(re)lire les classiques : Who shall survive ? de J.L. Moreno, 1934

Il est toujours intéressant de lire (enfin !) ces classiques cités par tous les manuels mais parfois difficiles à trouver. Jacob L. Moreno publie en 1934 un ouvrage programmatique destiné à montrer l’importance et les enjeux de ce qu’il nomme alors sociométrie1 : Who shall survive? A New Approach to the Problem of Human Interrelations, Washington, Nervous and Mental Disease Publishing Co., xvi-437 pages. Si l’ouvrage reste abondamment cité, c’est notamment parce que l’auteur y utilise abondamment les graphes pour mener sa démonstration.

Dès les premières planches, Moreno fixe un certain nombre de règles graphiques utilisant la couleur (rouge pour l’attraction, noir pour le rejet) et la forme. Ayant pour ambition de représenter l’ensemble des relations entre les individus enquêtés (élèves de primaire, habitants d’une communauté rurale), il représente simultanément les réactions d’attirance et de rejet sur les mêmes graphes.

Moreno, p.30

La recherche des structures relationnelles constitue l’enjeu de l’ouvrage (le terme structural analysis est souvent utilisé) et, si la typologie élaborée s’est enrichie depuis, les bases sont là : triangles, chaîne, réseau en étoile, isolés etc. L’importance de ces configurations est quasi systématiquement mesurée dans les graphes étudiés et les implications en terme de centralité des individus, non formalisées en termes mathématiques, sont clairement perçues On trouve ainsi la description verbale des centralités d’intermédiarité (il est nécessaire de passer par telle personne pour joindre ces deux personnes ou groupes) ou de pouvoir (être en relation avec des personnes ayant beaucoup de liens entre elles et être en relation avec des personnes s’ignorant les unes les autres est très différent).

Les trois figures ci-dessous correspondent aux pages 114-1116. La typographie des légendes a été respectée.

p. 114, Typical Structures Within Groups
Fig. 1. Attractions between individuals take the form of a chain.
Fig. 2. Attractions take the form of isolated units, pairs and groups of three.
Fig. 3. Two sub-groups are centralized each about two dominating individuals who have no attractive forces uniting them.
Fig. 4. A group in which two dominating individuals are strongly united both directly and indirectly through other individuals.

Moreno, p.114

p. 115 : Typical Structures Within Groups
Fig. 1. Attractions and repulsions take the form of a pair: a, in a mutual attraction (red pair); b, mutual rejection (black pair); c, mutual indifference; d, attraction vs. rejection; e, attraction vs. indifference.
Fig. 2. Mutual attractions and mutual repulsions take the form of a chain: a, chain of mutual attractions; b, chain of mutual rejections.
Fig. 3. Mutual attractions and repulsions take the form of a triangle: a. triangle formed by attractions; b. triangle formed by rejections.
Fig. 4. Mutual attractions and repulsions take the form of a star.
Fig. 5. Mutual attractions take the form of a circle.
Fig. 6. Mutual attractions and repulsions take the form of a center. (star) : a. center of attractions; b, center of repulsions; c, center of incompatible rejections vs. attractions.

Moreno, p.115

p. 116 : Typical Structures Within Groups
Fig. 7. Attractions and repulsions take the form of isolation.
Fig. 8. Isolation. Subject is attracted to six individuals outside of his group (outside individuals are symbolized by a double circle) who do not reciprocate.
Fig. 9. Isolation. Subject is attracted to four individuals outside of his group and rejects two more; they do not reciprocate; three others who are attracted to him he does not reciprocate.
Fig. 10. Isolation. Subject is attracted to five individuals within his group; they respond with indifference.
Fig. 11. Mutual attractions between three individuals take the form of a triangle but each of the subjects is otherwise rejected and isolated within his own group ; the result is an isolated and rejected triangle of persons.
Fig. 12. Five subjects each isolated and rejected within his own group reject and isolate each other.
Fig. 13. Two subjects each otherwise isolated in his own group form a pair of mutual attraction; the result is an isolated pair.
Fig. 14. Subject rejects six and is rejected by fifteen individuals within his own group; is rejected further by two individuals outside of his own group. The result is an isolated and rejected individual.

Moreno, p.116

La prise en compte des relations est toujours abordée dans une perspective dynamique et les thèmes des recherches restent présents aujourd’hui (homophilie de genre, de nationalités etc.). Si la dynamique des relations est importante – comment apparaît un lien ? pourquoi disparait-il ? -, les conséquences de la forme du réseau sur la diffusion et la circulation des infirmations sont également prises en compte (voir le cas de la diffusion  d’une rumeur p. 260). On trouve également quelques pistes d’analyse lexicométrique : Moreno compare ainsi la longueur des phrases et le nombre de mots employés pour exprimer l’attirance et le rejet (p. 185-188).

Autre intérêt, et pas uniquement pour un géographe (parfois) soucieux de la localisation de ses sommets, Moreno utilise au fil de sa démonstration tantôt le graphe, tantôt la cartographie des relations (voir ci-dessous la même situation relationnelle illustrée de ces deux façons complémentaires, p. 132 et 133). Il évoque très souvent le rôle de la distance pour expliquer les dynamiques relationnelles, utilisant le terme de psychogéographie.

Moreno, p.132

Moreno, p.134

Certains passages ont mal vieilli, et la dernière partie est peu convaincante. Il tente d’abord de généraliser ses conclusions aux relations entre Juifs et Allemands en Allemagne. Puis il prétend définir un point de saturation des nationalités aux États-Unis : en clair, il existe un seuil à partir duquel le nombre de personnes d’une nationalité – ou selon ses termes, d’une race – différente crée des tensions dans un groupe (p.346-348)… Reste que la lecture de cet ouvrage fondateur reste étonnamment stimulante aujourd’hui et que, dans la littérature sociologique, il faudra attendre plusieurs dizaines d’années pour retrouver des graphes aussi lisibles.

Si vous cherchez l’édition papier de 1934, deux options, deux bibliothèques universitaires parisiennes (voir le catalogue Sudoc). L’édition de 1953 intitulée Who shall survive ? Foundations of sociometry, group psychotherapy and sociodrama est un peu plus facile à trouver (7 bibliothèques à Paris et en province). Si vous désirez l’acheter, un exemplaire est en vente sur Amazon au prix délirant de 1 176.50 € (plus 2 € 99 de port ! Site consulté le 11 janvier 2013)… La traduction française de la seconde édition parue aux PUF en 1970 se trouve elle dans toutes les bonnes bibliothèques universitaires.

Et, gardons le meilleur pour la fin, la version de 1934 est accessible en pdf gratuitement à l’adresse suivante : https://archive.org/details/whoshallsurviven00jlmo (visité le 12 janvier 2013). La qualité est excellente, toutes les pages sont là, ni inscription ni mot de passe, récupérez le vite, ne serait-ce que pour parcourir les graphes.

1 Il définit ainsi la sociométrie : « The part of socionomy which deals with the mathematical study of psychological properties of populations, the experimental technique of and the results obtained by application of quantitative methods is called sociometry » (en italique dans le texte), p.10.

2. Le statut du site est incertain : aspect officiel, soutien affiché d’institutions diverses, publicités nombreuses et liens vers des agences d’escort-girls, un site étrange donc…


Une réflexion au sujet de « (re)lire les classiques : Who shall survive ? de J.L. Moreno, 1934 »

  1. Ping : Réinventer un rapport au temps, par Bernard Stiegler | Lois des réseaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *