R comme réseau

Ces billets visent à définir le plus clairement et le plus précisément possible des termes clés en analyse de réseau. Ils s’adressent à un public débutant et évitent autant que possible toute formalisation mathématique (pour cette dernière, voir les synthèses fmr sur Hal-Shs).

Le terme réseau, et cela a été souligné maintes fois, est flou, polysémique et chargé d’idéologie (voir l’excellent ouvrage de Pierre Musso, 2003, Critique des réseaux, PUF). Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut distinguer au moins quatre grandes acceptations du terme :

  • le réseau comme installation matérielle et technique (réseau de transport, d’électricité, d’eau etc.) ;
  • le réseau comme symbole de la fluidité et de la circulation (chez certains géographes, la stérile opposition territoire – réseau est une grille de lecture commode) ;
  • le réseau comme métaphore d’un ensemble de relations entre des entités (réseau social, réseau boursier, etc.) ;
  • le réseau comme méthode d’analyse s’appuyant sur la théorie des graphes.

Il est donc tout à fait possible de travailler sur des réseaux sans utiliser des méthodes d’analyse de réseau et, inversement, d’utiliser des méthodes d’analyse de réseau pour étudier des objets non réticulaires stricto sensu (graphes lexicaux par exemple).

La différence entre graphe et réseau est ténue : on peut opposer le graphe au sens mathématique (ensemble fini et non vide de sommets et ensemble fini éventuellement vide de liens) au réseau en soulignant que ce dernier suppose des attributs (nom des sommets, valeur des liens etc.). Néanmoins, en pratique, les termes sont souvent employés l’un pour l’autre.

De multiples phénomènes (sociaux, physiques, biologiques etc.) peuvent être représentés par des points et des lignes : il est donc logique que l’analyse de réseaux soit employée dans de très nombreuses disciplines. Si cette souplesse explique son succès, elle crée aussi des incompréhensions fréquentes entre praticien-ne-s, chacun ayant tendance à développer un vocabulaire, voire des méthodes, autonomes. Ces divergences s’expliquent également par la nature et surtout la taille des réseaux étudiés : des méthodes canoniques de la Social network analysis, adaptées à des réseaux comptant quelques dizaines de sommets, ne peuvent être appliquées à des réseaux de taille plus imposante.

Dernière précision : l’analyse de réseau n’implique pas nécessairement la visualisation du réseau sous forme de graphe. Produire un diagramme lien-nœud n’est ni une condition nécessaire ni une condition suffisante pour analyser un réseau. Il faut noter que lorsque les physiciens ont commencé à étudier des réseaux comprenant plusieurs (dizaines de) milliers de sommets, la visualisation classique n’apportait rien et d’autres moyens de synthétiser l’information ont dû être imaginés (distribution des degrés par exemple).

Billets liés : A comme attributs, G comme graphe, L comme lien, S comme sommet.

Retour au glossaire


Une réflexion au sujet de « R comme réseau »

  1. Ping : Réseaux : outils et réflexions théoriques | NHumérisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *