Le projet Coscimo, de (géo)visualisation des collaborations scientifiques mondiales

Le projet Coscimo, de (géo)visualisation des collaborations scientifiques mondiales est une application en ligne (http://www.coscimo.net/) permettant de visualiser à l’aide de différents modes de représentation, les résultats issus du projet ANR Géosciences de l’UMR LISST, à Toulouse. En Octobre 2013, ce projet présenté par Laurent Jégou et Marion Maisonobe, a remporté le troisième prix du concours de géovisualisation et cartographies dynamiques du festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges (FIG 2013).

Divers modes d’exploration interactive des données relationnelles sont proposés et l’exploration des données est disponible à plusieurs échelles spatiales (villes, pays, continents) et sur plusieurs périodes (1999-2001 et 2006-2008).

Quatre modes de représentation sont retenus, pour le même ensemble de données : il s’agit de la représentation matricielle, des diagrammes de chord et  lien-noeuds et de la carte de flux. Les commentaires qui accompagnent l’utilisateur montrent que les résultats remarquables varient d’un mode de représentation à un autre ; ces derniers étant par ailleurs plus complémentaires qu’antagonistes.

Après avoir géolocalisé un corpus impressionnant de publications scientifiques (plus de 8 millions de notices bibliométriques indexées dans le Web of Science, une base de donnée privée détenue par Thomson Reuters), l’équipe travaille à explorer, exploiter et valoriser les résultats de la spatialisation des données de la production scientifique mondiale. Le site internet de Coscimo est donc amené à évoluer. Il permettra, entre autres nouveautés, d’approfondir l’exploration du corpus de données de collaboration. Sur le plan technique, il s’agira, par exemple, de laisser l’utilisateur choisir la part d’information qu’il souhaite visualiser, en sélectionnant, par exemple, l’échantillon de villes dont il veut observer les relations pour la représentation sous la forme de diagramme de chord.

Les chantiers en cours comprennent un travail lié au découpage des données par disciplines, ainsi que leur mise à jour, afin d’étendre la période temporelle d’observation.

A noter que l’équipe de Coscimo œuvre à présent dans le cadre du projet Netscience de l’opération Mondes Scientifiques du Labex Structuration des Modes Sociaux (Labex SMS).

Je remercie Françoise Bahoken d’avoir co-écrit ce billet avec moi.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *