proposent, dans la 23e Lettre de l’INSHS du CNRS, une mise en perspective historique très intéressante de l’analyse des réseaux dans les sciences sociales.

Celle-ci fait état à la fois de l’évolution de la structuration de la communauté des chercheurs et des analystes qui « auscultent les réseaux sociaux » –  depuis l’International Network of Social Networks Analysis (INSNA)  jusqu’à fmr (merci !) –  que de la variété des objets étudiés (paroisses, groupes professionnels, réseaux personnels de voisinage ou familiaux, …) par différents courants disciplinaires : l’anthropologie, la sociologie, l’histoire et la géographie mais aussi la physique et l’informatique, présents dès la vague de formalisation des notions et des concepts. L’accent est également mis sur les différentes écoles thématiques qui facilitent l’apprentissage théorique et méthodologique. Celles-ci sont organisées (ou pas) par différentes communautés, ce qui conduit les auteurs à la conclusion d’une amplification, d’une densification du réseau des spécialistes des réseaux « plus que nécessaire aussi bien pour faire avancer la connaissance fondamentale des réseaux en tant que niveau de structuration de la vie sociale, que pour répondre à une demande croissante de compréhension de la part de toutes les personnes pour qui la notion de réseau social devient une évidence concrète, avec l’essor des dispositifs de communication qui en fournissent des matérialisations de plus en plus sophistiquées. »

Pour lire l’article, c’est ici.

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l’IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l’UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

ElementR pour les géographes, et les autres

Le groupe de travail ElementR piloté par Hadrien Commenges – auquel participe d’ailleurs Laurent Beauguitte du groupe fmr – vient de livrer à la communauté un manuel permettant l’analyse (spatiale) et la cartographie de données géographiques à l’aide du logiciel libre R.

« Ce manuel a pour ambition d’offrir un support technique à des étudiants, enseignants-chercheurs, ingénieurs, etc. qui partagent notre intérêt pour l’utilisation des méthodes d’analyse des données en géographie et souhaiteraient pouvoir développer leurs travaux à l’aide du logiciel libre R. Plus spécifiquement nous proposons dans ce manuel une prise en main dédiée à des personnes s’initiant simultanément au traitement de données géographiques et à l’environnement R. L’éclairage est celui de l’analyse spatiale, à savoir des méthodes mises en œuvre pour l’étude des organisations dans l’espace. Ce manuel est largement inspiré d’autres manuels « R » spécifiques ainsi que de nos différents cours pour les aspects méthodologiques : ils sont signalés dans le manuel pour permettre aux utilisateurs de les approfondir« .

Deux chapitres se prêtent particulièrement à l’analyse des graphes et des matrices. Il s’agit des chapitres 7 et 8.

Le chapitre 7 porte sur les méthodes de classification. Il propose un court mais bienvenu rappel méthodologique et une section 7.3 spécifique à la classification des lignes d’un tableau de contingence.

Le chapitre 8 porte sur l’analyse des graphes. Il propose une prise en main complète depuis la préparation des données jusqu’à leur visualisation, en passant par le calcul de mesures locales, globales, de cliques et de communautés.

Outre l’intérêt méthodologique d’un tel manuel qui n’est pas à démontrer, il convient de noter que sont toujours fournis les lignes de code ainsi qu’un jeu d’exemple qui permet de reproduire les méthodes proposées.

Les utilisateurs sont invités à faire remonter leurs commentaires, remarques et critiques en envoyant un mail à l’adresse : elementr<at>parisgeo.cnrs.fr

Pour en savoir plus sur le groupe ElementR, c’est par ici.

Pour télécharger le manuel (et les données), c’est par là.

Pour télécharger le logiciel, sur le site du R-project, c’est ici.

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l’IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l’UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

L’étude des réseaux techniques – à propos de trois thèses récentes

Petit préambule indispensable : si j’ai beaucoup lu à leur sujet, je n’ai jamais étudié à proprement parler de réseaux techniques ou spatiaux. D’autre part, il ne s’agit évidemment pas ici d’évaluer la qualité de ces thèses – je ne suis pas qualifié pour – mais plus simplement d’attirer l’attention sur leur intérêt méthodologique. Et, je m’en excuse auprès des auteurs, mon intérêt se focalise sur le seul aspect analyse de réseaux et néglige donc tant les aspects thématiques qu’opérationnels.

L’étude des réseaux, qu’ils soient sociaux, techniques ou dits « complexes1 » est plurielle, plusieurs disciplines s’y intéressent et, à l’intérieur d’une même discipline, les options possibles sont nombreuses. Trois thèses soutenues récemment, l’une de géographie et deux d’informatique, toutes disponibles en ligne, permettent d’illustrer la variété des choix méthodologiques et conceptuels possibles.

Serge Lhomme est un des membres historiques du groupe fmr – voir ses deux synthèses dans la collection hal-shs -, et sa thèse, soutenue en décembre dernier, s’intéresse à la vulnérabilité des réseaux techniques à travers l’étude du risque d’inondation à Dublin. L’un des intérêts majeurs consiste en l’étude fouillée des interdépendances entre réseaux afin d’évaluer leurs « capacités de résistance, d’absorption et de récupération ». Comme l »écrit l’auteur, « les réseaux apparaissent comme les éléments clés de la continuité du fonctionnement de la ville, car ils permettent la mise en relation de l’ensemble des composants urbains » (p. 96).

L’analyse des réseaux proprement dite est au cœur de la deuxième partie (chapitre 4 à 7). La définition donnée par l’auteur des réseaux techniques, dont il précise la difficulté en raison de la polysémie et du flou des deux termes, est la suivante : « Un réseau technique est […] caractérisé par au moins trois niveaux un niveau matériel (les composants constitutifs du réseau : grands linéaires et éléments ponctuels), un niveau structurel (topologie, configuration du réseau), un niveau fonctionnel (le flux qui se diffuse, la rhéologie) leur principale particularité étant finalement qu’ils impliquent des infrastructures linéaires matérielles » (p. 109-110). Les réseaux techniques étudiés par l’auteur sont les suivants : « le réseau électrique (pour les réseaux d’énergies), les réseaux viaire et ferroviaire (pour les réseaux de transports), les réseaux d’assainissement et d’eau potable (pour les réseaux d’eaux), le réseau de téléphonie fixe (pour les réseaux de télécommunications) » (p.183).

Tous les développements liés à l’utilisation des indices pour mesurer la redondance, les propriétés structurelles (forme et trame) et fonctionnelles (dynamiques des flux) sont exposés avec une grande clarté et de nombreuses illustrations d’une sobriété à toute épreuve. Quant à la démarche générale adoptée, la figure 5.6 page 146 la résume ainsi (Figure 5.6 page 146, S. Lhomme 2012)

Figure 5.6 page 146, S. Lhomme 2012

Je recommande également la lecture du passage consacré aux différences entre les SIG traditionnels et le web-mapping (p.225-232). La présence systématique de résumés pour chaque sous-partie et de résumés pour chaque chapitre facilite la lecture de la thèse.

La thèse de Michel Nabaa, tout comme celle de Serge Lhomme, s’intéresse aux risques liés aux caractéristiques des réseaux viaires et étudie le réseau de la métropole havraise. Mais ce travail aux carrefours de « la science de l’informatique, [de] la géographie et [de] la cyndinique2  » (p. 221) utilise une approche et des outils différents. Plutôt que l’inondation, c’est ici les possibilités d’évacuation de la population suite à un accident qui sont étudiées : « Ce travail de thèse a pour but d’amener des éléments de réponse aux décideurs suite à un événement nécessitant une évacuation. Si un accident survient sur une éventuelle zone, nous sommes capables de recenser d’une manière approximative la population dans les bâtiments et sur le réseau routier, d’encercler la zone d’impact pour empêcher les flux entrants vers la zone et de rediriger les flux sortants, puis de lancer une microsimulation de trafic pour calculer enfin le temps nécessaire pour évacuer la zone » (p. 48).

La définition du réseau proposé par l’auteur est la suivante : « Le terme générique « réseau » se définit donc comme un ensemble d’entités (objets, personnes, . . .) interconnectées les unes avec les autres. Un réseau permet ainsi de faire circuler des flux de matière, d’énergie et d’information entre chacune de ces entités selon des règles bien définies. » [en italique dans le texte] (p. 96).

La méthode privilégiée est ici la recherche de communautés basée sur la modularité, dans la lignée des travaux de Newman notamment, considérant le réseau viaire comme un système complexe symbolisé par un multigraphe : « L’étude de la structure du réseau se fait grâce à une méthode de détection de communautés du réseau permettant d’identifier les liens faibles ou des liens de passage incontournable du réseau, à surveiller par les autorités. L’étude du fonctionnement du réseau est réalisée par l’application d’une marche aléatoire sur le réseau afin de détecter les routes du réseau susceptibles d’être plus empruntées que d’autres  » (p. 94).

Figure 7.5 p. 144 (détail): Clustering hiérarchique sur le multigraphe de l’estuaire de la Seine, Nabaa, 2011

Figure 7.5 p. 144 (détail): Clustering hiérarchique sur le multigraphe de l’estuaire de la Seine, Nabaa, 2011  <nabaa_


Le chapitre 7 propose des pages très utiles et très claires sur les différentes méthodes de partitionnement d’un graphe et notamment les particularités des démarches ascendantes, descendantes et de chemin aléatoire (random walk).

Quant à la thèse d’Éric Mermet, l’un de ses principaux enjeux est la construction d’un outil de visualisation et d’analyse de réseaux de transports définis comme « des réseaux d’infrastructures, c’est à dire des réseaux dont les composants (nœuds et liens) sont des objets tangibles » (p. 36). Le terme d’exploration de réseau (préféré au celui d’analyse) est défini ainsi : « Nous définissons ici l’exploration de réseau comme étant l’ensemble des méthodes permettant d’apprécier l’organisation structurelle d’un réseau dans l’intention de révéler les potentialités relationnelles inconnues ou non visibles à première vue » (p. 37). Définition complétée ensuite lorsque l’auteur précise que « la structure d’un réseau est décrite par quatre propriétés : l’implantation spatiale des nœuds et arcs du réseau, la topologie qui décrit les connexions des nœuds, la métrique qui attribue des valeurs aux composantes du réseau et enfin par les relations origine-destination porteuses des potentialités d’une réalisation relationnelle entre deux noeuds. » (p. 84).

La revue des indices et méthodes proposés tant en Social network analysis qu’en géographie des transports ou en physique est particulièrement intéressante tant elle montre une curiosité et une compréhension multi-disciplinaire (p. 101-108). Les réflexions sur la cartographie d’un réseau et sa nécessaire légende sont également bienvenues (p. 110-114). Enfin, les consommateurs de logiciels seront particulièrement intéressés par le protocole mis en place pour tester un outil destiné à des publics différents (chapitre 5, p.149 173). Espérons d’ailleurs que l’auteur pourra poursuivre le développement de son outil GeoGraphLab et le mettre à la disposition du public, l’utilisation du langage graphique permettant l’exploration cartographique semblant tout à fait pertinente.

Figure 4.15 p.142, E. Mermet, 2011

Figure 4.15 p.142, E. Mermet, 2011

L’annexe 1 est une ressource très précieuse listant les principaux indicateurs applicables aux réseaux de transports, qu’il s’agisse d’indicateurs topologiques, relationnels ou d’une combinaison des deux. Chaque indicateur est décrit, formalisé, souvent illustré, et des références bibliographiques sont quasi systématiquement présentes (p.183-205).

Enfin sur le thème des performances des réseaux routiers, je signale également la thèse d’Alexis Conesa qui s’intéresse à l’accessibilité des réseaux du Nord Pas-de-Calais et de la région PACA dans la lignée des travaux de Chapelon et L’Hostis. Le point sur la Time-Geography p.161-165 est particulièrement recommandé.

Références

Alexis Conesa, 2010, Modélisation des réseaux de transports collectifs métropolitains pour une structuration des territoires par les réseaux. Application aux régions Nord-Pas-de-Calais et Provence-Alpes-Côte d’Azur, Thèse de géographie et d’aménagement, Université Lille Nord de France, http://www.theses.fr/2010LIL10083.

Serge Lhomme, 2012, Les réseaux techniques comme vecteur de propagation des risques en milieu urbain. Une contribution théorique et pratique à l’analyse de la résilience urbaine, Thèse de géographie, Université Paris Diderot, http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00772204/.

Éric Mermet, 2011, Aide à l’exploration des propriétés structurelles d’un réseau de transport. Conception d’un modèle pour l’analyse, la visualisation et l’exploration d’un réseau de transport, Thèse d’informatique, Université Paris-Est, http://www.theses.fr/2011PEST1037.

Michel Nabaa, 2011, Morphodynamique des réseaux viaires. Application au risque, Thèse d’informatique, Université du Havre,http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/62/36/91/PDF/these.pdf.

1 Pourquoi des guillemets ? Parce qu’un réseau complexe à proprement parler suppose des propriétés d’ensemble ne pouvant pas être déduites des propriétés élémentaires (émergence) et l’étudier nécessite une étude dynamique. Or, la plupart des réseaux dits complexes sont simplement de grands graphes (nombreux sommets et nombreux liens).

2 L’étude des risques.

Daniel Dorling, 2012, The Visualization of Spatial Social Structure

Daniel Dorling est un géographe enseignant à l’université de Sheffield et l’ouvrage paru en 2012, The Visualization of Spatial Social Structure, est la version remaniée et actualisée d’une thèse écrite quelques 20 ans plus tôt et dirigée par Stan Openshaw1. Grand amateur d’anamorphoses – ces cartes où la surface des unités spatiales est déformée proportionnellement à un poids donné (richesse, population etc.) -, il est notamment l’un des auteurs du projet worldmapper (http://sasi.group.shef.ac.uk/worldmapper/).

Pourquoi donc s’intéresser à cette thèse tout droit sortie des 90’s ? Parce que Daniel Dorling se pose des questions et surtout ose des propositions stimulantes concernant la visualisation des données spatiales. Comme il l’écrit dans la conclusion intitulée Another Geography, « Visualization, it  must be stressed, is much more than pretty pictures.  It is a methodology for visually modelling aspects of our world to gain a new, useful and different understanding. »

Un seul cas est étudié ici : la Grande Bretagne des années 1960 à 1990. Et sur quelques thèmes clés (Dorling est un spécialiste des inégalités sociales) – chômage, migrations résidentielles, résultats électoraux – il propose des méthodes innovantes et, fait suffisamment rare pour être signalé, il  montre tant ce qui fonctionne que ce qui ne fonctionne pas (et parfois pas du tout !). Les ratages donnent lieu à de savoureux commentaires, ainsi p. 257 : « This was a particularly disastrous attempt to show the three-dimensional structure of space-time employement change » (figure 9.4).

La lecture du chapitre 6 (Cobweb of flows, p.167-198) s’intéresse à la représentation des flux migratoires. Il ne faut pas espérer de solutions miracles : représenter plusieurs milliers de flux tout en respectant les contraintes géographiques de lieu d’origine et de destination (même déformées via une anamorphose) produit le plus souvent un effet spaghetti d’une lisibilité douteuse comme le montre l’exemple ci-dessous.

Extrait de Dorling

Il propose néanmoins plusieurs pistes visant à améliorer la lisibilité qui devraient intéresser toutes celles et ceux qui aiment visualiser de grands réseaux (jouer sur l’épaisseur, la teinte, les chevauchements, la différence entre contour et fond).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si seul l’aspect visuel vous intéresse, bonne nouvelle, l’auteur les propose toutes en téléchargement sur son site (http://www.dannydorling.org/books/visualisation/Graphics/Pages/Figures.html). Mais la lecture de l’ouvrage dans son ensemble est chaleureusement recommandée !

Référence : Daniel Dorling, The Visualization of Spatial Social Structure, Chichester, Wiley & Sons, Wiley Series in computational and quantitative social science, xlix – 331 pages (autour de 27 euros). Un grand merci à Françoise Bahoken pour m’avoir fait découvrir cet ouvrage.

1 Si vous n’avez jamais entendu parler de ce grand monsieur de la géographie, allez faire un tour sur sa page wikipedia et surtout sur celle-ci : http://www.ccg.leeds.ac.uk/people/s.openshaw/.

Un nouvel – et excellent – manuel : Studying Social Networks de M. Hennig et al. (2012)

 couverture du manuel Studying social network, Hennig et al., 2012La sortie d’un manuel généraliste consacré à l’analyse des réseaux sociaux (Social Network Analysis – SNA dans la suite du texte) est une bonne nouvelle, les manuels de référence (Wasserman et Faust, 19941 ; Scott, 20012) commencent en effet à dater. Mais proposer un manuel complet, accessible sans pré-requis et capable d’intégrer les derniers développements méthodologiques est un défi que les auteurs relèvent de façon astucieuse. Plutôt que d’attaquer bille en tête sur le vocabulaire, les définitions et les formules – ce qui est à la fois tentant pour l’auteur et pénible pour les lecteurs et lectrices -, les auteurs s’intéressent aux questions de recherche pour lesquelles la SNA est un recours pertinent. Le vocabulaire est intégré peu à peu dans le texte mais toujours après avoir résumé une recherche existante, qu’elle soit ancienne (les réseaux de Davis3 ou Zachary4 sont évidemment présents) ou plus récente.

Certains chapitres sont particulièrement bienvenus : qu’il s’agisse  de celui sur les données qui questionne longuement les types de données, les questionnements et les traitements possibles sans négliger les différents formats, ou du dernier consacré à la visualisation et qui a lui seul mérite la lecture de l’ouvrage – Brandes notamment s’intéresse à la question depuis sa thèse de 1999 (voir ses publications à l’adresse http://www.inf.uni-konstanz.de/~brandes/publications/). Je recommande notamment le tableau p. 178 intitulé Top 10 Visulization Tips qui commence avec une première règle ainsi libellée : « D’abord la précision, puis la lisibilité, et enfin l’esthétique » (« Accuracy first, readability second, aesthetics third »).

Les développements récents issus des mathématiques ou de la physique ne sont pas totalement ignorés, les réseaux sans échelle et petits-mondes sont définis… mais expédiés de façon plutôt expéditives (2 pages !). Inversement, la modularité est définie en une courte page d’une clarté exemplaire (p.133-134). Reste qu’en parcourant l’index, on ne repère aucun oubli majeur.

Format court oblige, certaines méthodes sont à peine esquissées. Résumer les modèles ERGM (Exponential Random Graph Models) en 3 pages et 2 équations est sans doute un peu rapide : celles et ceux qui les connaissent n’apprendront rien ; celles et ceux qui ne les connaissent pas auront au mieux une vague idée du principe… Même commentaire pour le blockmodeling qui est sans doute résumé de façon trop synthétique. Et la rupture de ton entre les premiers chapitres, très littéraires, et le quatrième (Analysis) où les formules s’enchaînent à un rythme soutenu, peut surprendre.

Nationalité de certains des auteurs oblige, les rares références non anglophones sont allemandes (une référence espagnole tout de même) et les seuls auteurs français cités sont Bertin (traduit en anglais), Fekete (3 lignes seulement sur ses innovations en matière de visualisation) et… Bourdieu (traduit en allemand).

 Malgré ces quelques réserves, cet ouvrage est un très bon manuel d’initiation, et sa lecture est chaleureusement recommandée.

Marina Hennig, Ulrik Brandes, Jürgen Pfeffer et Ines Mergel, 2012, Studying Social Networks. A Guide to Empirical Research, Frankfurt et New York, Campus Verlag, 218 pages (environ 25 €).

Notes

1 Stanley Wasserman et Katherine Faust,1994, Social Network Analysis: Methods and Applications, Cambridge University Press. Malgré l’absence  des développements récents (réseaux petits-mondes et sans échelle etc.), ce manuel reste à mon avis indispensable.

2 John Scott, 2001 (Second edition), Social Network Analysis. A handbook, Sage.

3 Réseau fameux issu de l’ouvrage de Davis et al. (1941, Deep South, University of Chicago Press) et décrivant la participation de 18 femmes à 14 événements sociaux.

4 Réseau de 34 membres d’un club de karaté qui subit une scission lors de l’enquête et tiré de W. W. Zachary, 1977, An information flow model for conflict and fission in small groups, Journal of Anthropological Research 33, 452-473.




 

 

(re)lire les classiques : Who shall survive ? de J.L. Moreno, 1934

Il est toujours intéressant de lire (enfin !) ces classiques cités par tous les manuels mais parfois difficiles à trouver. Jacob L. Moreno publie en 1934 un ouvrage programmatique destiné à montrer l’importance et les enjeux de ce qu’il nomme alors sociométrie1 : Who shall survive? A New Approach to the Problem of Human Interrelations, Washington, Nervous and Mental Disease Publishing Co., xvi-437 pages. Si l’ouvrage reste abondamment cité, c’est notamment parce que l’auteur y utilise abondamment les graphes pour mener sa démonstration.

Dès les premières planches, Moreno fixe un certain nombre de règles graphiques utilisant la couleur (rouge pour l’attraction, noir pour le rejet) et la forme. Ayant pour ambition de représenter l’ensemble des relations entre les individus enquêtés (élèves de primaire, habitants d’une communauté rurale), il représente simultanément les réactions d’attirance et de rejet sur les mêmes graphes.

Moreno, p.30

La recherche des structures relationnelles constitue l’enjeu de l’ouvrage (le terme structural analysis est souvent utilisé) et, si la typologie élaborée s’est enrichie depuis, les bases sont là : triangles, chaîne, réseau en étoile, isolés etc. L’importance de ces configurations est quasi systématiquement mesurée dans les graphes étudiés et les implications en terme de centralité des individus, non formalisées en termes mathématiques, sont clairement perçues On trouve ainsi la description verbale des centralités d’intermédiarité (il est nécessaire de passer par telle personne pour joindre ces deux personnes ou groupes) ou de pouvoir (être en relation avec des personnes ayant beaucoup de liens entre elles et être en relation avec des personnes s’ignorant les unes les autres est très différent).

Les trois figures ci-dessous correspondent aux pages 114-1116. La typographie des légendes a été respectée.

p. 114, Typical Structures Within Groups
Fig. 1. Attractions between individuals take the form of a chain.
Fig. 2. Attractions take the form of isolated units, pairs and groups of three.
Fig. 3. Two sub-groups are centralized each about two dominating individuals who have no attractive forces uniting them.
Fig. 4. A group in which two dominating individuals are strongly united both directly and indirectly through other individuals.

Moreno, p.114

p. 115 : Typical Structures Within Groups
Fig. 1. Attractions and repulsions take the form of a pair: a, in a mutual attraction (red pair); b, mutual rejection (black pair); c, mutual indifference; d, attraction vs. rejection; e, attraction vs. indifference.
Fig. 2. Mutual attractions and mutual repulsions take the form of a chain: a, chain of mutual attractions; b, chain of mutual rejections.
Fig. 3. Mutual attractions and repulsions take the form of a triangle: a. triangle formed by attractions; b. triangle formed by rejections.
Fig. 4. Mutual attractions and repulsions take the form of a star.
Fig. 5. Mutual attractions take the form of a circle.
Fig. 6. Mutual attractions and repulsions take the form of a center. (star) : a. center of attractions; b, center of repulsions; c, center of incompatible rejections vs. attractions.

Moreno, p.115

p. 116 : Typical Structures Within Groups
Fig. 7. Attractions and repulsions take the form of isolation.
Fig. 8. Isolation. Subject is attracted to six individuals outside of his group (outside individuals are symbolized by a double circle) who do not reciprocate.
Fig. 9. Isolation. Subject is attracted to four individuals outside of his group and rejects two more; they do not reciprocate; three others who are attracted to him he does not reciprocate.
Fig. 10. Isolation. Subject is attracted to five individuals within his group; they respond with indifference.
Fig. 11. Mutual attractions between three individuals take the form of a triangle but each of the subjects is otherwise rejected and isolated within his own group ; the result is an isolated and rejected triangle of persons.
Fig. 12. Five subjects each isolated and rejected within his own group reject and isolate each other.
Fig. 13. Two subjects each otherwise isolated in his own group form a pair of mutual attraction; the result is an isolated pair.
Fig. 14. Subject rejects six and is rejected by fifteen individuals within his own group; is rejected further by two individuals outside of his own group. The result is an isolated and rejected individual.

Moreno, p.116

La prise en compte des relations est toujours abordée dans une perspective dynamique et les thèmes des recherches restent présents aujourd’hui (homophilie de genre, de nationalités etc.). Si la dynamique des relations est importante – comment apparaît un lien ? pourquoi disparait-il ? -, les conséquences de la forme du réseau sur la diffusion et la circulation des infirmations sont également prises en compte (voir le cas de la diffusion  d’une rumeur p. 260). On trouve également quelques pistes d’analyse lexicométrique : Moreno compare ainsi la longueur des phrases et le nombre de mots employés pour exprimer l’attirance et le rejet (p. 185-188).

Autre intérêt, et pas uniquement pour un géographe (parfois) soucieux de la localisation de ses sommets, Moreno utilise au fil de sa démonstration tantôt le graphe, tantôt la cartographie des relations (voir ci-dessous la même situation relationnelle illustrée de ces deux façons complémentaires, p. 132 et 133). Il évoque très souvent le rôle de la distance pour expliquer les dynamiques relationnelles, utilisant le terme de psychogéographie.

Moreno, p.132

Moreno, p.134

Certains passages ont mal vieilli, et la dernière partie est peu convaincante. Il tente d’abord de généraliser ses conclusions aux relations entre Juifs et Allemands en Allemagne. Puis il prétend définir un point de saturation des nationalités aux États-Unis : en clair, il existe un seuil à partir duquel le nombre de personnes d’une nationalité – ou selon ses termes, d’une race – différente crée des tensions dans un groupe (p.346-348)… Reste que la lecture de cet ouvrage fondateur reste étonnamment stimulante aujourd’hui et que, dans la littérature sociologique, il faudra attendre plusieurs dizaines d’années pour retrouver des graphes aussi lisibles.

Si vous cherchez l’édition papier de 1934, deux options, deux bibliothèques universitaires parisiennes (voir le catalogue Sudoc). L’édition de 1953 intitulée Who shall survive ? Foundations of sociometry, group psychotherapy and sociodrama est un peu plus facile à trouver (7 bibliothèques à Paris et en province). Si vous désirez l’acheter, un exemplaire est en vente sur Amazon au prix délirant de 1 176.50 € (plus 2 € 99 de port ! Site consulté le 11 janvier 2013)… La traduction française de la seconde édition parue aux PUF en 1970 se trouve elle dans toutes les bonnes bibliothèques universitaires.

Et, gardons le meilleur pour la fin, la version de 1934 est accessible en pdf gratuitement à l’adresse suivante : https://archive.org/details/whoshallsurviven00jlmo (visité le 12 janvier 2013). La qualité est excellente, toutes les pages sont là, ni inscription ni mot de passe, récupérez le vite, ne serait-ce que pour parcourir les graphes.

1 Il définit ainsi la sociométrie : « The part of socionomy which deals with the mathematical study of psychological properties of populations, the experimental technique of and the results obtained by application of quantitative methods is called sociometry » (en italique dans le texte), p.10.

2. Le statut du site est incertain : aspect officiel, soutien affiché d’institutions diverses, publicités nombreuses et liens vers des agences d’escort-girls, un site étrange donc…

REDES, volume 23, numéro thématique « El análisis de redes inter-organizacionales »

REDES (Revista Hispana para el Análisis de Redes Sociales) est une excellente revue électronique – librement accessible – consacrée à l’analyse des réseaux et le volume 23 qui vient d’être mis en ligne propose un riche numéro thématique consacré à l’analyse des organisations. Si la majorité des articles est disponible en espagnol, deux sont en portugais et l’un en version espagnole et anglaise (voir le sommaire ci-dessous).

Les thèmes abordés sont variés, qu’il s’agisse des réseaux de citations et de co-publications dans trois sciences sociales chiliennes (Zincke), d’une comparaison entre réseaux des grandes entreprises chiliennes et argentines (Salvaj et Lluch) ou des relations entre compagnies de production télévisuelles en Afrique sub-saharienne (Favre et al.) pour ne citer que les trois premiers articles. Le spectre des espaces balayés (de la ville à la région sub-continentale en passant par l’État) est large et montre la flexibilité de l’analyse de réseau. Au niveau méthodologique, peu d’innovations me semble-t-il (mais ma maîtrise de l’espagnol et du portugais n’est pas totale) : la densité des réseaux étudiés et les mesures de centralité des différents acteurs (degré, proximité et intermédiarité notamment) constituent les principaux outils mobilisés, excepté dans Fabre et al. où l’analyse multi-niveaux chère à Lazéga est menée via une ACM (Analyse des correspondances multiples).

ll est tout de même dommage que certains auteurs n’aient pas un peu travaillé leurs graphes afin de rendre leurs résultats plus lisibles et plus attractifs. Les sorties brutes de Pajek ou d’Ucinet sont largement perfectibles non ? Surtout pour une revue en ligne où les contraintes liées à l’utilisation de la couleur ne se posent pas.

Enfin, la conclusion de l’éditorial ne peut que réjouir le géographe que je suis dans la mesure où Álvaro Pina-Stranger souligne l’importance de prendre en compte les localisations et les distances entre acteurs pour l’analyse des réseaux entre organisations (« El estudio de la proximidad geográfica es sin duda uno de los principales ejes de desarrollo del análisis de redes inter-organizacionales. », p. 6). Ce souci est d’ailleurs visible dans la multiplication des sessions thématiques consacrées à la spatialité des réseaux dans les différents colloques signalés sur  ce blog ou dans la parution en début d’année d’un numéro de Social Networks intitulé Capturing context: Integrating spatial and social network analyses (vol. 34, n°1).

J’en profite pour signaler que REDES propose aussi une mailing-list qui peut utilement compléter celle de Réseaux sociaux.

logo de la revue en ligne REDES

Sommaire

Présentation du numéro

Álvaro Pina-Stranger, Introducción: el análisis de redes inter-organizacionales, p.1-6 (espagnol)

Articles

Claudio Ramos Zincke, Estructuras de comunicación en el campo de la ciencia social en Chile: un Análisis de Redes, p. 7-42 (espagnol).

Erica Salvaj et Andrea Lluch, Estudio comparativo del capitalismo argentino y chileno: un análisis desde las redes de directorio a fines del modelo sustitutivo de importaciones, p. 43-79 (espagnol) et p. 80-112 (anglais).

Guillaume Favre, Julien Brailly, Josiane Chatellet et Emmanuel Lazega, De la relación inter-individual a la relación inter-organizacional: Un análisis de redes multinivel de un mercado de programas de televisión en África subsahariana, p. 113-145 (espagnol).

Andrés Matta, Aportes del Análisis de Redes Sociales a la Gestión de Estrategias de Cooperación Empresarial, p. 146-177 (espagnol).

Edgar Reyes Junior, Cláudio dos Reis Gonçalo et Cristiane Nascimento Brandão, Mapeando as Relações Sociais em Aglomerados de Empresas, p. 178-201 (portugais).

Sergio Bulgacov, Sieglin de Kindl Cunha, Yara Bulgacov, João Carlos Cunha et Zandra Balbinot, Internacionalização de Empresas Participantes de Clusters: Condicionantes e práticas relacionais, p. 202-232 (portugais).

Leonardo Garavito G., Las redes informales inter-oganizacionales en la movilización por el agua en la Cuenca de México, 2005-2009, p. 233-260 (espagnol).

Paula Rodríguez-Modroño, Análisis relacional del capital social y el desarrollo de los sistemas productivos regionales, p. 260-290 (espagnol).

Compte-rendu

Ainhoa de Federico, Recensión del libro “La vie en réseau. Dynamique des relations sociales” de Claire Bidart, Alain Degenne y Michel Grossetti, p. 291-296 (espagnol).

 

Big data, big data,… what else ?

Tout le monde parle des big data, de l’open data, de cette autoroute des possibilités ainsi offertes d’exploration, de traitement et de visualisation de données auparavant fermées ou confinées à des réseaux de spécialistes. Mais personne ne parle, ou si peu, des problèmes liés aux méthodes de collecte qui diffèrent forcément, de la comparabilité des matrices denses, de leur niveau de précision qui est dans bien des cas insuffisant, et encore moins de leur inscription dans le temps (et tous les problèmes que celle-ci engendre).

L’analyse des réseaux dynamiques (disponibles à plusieurs dates, sous réserve que la méthode de collecte soit identique) permet pourtant une mise en perspective des résultats obtenus en un temps t. Elle nécessite donc de porter une attention au moins égale aux long data. C’est le sens du propos de Samuel Arbesman, mathématicien et spécialiste des réseaux, dans l’article qu’il publie sur Wired : Stop Hypind Big Data and Start Paying Attention to ‘Long Data’, et il a bien raison.

L’auteur nous explique d’emblée que nous sommes une espèce qui ne semble pas pouvoir échapper à des données toujours plus importantes, archivées dans des serveurs toujours plus gros, gérées et exploitées à l’aide de ressources toujours plus importantes… Face à ce déferlement de « toujours plus », l’Homo sapiens se conduit comme il l’a toujours fait en présence de nouveaux outils : il voit encore plus grand, encore plus haut, encore plus loin. Il est toujours plus audacieux sauf que ses efforts ne concernent qu’une tranche de sa vie. Les big data actuellement disponibles ne sont, en effet, le reflet que d’une situation à un temps (t).

Samuel Arbesman présente l’intérêt d’utiliser des données qui présentent une épaisseur historique importante, massive et pour cela, il  cite notamment ces deux exemples :

(1) le premier est celui des données utilisées par Michael Kremer, dans un article disponible ici (attention : le texte n’est accessible qu’aux institutions ou personnes qui ont un accord avec la revue The Quaterly Journal of Economics). Le modèle modèle économique de la croissance démographique et du changement technologique exposé fait appel à des données sur  un million d’années.

(2) Le second exemple est celui de l’analyse historique de données (dites exhaustives) sur les populations urbaines réalisée par Tertius Chandler dans Four Thousand Years of Urban Growth: An Historical Census sur plusieurs siècles.

Outre l’intérêt de transcender le temps, de telles données permettent...lire la suite.

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l’IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l’UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts