R comme représentation

Ces billets visent à définir le plus clairement et le plus précisément possible des termes clés en analyse de réseau. Ils s’adressent à un public débutant et évitent autant que possible toute formalisation mathématique (pour cette dernière, voir les synthèses fmr sur Hal-Shs).

L’expression représentation graphique (de données statistiques) provient du latin : repraesentare (rendre présent) et du grec : graphein, qui signifie la graphie, l’écriture. Il s’agit donc d’une manière de rendre compte visuellement du contenu d’un tableau de données, à l’aide de symboles conventionnels propres au type d’écriture employée (des lettres pour un texte, un point et des lignes pour un graphe, … voir G comme graphe).

L’objectif de la représentation graphique de données statistiques est d’en présenter un résumé visuel, lorsqu’elle est bien réalisée, « d’externaliser la pensée » comme l’indique par Barbara Tversky dans le cadre du Projet Topics in Cognitive Science, dont une vidéo de présentation est disponible ici .

La représentation graphique est un outil, généralement une figure (ou un graphique), qui présente l’avantage de percevoir instantanément un message. Le graphique a d’ailleurs souvent accompagné l’innovation scientifique, tant sa capacité de transmission de l’information est importante (Börner, 2010). Complémentaire aux traitements mathématiques et statistiques, la représentation graphique des données permet d’une part, d’illustrer leurs valeurs, qu’elles soient quantitatives ou qualitatives et d’autre part, de les explorer, de les interroger afin de susciter des questionnements, de valider des hypothèses…

La représentation graphique des données autorise des allers-retours fructueux entre tableau de données et traitements à réaliser. C’est pourquoi elle possède une place et une importance particulières dans le domaine de l’analyse des données relationnelles, souvent caractérisées par une complexité importante.

Dans le champ de l’analyse des réseaux, la représentation graphique classique est celle du diagramme lien-nœud (voir G comme graphe) ou de la carte de flux, lorsque le graphe est spatialisé. La figure varie sensiblement en fonction du support sur lequel elle est présentée, dans son apparence et dans ses fonctionnalités. L’avènement de l’informatique et le développement de l’infographie ont, en effet, entraîné l’émergence du terme de visualisation pour qualifier les représentations graphiques disponibles sur un support écran (voir V comme visualisation). Aujourd’hui, la représentation graphique apparaît renouvelée par la visualisation graphique, qu’elle soit présentée de manière statique ou non. Ses différentes figures sont souvent plus complémentaires qu’antagonistes : la représentation d’une matrice de flux, sous la forme d’une matrice-ordonnée à la Bertin, d’un graphe ou d’une carte de flux autorise, en effet, la perception des relations ou des échanges, selon différentes perspectives qui sont plus complémentaires qu’antagonistes.

Voir aussi : Représentation graphique des matrices : graphe et/ou carte de flux ? ; La visualisation des réseaux : principes, enjeux et perspectives

Référence :

Barbara Tversky, 2011, « Visualisations of though : Mind, Mark, and Page » in Topics in Cognitive Science, Volume 3, Issue 3, pp 499–535.

Katy Börner, 2010,  Atlas of Sciences. Visualizing what we know. Massachusetts: The MIT Press, 254 p. Voir aussi ceci

 

Billets liés : D comme données, G comme graphe, V comme visualisation

Retour au glossaire


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, je suis accueillie en détachement depuis décembre 2010 à l’IFSTTAR ; je suis par ailleurs membre-associée de l’UMR 8504 Géographie-Cités.

More Posts

Une réflexion au sujet de « R comme représentation »

  1. Ping : Réseaux : outils et réflexions théoriques | NHumérisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *