L. Rainie et B. Wellman, Networked : un best-seller scientifique confus

Les propos qui suivent n’engagent évidemment que leur auteur…

De l’embarras de l’autodidacte

Je l’avoue avec un léger embarras, le nom de Barry Wellman m’était totalement inconnu il y a encore quelques mois. Or, je l’avais croisé déjà, notamment dans l’ouvrage de Linton Freeman, The development of social network analysis (2004). Mais je ne connais pas ses articles (j’en avais pourtant lu certains, ils ne m’ont pas marqué), ses ouvrages ni ses recherches. L’autodidacte que je suis en analyse de réseaux (sociaux et autres) s’est formé à l’aide d’ouvrages et de rencontres et il a creusé ce qui lui paraissait intéressant sans trop se soucier de savoir si tel auteur est majeur ou secondaire, reconnu ou peu considéré dans la discipline. Et, par exemple, un Moreno me paraît autrement décisif qu’un Simmel pour le développement de la SNA (Social Network Analysis). Ayant repris l’index du Freeman, eu l’occasion de discuter avec des collègues plus avertis (merci notamment à Michel Grossetti), il faut donc commencer par rappeler que Barry Wellman est un grand nom de la SNA. On lui doit notamment la co-fondation du réseau international INSNA (International Network of Social Network Analysis) et de la revue Connections et le lancement à partir de 1982 des SunBelt nord-américaines. Son co-auteur ne m’était pas non plus familier : Lee Rainie est le directeur des études consacrées à internet, science et technologie au Pew Research Center (http://www.pewresearch.org/staff/lee-rainie/), grand pourvoyeur d’enquêtes en Amérique du Nord.

Triple révolution et nouveau système social d’exploitation (?)

 La thèse centrale de l’ouvrage est simple, et il s’agit d’ailleurs d’un des fondements conceptuels d’une certaine Social Network Analysis : « In the world of networked individuals, it is the person who is the focus: not the family, not the work unit, not the neighborhood, and not the social group. » (p. 6). Trois outils favorisent et/ou accompagnent cette évolution sociale : l’importance croissante des réseaux personnels dans la sociabilité des individus, le téléphone portable et surtout l’internet. Cette triple révolution crée de nouvelles configurations dans les réseaux personnels individuels dans la mesure où ces derniers deviennent de moins en moins contraints. Il y aurait donc un « new social operating system ». Les auteurs précisent que ces configurations sociales ont été observées essentiellement dans le cadre nord-américain et que leur généralisation n’est pas totalement acquise. Les sources utilisées sont principalement les enquêtes du Pew Research Center et des extraits de journaux tenus par des étudiant-e-s. Il ne s’agit donc pas d’un livre sur internet et ses enjeux mais d’un ouvrage proposant une lecture globale des dynamiques relationnelles personnelles contemporaines dans deux pays développés.

Pour appuyer leur démonstration, les auteurs font feu de tout bois : résultats de recensements, d’enquêtes, de sondages, portraits d’individus archéo-typiques, journaux de bord tenus par des étudiant-e-s, récits d’expériences personnelles, extraits de recherches précédentes des auteurs et j’en oublie. Le plan de l’ouvrage m’a semblé difficile à comprendre mais cela s’explique sans doute par le temps qu’il m’a fallu pour venir à bout de l’ouvrage (plus de six semaines…). Ma lenteur mise à part, il me semble pourtant que la démonstration est perturbée par d’innombrables digressions techniques et des répétitions non moins innombrables. Le livre est court – moins de 300 pages – mais aurait sans doute gagné à être resserré davantage.

La thèse des auteurs est parfois présentée de façon nuancée (voir par exemple la conclusion sur les déterminants non liés à l’internet du printemps égyptien p. 210), parfois avec de gros sabots. Lire page 266 « In the good old days of strong kinship systems and densely knit villages, people could sit back and let things happen to them. They’d wander to the pub and find frienship, or go to their mother-in-law’s house every Sunday for dinner. They would know thre would be support when trouble struck. With dispersed, sparsely knit person-to-person networks, those days are no longer here. » peut faire sourire celles et ceux qui continuent, même avec mails et smartphones à fréquenter les bistrots de quartier… Certains points posent davantage problème : la courte historiographie de la SNA se réclamant de Georg Simmel et passant totalement sous silence la sociométrie de Moreno ; l’éloge incessant du multimédia tout numérique dans ce qui reste un simple livre imprimé (et c’est très bien les simples livres imprimés d’ailleurs) ; les affirmations non fondées sur des études empiriques (il semble que, contrairement à ce qu’écrivent les auteurs page 226, l’internet ait entraîné une diminution de l’information disponible par phénomène d’imitation croissant entre médias présents sur l’internet) ou encore des statistiques qui étonnent (population active américaine : 32% appartenant à la classe créative (p. 31), cela paraît beaucoup).

Enfin, mais il s’agit là d’une critique de fond sur une certaine branche de la SNA, la reprise de la rhétorique de l’individualisme méthodologique anti-marxiste (la classe sociale ne compte pas, seules les relations individuelles importent) mériterait quelques éclaircissements : la capacité à maîtriser certains outils obéit sans doute en grande partie aux caractéristiques sociales des individus et des groupes auxquels ils appartiennent d’une part et, d’autre part, les données mobilisées (témoignage de ses étudiant-e-s, expériences personnelles et résultats de sondage) ne sont pas socialement neutres dans la mesure où les personnes les moins insérées sont aussi celles qui sont le moins atteintes par les dispositifs de sondage.

Dernier point, mais il suffit de le savoir, ce n’est pas un ouvrage scientifique, c’est un ouvrage grand public écrit par des scientifiques, et cela change quelque peu la donne et la lecture…

Les incontournables du livre grand public

Nelly Kapriélan, critique littéraire des Inrockuptibles, expliquait dans une émission récente du Masque et la plume qu’elle aimait beaucoup lire les best-sellers à la Lévy, Musso et consorts car elle y trouvait toutes les recettes utiles pour commettre un best-seller. Le Rainie – Wellman peut remplir la même fonction dans la catégorie best-seller scientifique. Tout est fait pour convaincre et distraire le grand public cultivé en lui épargnant tout effort intellectuel exigeant. On y trouve notamment 1) une anecdote édifiante, une longue anecdote édifiante pardon, pour commencer, 2) des personnes récurrents (édifiants eux aussi), 3) des interludes (extraits de journaux écrits par leurs étudiants) pour distraire le lecteur , 4) des formules où l’emphase le dispute parfois au ridicule et 5) surtout des répétitions, beaucoup de répétitions, au point de voir la même citation revenir dans deux pages consécutives par exemple (cf la citation de Boyd p. 230 et p. 231)…  On ne trouvera par contre pas, et là encore c’est la règle dans ce type d’ouvrage, de bibliographie digne de ce nom – il faut éplucher les notes en fin d’ouvrage -, de définitions claires des concepts utilisés ou d’administration rigoureuse de la preuve.

Autre impératif : être positif. Les légers soucis liés à la surveillance d’internet, par les gouvernements notamment, sont évacués en trois pages (p. 236-238) et reviennent de façon inattendue dans un petit scénario fictionnel proposé en conclusion et d’un intérêt limité – mieux vaut relire n’importe quel ouvrage de Philip K. Dick (p. 294-296). L’utilisation à des fins marketing des données personnelles collectées avec ou sans notre accord ? Problème évacué en quelques lignes. On arguera que ce n’est pas le sujet des auteurs qui s’intéressent non à l’internet mais à ses conséquences sur les réseaux personnels des individus… Et le cyberbullying ? Pas un mot non plus.

Ce best-seller scientifique est donc très proche (jusqu’au titre) d’un ouvrage comme Linked, How everything is connected to everything else de Barabasi (livre qui alterne l’emphase, les anecdotes mais où l’on apprend plein de choses) ou de L’ère des réseaux de Castells (ouvrage sur lequel je reviendrai peut-être un jour, mais il faudrait que je trouve le courage de me l’infliger une nouvelle fois) – deux ouvrages régulièrement cités dans les notes placées en fin d’ouvrage. Autre point commun avec la somme de Castells : l’utilisation des capacités de travail des étudiant-e-s et doctorant-e-s qui ont semble-t-il (voir les notes en fin d’ouvrage) fourni une grande partie des études empiriques et du travail d’écriture.

En guise de conclusion

Tout n’est évidemment pas à jeter dans ce livre mais les quelques éléments empiriques éparpillés au fil des chapitres ont déjà été publiés ailleurs, et sous des formes souvent plus convaincantes. Le propos théorique est lui simultanément moins solide – le terme revolution qui revient comme un mantra n’est jamais défini par exemple, alors qu’un Manuel Castells dans L’ère des réseaux faisait au moins l’effort de définir ses concepts – et moins convaincant.

Enfin, pour une lecture plus mesurée de l’ouvrage, je renvoie à l’article de Michel Grossetti, « Que font les réseaux sociaux aux réseaux sociaux ? Réseaux personnels et nouveaux moyens de communication » paru dans le numéro anniversaire de la revue Réseaux (n° 184-185, p. 187-209). Comme l’accès à la revue est payant, en voici un extrait qui ne prétend pas à la représentativité : « Les différents chapitres comportent des synthèses très intéressantes de multiples enquêtes sur les pratiques sociales ou les usages des moyens de communication, mais ce qui est dit de l’évolution des réseaux personnels relève plus de l’affirmation que de la démonstration. En fait, en lisant l’ouvrage, on a surtout le sentiment d’une tentative pour donner une allure plus moderne à l’analyse des réseaux (certains passages ressemblent à un cours sur ce thème) en l’accolant à Internet et aux moyens de communication mobiles. » (p. 196).

Lee Rainie et Barry Wellman, 2012, Networked. The new social operating system, MIT Press, xiii-358 pages. Autour de 16 euros.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *