H comme hiérarchique

Ces billets visent à définir le plus clairement et le plus précisément possible des termes clés en analyse de réseau. Ils s’adressent à un public débutant et évitent autant que possible toute formalisation mathématique (pour cette dernière, voir les synthèses fmr sur Hal-Shs).

Chez certains théoriciens, que ce soit en sociologie (les derniers ouvrages de Castells) ou en géographie (le tandem Lévy-Lusssault), la figure du réseau est volontiers synonyme de fluidité, d’horizontalité, d’abolition des frontières et des hiérarchies. Ce type de discours imprègne par exemple une grande partie des réflexions sur l’internet. Cet emploi métaphorique voire théologique du terme réseau peut poser problème dans la mesure où les phénomènes de hiérarchie, de discontinuité et de pouvoir apparaissent dans toutes les études portant sur les réseaux, qu’ils soient sociaux, spatiaux ou complexes… Pour se débarrasser une bonne fois de l’embarrassante idéologie du tout réseau, l’ouvrage de Pierre Musso, Critique des réseaux (PUF, 2003), est fortement recommandé.

En analyse de réseau stricto sensu, l’adjectif hiérarchique peut qualifier les réseaux sans échelle (scale-free network) où une poignée de sommets accapare la majorité des liens quand la très grande majorité des sommets se contente d’une poignée de liens et, plus généralement, toute structure de réseau où les indicateurs de centralité présentent de fortes variations selon les sommets. Enfin, en ce qui concerne les enquêtes sur les réseaux personnels, une hiérarchie souvent implicite oppose les personnes connectées (plus ou moins fortement) et les personnes isolées (i.e. enquêté-e-s n’émettant et ne recevant aucun lien) qui, le plus souvent, ne sont pas du tout prises en compte dans les résultats présentés.

Billets liés : C comme centralité(s), S comme (réseau) sans échelle Retour au glossaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *