H comme homophilie

Ces billets visent à définir le plus clairement et le plus précisément possible des termes clés en analyse de réseau. Ils s’adressent à un public débutant et évitent autant que possible toute formalisation mathématique (pour cette dernière, voir les synthèses fmr sur Hal-Shs).

L’homophilie désigne la tendance à entretenir et à créer des relations avec des personnes qui nous ressemblent. L’étude des relations personnelles permet de mettre en évidence, selon les terrains enquêtés, des homophilies de genre (à l’école primaire par exemple), de classe sociale (mariage, relations amicales), d’âge, etc. Pour mesurer ce phénomène en analyse de réseau, plusieurs méthodes sont disponibles :

  • utiliser une méthode de partition et regarder si les sous graphes créés peuvent s’expliquer par un ou plusieurs attributs des acteurs ;
  • mesurer la fréquence des relations en fonction des attributs ;
  • comparer la structure du réseau avec des réseaux aléatoires possédant les mêmes caractéristiques en terme de densité, de nombre de sommets et d’attributs.

Si l’homophilie est essentiellement mobilisée pour l’étude de réseaux personnels, on peut avoir une utilisation extensive du terme pour examiner des relations entre groupes ou organisations. Ainsi, l’étude du commerce mondial entre États permet par exemple de montrer que l’intensité des relations est plus forte qu’attendue quand deux États ont une langue commune, un passé colonial commun, qu’ils sont membres des mêmes groupes régionaux (UE, ALENA…), etc.

Les physiciens ont proposé une mesure proche de l’homophilie basée sur le seul degré des sommets (cf le billet A comme (réseau) assortatif).

Notons enfin que l’homophilie ne saurait expliquer tous les types de relations et que dans bien des cas apparaissent des logiques de complémentarité.

Billets liés : A comme (réseau) assortatif

Retour au glossaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *