Un nouveau collectif en vue : le GDR Analyse de réseaux en SHS

Le groupe fmr (flux, matrices, réseaux), créé en 2010, rassemble des géographes intéressé-e-s par les méthodes d’analyse de réseaux, qu’elles aient été développées en géographie, en sociologie, en physique ou dans d’autres disciplines. Le dialogue avec d’autres disciplines a été mis en œuvre notamment dans les trois journées d’étude organisées à ce jour. Mais le noyau dur du groupe était et reste exclusivement composé de géographes. Autre point à souligner, le groupe fmr est un groupe de travail sans existence institutionnelle. Nous avons évidemment bénéficié du soutien financier (pour les journées d’étude) et logistique (prêt de salle pour nos réunions) de nos laboratoires d’appartenance mais le groupe fmr est et reste un groupe informel.

Il est apparu nécessaire de poursuivre le dialogue interdisciplinaire dans un cadre plus large – sortir de la communauté géographique et de la seule agglomération parisienne – et institutionnellement plus solide. Deux membres du groupe fmr (Serge Lhomme et moi-même), après avoir échangé avec de nombreux collègues (géographes et non-géographes) ont donc proposé au CNRS la création d’un groupement de recherche consacré à l’Analyse de réseaux en SHS. Ce groupement associe des chercheur-e-s et ingénieur-e-s de dix disciplines (sociologie, histoire, géographie, archéologie, droit, économie, informatique etc.) et d’une vingtaine d’institutions dans toute la France.

Prévu pour durer de 2016 à 2019, éventuellement renouvelable pour 4 ans, ce groupement de recherche s’est fixé les objectifs suivants :

1. créer une revue pluri-disciplinaire à comité de lecture en accès libre (articles en français ou en anglais : publications au fil de l’eau avec possibilité de dossiers thématiques);
2. développer une réflexion conceptuelle et méthodologique transdisciplinaire autour de nos pratiques par le biais de workshops annuels;
3. organiser des formations (initiation ou perfectionnement) sur des méthodes ou des outils;
4. constituer et mettre à disposition de la communauté scientifique internationale des bases de données et des programmes issus de nos travaux.

Un site propre au groupement de recherche sera mis en ligne dans les mois à venir.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *